Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Le personnel de l’ONATEL forcé à contribuer pour la construction du palais présidentiel

Le gouvernement burundais aurait toujours l’intention d’exiger une contribution forcée destinée à la construction du palais présidentiel. Le cas illustratif est celui des fonctionnaires de l’ONATEL qui ont été obligés de s’inscrire sur une liste et d’accepter une retenue sur leur salaire pour ladite contribution.

Les fonctionnaires de l’Office National des Télécommunications, ONATEL en sigle, ont été informés qu’ils devront accepter une retenue sur leur salaire pour les mois de septembre et octobre 2022. Selon ces fonctionnaires, ladite décision a été prise par les cadres de cette entreprise lors de la réunion tenue en date du 26 Août cette année. Comme l’indique toujours ces fonctionnaires, ils ont été informés que cette contribution est destinée à la construction du palais présidentiel. Personne d’entre eux n’avait aucun droit de demander quoi que ce soit. « Plaidez pour nous.  Nous voulons qu’il y ait des enquêtes à l’ONATEL. Moi,  je suis un des employés de cette entreprise. Quand nous nous sommes présentés au travail,  notre chef de service nous a informé que le directeur l’a envoyé nous dire que nous avons l’obligation de contribuer pour la construction du palais présidentiel et qu’on va retrancher l’argent sur nos salaires des mois de septembre et octobre. Personne n’avait le droit de poser ne fut-ce qu’une seule question. Il nous signifié qu’on se devait d’obtempérer comme lui l’a fait.», s’indigne notre source. 

Actuellement, une liste sur laquelle chaque fonctionnaire doit s’inscrire et mentionner son numéro matricule et sa signature est en circulation. Chagrinés, ces fonctionnaires ne comprennent pas pourquoi on les contraints à s’acquitter d’une telle contribution à quelques semaines de la rentrée scolaire, en plus du fait que l’ONATEL leur doit trois mois d’arriérés de salaire. « Nous voulons qu’on nous explique pourquoi c’est à nous de contribuer pour la construction du palais présidentiel, lequel palais est d’ailleurs déjà fonctionnel. Pire encore, nous venons de passer trois mois sans percevoir de salaire. Ce qui fait que nous n’avons pas encore acheté les fournitures d’écoles pour nos enfants qui se préparent pour la rentrée scolaire. C’est vraiment insensé », se lamente un des employés de l’ONATEL qui s’est confié à la RPA. 

A ce propos, la rédaction de la RPA a essayé de contacter Privat Kabeba, le directeur de l’Office National de Télécommunications, mais il était injoignable.

Les stocks stratégiques de carburant de Gitega de nouveau approvisionnés à partir de ce jeudi.

Les stocks stratégiques de carburant de Gitega de nouveau approvisionnés à partir de ce jeudi.

Après plus de dix ans, les stocks stratégiques de carburant de Gitega ont à nouveau été approvisionnés le matin de ce jeudi. Des camions ont été vus en train de remplir du carburant dans ces stocks. Certes, les stations- service de la capitale politique sont à sec mais  la population pense déjà à un léger mieux.

 

Depuis ce mercredi,  les habitants  de la ville de Gitega surtout    ceux  du quartier TANKOMA observent  des camions citernes apportant  du carburant  dans les stocks de  Tankoma. C’est à plus ou  moins 5 km du centre de  la ville de Gitega  Une première  depuis les années 2012, 2013 et qui a  fait naitre de l’espoir au sein de la population  qui pense  déjà à une amélioration de la situation dans la commercialisation du carburant. 

Il y a quelques jours, le porte-parole du ministère  en charge de l'énergie avait annoncé que l'entreprise REGIDESO a importé environ 25 millions de litres de mazout et essence confondus. Il promettait que ces  produits  seront distribués aux nécessiteux. Ce qui laisse penser à la population de Gitega que le carburant en train d’être chargé dans les stocks de TANKOMA est celui qui a été importé par la Regideso

En attendant, certains propriétaires de véhicules de Gitega  continuent  à souffrir du manque de carburant .Ce produit leur manque  à tel point que certains ont passé la nuit blanche de ce mercredi à jeudi devant des stations-service, mais sans être servis.

Un infirmier accusé d’intolérance politique au centre de santé de Gahororo

Les habitants de la commune Mabanda, en province Makamba, accusent un infirmier en poste au centre de santé de Gahororo de refuser de soigner les malades qui ne sont pas membres du parti CNDD-FDD. Ils demandent que cet infirmier soit corrigé étant donné que son comportement a été l’objet de plusieurs indignations de la population.

 

Connu sous le nom d’Egide Nishimwe alias Cewusi, il preste comme infirmier au centre de santé de Gahororo, situé sur la colline de Kimba, en commune Mabanda. Cet infirmier est accusé par certains habitants de trier les malades qu’il consulte sur base de leur appartenance politique. « Quand cet infirmier reçoit un malade, il commence d’abord à lui demander son appartenance politique. Et il n’hésite pas à mettre à la porte les militants des partis de l’opposition,  surtout ceux du parti CNL », raconte un habitant.

Etant donné que cet infirmier soigne les malades porteurs de paludisme et preste quelques fois au service de maternité, ces habitants demandent de nouveau qu’il soit corrigé vu que son mauvais comportement ne date pas d’hier, malgré leurs multiples dénonciations. « Certains habitants ont déjà dénoncé le comportement de cet infirmier. Nous, nous souhaitons que de telles pratiques soient bannies et interdites afin que la déontologie médicale prime devant toute chose », soulignent-ils.

La rédaction de  la RPA a appelé Egide Nishimwe alias Cewusi, mais il n’a pas décroché son téléphone. Contactés à ce propos, certains responsables sanitaires dans cette région affirment que cet infirmier a été accusé plus de deux fois les mêmes fautes professionnelles, mais qu’ils ne savaient pas qu’il les avait encore reproduits après avoir été pardonné. D’où, ils ont accepté de mener des enquêtes sur les prestations de cet infirmier et rendre compte de son cas aux supérieurs hiérarchiques afin de prendre une décision adéquate

L’administrateur de Kayogoro accusé de s’accaparer de tous les produits Brarudi

Les habitants de la commune de Kayogoro en province de Makamba accusent l’administrateur de cette commune de s’accaparer de tous les produits Brarudi sous prétexte de les réserver pour les visiteurs de cette commune. Des casiers remplis de différents produits Brarudi sont enfermés  à l’intérieur du dépôt de la place.

La carence des boissons Brarudi reste un problème pour les habitants de la commune de Kayogoro. Selon notre source, la quantité insuffisante disponible est réservée à l’administrateur de cette commune. Ce dernier vient et prend des dizaines de casiers tandis que le reste des casiers l’attend. « Là c’est dans le dépôt de Kabwa. On lui avait réservé 12 casiers d’Amstel, et 9 casiers de Primus alors qu’il n’a même pas de bar. On dit que ces boissons sont destinées à l’accueil des visiteurs de la commune. C’est du n’importe quoi en fait. Imaginez-vous les magouilles qui se font à Kayogoro. C’est vraiment déplorable », a indiqué un témoin.

Notre source à Kayogoro signale en effet que, dans les bars et dans les dépôts, des imbonerakure sont chargés de déterminer qui doit être servi ou non selon leur volonté. « La situation actuelle à Kayogoro est ainsi. Dans les bars et dépôts, il y a des imbonerakure qui sont chargés de contrôler la façon dont ces boissons sont servies. Ces derniers sont ceux qui disent que dix casiers ou plus qui restent sont réservés à l’administrateur alors que ce dernier a été déjà servi. Et si tu demandes une seule bouteille à boire sur place, tu ne peux pas être servi », ajoute- t- il.

La rédaction de la RPA n’a pas encore pu joindre Antoine Ndayiragije, l’administrateur communal de Kayogoro pour qu’il s’exprime sur ces allégations de la population.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 127 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech