Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

 Le sucre à Matana, une poule aux œufs d’or pour les administratifs

Le sucre à Matana, une poule aux œufs d’or pour les administratifs

Le secrétaire permanent de la  commune Matana  de la province Bururi est accusé par les habitants de cette commune de distribuer  le sucre par favoritisme. Ils  demandent que cette autorité soit suivie de près afin d’éviter toute malversation.

La personne pointée du doigt par les habitants de Matana s’appelle Jean Claude Matore. Secrétaire permanent de cette commune, ce dernier est accusé de favoritisme dans la distribution du sucre, en plus de détourner une certaine quantité. Le cas le plus illustratif est celui de la récente distribution où les habitants n’ont eu que quelques dizaines de Kilogrammes à partager entre une centaine de personnes. ’Le sucre qu’ils distribuent est de loin inférieur à la quantité obtenue. Le secrétaire communal permanent nommé Jean Claude Matore ne nous donne qu’un quart du sucre distribué et le reste du sucre gardé dans les stocks se volatilise. Pire encore, il a donné 50 Kg et a ordonné de distribuer cette quantité infime à 100 personnes.’’ Se lamente un des habitants de Matana qui s’est confié à la RPA.

Nos sources dans cette localité font savoir que même les établissements scolaires qui devraient bénéficier du sucre n’ont pas cette fois-ci été servi alors que l’approvisionnement s’est passé comme à l’accoutumée. ‘’ Ceux qui ont la chance d’avoir ce sucre, partagent un kilo à deux. Aussi, nous étions habitués à s’inscrire sur les listes destinées aux fonctionnaires pour avoir le  sucre sans délaisser notre travail et aller faire la queue comme les autres. Mais aucun d’entre nous n’a été servis, et même le sucre destiné à 15 établissements  scolaires de la place s’est volatilisé.’’ S’indigne cet autre habitant qui nous a certifié que tout ce sucre se retrouve sur le marché noir où il est vendu à un prix exorbitant par la même autorité administrative.

Contacté par la rédaction de la RPA à propos de ces grognes, Dieudonné Nkunzimana, administrateur de Matana,  a refusé de s’exprimer sur nos ondes « les ondes des médias non reconnus par Gitega ». A-t-il dit.

Gasenyi-Nyakabondo : L’administration  alerte  pour les propriétaires des 160 hectares

Gasenyi-Nyakabondo : L’administration alerte pour les propriétaires des 160 hectares

Le chef de la colline Gasenyi,  en commune Mutimbuzi, province de Bujumbura  plaide pour ses gouvernés, propriétaires des 160 hectares du site Gasenyi-Nyakabondo situé tout près du palais présidentiel. Certaines de leurs maisons se sont écroulées tandis que d’autres présentent des fissures. Le gouvernement leur a interdit d’y entreprendre aucune activité depuis plus de 10 ans. Ce chef collinaire soutenu par les propriétaires de ces parcelles insiste auprès du chef de l’Etat de se rendre sur les lieux afin de constater lui-même la situation.

« Certaines  maisons sont déjà détruites en partie et  d’autres   sont fissurées, risquant à tout moment de s’effondrer », c’est l’alerte lancée ce vendredi 19 janvier  par  le chef de la colline Gasenyi en commune Mutimbuzi via les réseaux sociaux. Cet administratif voulait attirer l’attention sur la situation difficile dans laquelle  vivent les propriétaires des 160 hectares du Site Gasenyi-Nyakabondo.

Dans le message qu’il a écrit sur les réseaux sociaux, Amos Ndacayisaba, le chef de la colline Gasenyi, a rappelé que « leur misère a été causée par le fait que depuis plus de 10 ans, ils ne peuvent rien faire dans leurs parcelles car le gouvernement veut y construire des infrastructures assorties au palais présidentiel, mais que jusqu’à présent ils n’ont pas eu d’indemnisations d’expropriation. »

En plus de ces maisons fissurées, Amos Ndacayisaba indique qu’il y’en a d’autres qui se sont déjà effondrées, et dont leurs propriétaires se trouvent dans une désolation totale. Ce chef de la colline Gasenyi supplie le président Evariste Ndayishimiye d’entendre les cris de détresse de ces habitants du Site Gasenyi-Nyakabondo, « afin qu’il aille  constater lui-même la vie très pénible qu’ils  mènent depuis des années. »

Cette plaidoirie  a été saluée par les concernés, « nous sommes contents que le chef de la colline s'est rendu compte de la situation précaire dans laquelle nous nous  trouvons.  Nos  maisons sont en train de s'effondrer et malgré qu'ils soient venus évaluer la valeur de nos parcelles, nous  n'avons  pas encore eu nos faibles indemnisations », s’indigne l’un des propriétaires en précisant que les correspondances écrites par leurs représentants pour demander justice n’ont abouti à rien. «  Nous supplions le Président de la République de venir nous rendre visite, peut-être que par là il pourrait prendre une décision adéquate. »

Les propriétaires de ces 160 hectares du Site Gasenyi-Nyakabondo  se comptent à plus de 2850 familles.

 

Quand la Mairie lève une mesure présidentielle

Quand la Mairie lève une mesure présidentielle

La mairie de Bujumbura a décidé de remettre les stands des marchés publics aux propriétaires  enregistrés à la Mairie.  En contradiction à la décision du Président de la République qui avait attribué les stands à leurs locataires. Les commerçants dénoncent cette décision municipale qui annule la mesure présidentielle.

 Dans une correspondance  du 24 janvier signée par le chef de cabinet du maire de la ville de Bujumbura, Charles Bihizi  Niyibigira, la mairie de Bujumbura a ordonné aux commerçants locataires de stands dans différents marchés publics de les remettre à leurs propriétaires enregistrés à la  Mairie avant ce 31 janvier.

Une annonce qui laisse beaucoup d’interrogations chez les commerçants de Kamenge. Nos sources de ce marché du nord de la capitale Bujumbura font savoir que  des agents de l’Office Burundais des Recettes OBR, s’étaient rendus dans ce marché  pour leur attribuer les stands  qu’ils louaient,  tel  que ordonné par  le Président de la République en septembre dernier.  « La mesure du Président  de la République attribue  ces stands  à  ceux  qui  les louent. Il a expliqué qu’il ne voulait plus voir des gens qui demandent des stands à la mairie pour les faire  louer. L’OBR a taxé de commissionnaires  les propriétaires de stands qui les ont faits loués à des prix élevés », explique notre source, commerçant du marché de Kamenge.

Chose étonnante selon ces commerçants, des agents de la mairie ont recensé  les anciens propriétaires de ces stands, ayant des fiches à la mairie, pour leur réattribuer ces stands. Une démarche qui laisse perplexe ces commerçants se demandant comment les autorités municipales peuvent contredire les propos du Chef d’Etat.« Des agents de la mairie sont revenus pour vérifier  des fiches  auprès des propriétaires des stands et ont procédé à leur identification. Ils ont précisé que les stands appartiennent à ceux qui ont des fiches à la  mairie. Nous sommes contrariés, se demandant qui peut lever la décision du Président  de la République. » 

Nous n’avons pas encore eu  la rédaction du maire de la ville de Bujumbura, Jimmy Hatungimana.

A quand la justice pour les propriétaires des parcelles du site de Gasenyi-Nyakabondo ?

A quand la justice pour les propriétaires des parcelles du site de Gasenyi-Nyakabondo ?

Les propriétaires  des 160 hectares du site Gasenyi-Nyakabondo, situé près du palais présidentiel  Ntare House, déplorent le cours  que prend le traitement  de leur dossier d’indemnisation. Leurs parcelles ont été  retirées du périmètre urbain de Bujumbura, ce qui non seulement a été fait en violation de la loi mais qui va aussi diminuer la valeur de leurs parcelles. 

 112 milliards de BIF est la totalité des indemnisations  des propriétaires des 160 hectares  du site de Gasenyi-Nyakabondo se trouvant près du palais présidentiel, dégagées depuis juillet 2022.  Des indemnisations  qu’ils n’ont pas encore perçus jusqu’ à aujourd’hui.  Lors de la conférence publique du 29 décembre dernier  le Président Evariste Ndayishimiye,  a  dit  « qu’ils sont en train de bien compter leur dû pour qu’il n’y ait pas de faux bénéficiaires comme cela s’est passé ailleurs. »

Malgré ces assurances du  Président de la République, les propriétaires de ces parcelles de Gasenyi-Nyakabondo  disent   être victimes d’une injustice. Leurs parcelles jadis  placées dans le périmètre urbain de Bujumbura, ont été placées en dehors de ce périmètre,  ce qui diminuera leurs valeurs, déplorent leurs propriétaires.  « La loi a été violée de façon exagérée. Nos parcelles ne se trouvent pas en dehors du périmètre urbain de Bujumbura, nos terres sont plutôt situées dans le périmètre urbain de Bujumbura. Le décret-loi numéro 1/40 du 26 novembre 1992 l'avait bien précisé. » Souligne un des propriétaires de ces parcelles du site Gasenyi-Nyakabondo.

Ces propriétaires  des parcelles qui attendent leur indemnisation depuis 10 ans, demandent au Gouvernement de les laisser bâtir selon le plan fait par le Gouvernement comme l’avait décidé le Chef d’Etat en 2021. « Nous demandons à son Excellence Monsieur le Président de la République de respecter la mesure qu'il avait prise en juin 2021, quand il a  demandé que nos parcelles soient viabilisées et qu'il y ait des modèles de maisons que nous allons y construire. » Rappelle une de nos sources  qui trouvent qu’ainsi, ceux qui n'auront pas les moyens financiers pour le faire, pourront vendre eux-mêmes leurs parcelles et acheter des parcelles ailleurs.

La loi a été  violée

Ce site de Gasenyi-Nyakabondo avait été placé en Mairie de Bujumbura par un décret-loi de 1992.  En  2016, ces parcelles  ont été placées en dehors de la mairie de Bujumbura, cette fois ci par un décret.   

« La loi ne peut pas être modifiée par un décret présidentiel ou une ordonnance ministérielle, sinon c'est une violation flagrante de la hiérarchie des normes. » Explique Me Vital Nshimirimana.  Ce défenseur des droits humains explique que ce qui est en train d'arriver aux propriétaires des 160 hectares du Site de Gasenyi-Nyakabondo  ne vise qu’à les  exproprier simplement sans indemnisations.

Maître Vital Nshimirimana rappelle au Gouvernement Burundais que les propriétaires de ces parcelles devaient avoir perçu leurs indemnisations avant même la construction du palais présidentiel comme  c’est prévu par la loi.

Les propriétaires de ces parcelles se comptent  à plus de 2850 familles. Ils sont privés de leur droit de propriété depuis plus 10 ans.  En cas de manque de justice au Burundi, Me Vital Nshimirimana précise que ces milliers de familles peuvent saisir la justice nationale, régionale et internationale.

 

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 189 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech