Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Après six ans, la famille de Christophe Nkezabahizi décimée n’a pas encore justice

Six ans déjà jour pour  jour après  l’assassinat  du journaliste et preneur des images à la Radiotélévision nationale du Burundi  Christophe NKEZABAHIZI ainsi que sa famille en zone Ngagara dans la municipalité de Bujumbura, la justice reste muette. La famille des victimes ne cesse de demander de la lumière  et  que les auteurs   soient traduits   devant la justice. Retour sur les circonstances de l’assassinat de cet ancien employé de la RTNB  ainsi que  sa famille.

Christophe Nkezabahizi,  journaliste  et preneur des images  à la Radiotélévision nationale du Burundi a été   exécuté vers 14 heures en date du 13 octobre 2015  à son domicile sis au quartier 3 de la zone Ngagara.  Il a été assassiné avec  son épouse  Alice NIYONZIMA, ses deux enfants,   Inès NIKURA- KAMIKIMANA  âgée de 16 ans, Trésor IRAKOZE alors âgé  de 14 ans et Evariste  MBONIHAKUYE, cousin de Christophe NKEZABAHIZI.

Les enquêtes de la Rpa ont révélé que  le domicile de feu Christophe NKEZABAHIZI  a été attaqué  par des  éléments lourdement armés   de la police de la protection  des institutions, API. Une opération qui était  dirigée  par Désiré  UWAMAHORO, à cette époque commandant de la brigade anti-émeute, ont souligné nos sources.

Après avoir défoncé  la porte de la maison,  ils ont obligé  à la famille de sortir et ils les ont  tous exécutés  agenouillés à l’intérieur de leur parcelle.

Selon des témoignages des habitants de la localité,  les forces de sécurité leur ont  d’ailleurs refusé   de  prendre soin des corps de leurs voisins.  Des corps qui finiront  par être emmenés par la même  police  aux environs de 18 heures.

Après ce forfait, la police a annoncé qu’elle était à la poursuite des assaillants qui avaient lancé des grenades dans la localité  et  que des enquêtes allaient être amorcées.

Après  6 ans  que  Christophe NKEZABAHIZI  ait été  tué, la famille, amis et proches continuent à demander de la lumière sur ce meurtre et que les auteurs soient traduits devant la justice.

Jean-Marie HEZIMANA,  membre de la famille NKEZABAHIZI,  lance  un appel  au président  de République  actuel de s’activer vu  que la justice  n’a jusqu'à présent  rien fait.

Regrets du syndicat des journalistes burundais

« C’est très regrettable de voir que durant toutes ces années rien n’a été fait pour que les bourreaux qui ont exécuté Christophe Nkezabahizi et toute sa famille soient traduits devant la justice »,  a déclaré le président de l’Union Burundaise des Journalistes, UBJ en sigle.

Alexandre Niyungeko souligne toutefois qu’il n’attend à rien de la justice burundaise tant qu’elle n’est pas toujours indépendante. Seulement, il garde espoir que tôt ou tard la justice va retrouver son blason et sévir.

Rétropédalage d’Evariste Ndayishimiye face à la justice.

Le président de la république recevra désormais des recours pour de jugements  passés en force de chose jugée et entachés d’irrégularités.  Annonce du porte-parole du président dans un communiqué du 15 septembre 2021. De plus, le président  exhorte la population burundaise de se familiariser avec la procédure judiciaire afin de ne pas bruler les étapes quand il s’agit de porter plainte.

 Dans un communiqué sorti ce mercredi 15 septembre 2021, le porte-parole du président de la république, Evelyne BUTOYI, indique que le président de la république à travers le conseil supérieur de la magistrature  porte  à la connaissance  de tous les Burundais qu’il ne reçoit que des recours sur les décisions judiciaires dénoncés mais qui avaient été coulées en force de la chose jugée.  « Son excellence le président de la république porte à la connaissance des Burundais et des étrangers vivant sur le sol burundais que le président de la république à travers le conseil supérieur de la magistrature ne reçoit que les recours sur les décisions judiciaires dénoncées mais qui avaient été coulées en force de la chose jugée. C’est à dire des jugements rendus dans les différents cours et tribunaux, y compris la révision », a- t- elle précisé.

Le président Evariste NDAYISHIMIYE exhorte aux Burundais de se familiariser avec la procédure judiciaire et les lois en vigueur au Burundi. « Le chef d’Etat encourage ardemment le peuple burundais de s’imprégner des procédures et lois en vigueur et à veiller au strict respect de l’ordre judicaire car  toutes les instances sont complémentaires », a- t- elle ajouté.

La loi organique N01/02 du 23Janvier 2021 portant modification de la loi Organique N01/13 du 12 Juin 2019 portant organisation et fonctionnement du conseil supérieur de la magistrature dans son article 3 donne au conseil supérieur de la magistrature le droit de contrôler la qualité des jugements arrêts et autres décisions judiciaires dénoncées ou portées à sa connaissance ainsi que leurs mesures d’exécution ; et de statuer sur les plaintes concernant les mal-jugés manifestes coulés en force de chose jugée.

 

Le président de la république, le président de la cour suprême et le ministre de la justice sont respectivement président, vice-président et secrétaire de ce conseil et en même temps membres permanents.

Arrestation mardi soir de 44 adeptes d 'Euzebie Ngendakumana.

Les adeptes d’Euzebie Ngendakumana sont  détenus  au cachot de la police judiciaire de Ngozi. Ils ont été arrêtés ce mardi soir alors qu'ils tenaient une prière dans un des ménages du quartier Kinyami au chef-lieu de la province. La police dit attendre la décision de l'administration

Les 44 adeptes d'Eusébie Ngendakumana  ont été appréhendés le soir de ce mardi au centre-ville de la province de Ngozi. Ils tenaient une prière dans un des ménages du quartier Kinyami. Ils ont été dénoncés par le voisinage vu qu'ils mènent leur culte d'une façon particulière, selon des sources locales.

La police les accuse de tenir une prière illégale. Les 44 ont été acheminés au cachot de la police judiciaire. Mais, deux femmes ont été libérées. L'une parce qu'elle est enceinte et l'autre a un nourrisson. Parmi les 44 adeptes d'Eusébie, certains sont de jeunes filles ayant au plus 15 ans.

La police de Ngozi dit qu'elle ne peut prendre aucune décision et qu’elle  attend des autorités administratives les directives à suivre car ces adeptes d'Eusébie récidivent.

L’administrateur de la commune Rango contredit son ministre de tutelle

L’administrateur de la commune Rango est accusé par les habitants de sa commune  de passer outre  les injonctions du ministre de l’intérieur et du développement communal de ne pas s’ingérer dans  le fonctionnement de la  justice. Lundi dernier, cet administrateur a réincarcéré  un habitant de cette commune qui venait d’être acquittée par le parquet.

Deus BABAHOKUBWAYO,  c’est nom de l’administrateur de la commune Rango accusé de désobéir aux injonctions de l’autorité de tutelle. Les habitants de ladite commune indiquent  qu’après avoir  appris la libération  du  nommé Innocent NIMUBONA dimanche dernier,  cet administrateur a juré de le réincarcérerparce que la justice ne l’a pas consulté,  raconte cet habitant de la commune Rango. « Après avoir  remarqué qu’il est incarcéré injustement, la justice a pris la décision de lui rendre sa liberté. Il a même montré le billet d’élargissement  à l’administrateur mais sans succès. L’administrateur a indiqué que même si  le parquet l’a relâché, il doit le réincarcérer car la justice ne pouvait pas le libérer sans l’aviser. C’est pourquoi il l’a incarcéré. Ce sont les mêmes litiges qui sont à l’origine de son incarcération ».

Pourtant, le  ministre de l’intérieur,  de la sécurité publique et du développement publique a mis en garde le 29 Juillet de cette année  tout administratif qui s’ingérera dans les affaires de la justice. « Vous, les administratifs, sachez que vous avez des limites en ce qui concerne les affaires juridiques. Il ne faut pas s’ingérer dans ces affaires comme nous l’avons constaté ces derniers jours. Il n’y a pas de loi du ministère de l’intérieur qui est au déçu de la justice. S’il y a une affaire juridique, votre rôle est d’éclairer et orienter vos administrés dans cette affaire mais pas remplacer la justice. Sinon ça serait un chaos dans le pays. S’il y a quelque chose qui ne va pas dans la justice, il est de la responsabilité du gouvernement de la corriger », a déclaré Gervais Ndirakobuca, ministre de l’intérieur

Innocent NIMUBONA totalise 3 jours au cachot de la zone Gaheta en commune Rango.

A ce propos, la rédaction a contacté Deus BABAHOKUBWAYO,  administrateur  de la commune Rango qui  a raccroché après lui avoir dit les raisons de l’appel.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 153 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech