Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

La presse au Burundi : Regard des journalistes chevronnés

La presse au Burundi : Regard des journalistes chevronnés

Chaque 03 mai, le monde célèbre la journée dédiée à la liberté de la presse. Au Burundi, deux femmes journalistes sont en prison et une centaine d’autres journalistes sont en exil depuis déjà 9 ans. Pourquoi la cohabitation journalistes-politiques reste difficile au Burundi ? Des journalistes en ont débattu au cours de l’émission IJAMBO NI RWAWE de la Radio Publique Africaine de ce 04 mai 2024.

 

« Les médias s’autocensurent beaucoup actuellement au Burundi. » Avoue Jean-Claude Kavumbagu, directeur de l’agence de presse en ligne Net Press. Ce journaliste de 28 ans  d’expérience est parmi les journalistes qui exercent encore au pays. « Nous exerçons dans un climat très difficile. Le journalisme est un métier mal vu, très combattu même.» Ajoute-t-il.

Le directeur de l’agence Net Press déplore que le journalisme d’investigation qui faisait jadis l’honneur des médias burundais, a été abandonné.  Les journalistes ont de sérieux problèmes d’accès aux sources d’informations, surtout les sources officielles.  Pour Jean-Claude Kavumbagu, les membres du gouvernement se cachent derrière leurs porte-paroles  qui organisent régulièrement des conférences publiques. « L’information est détenue par les ministres, ce sont eux qui devraient répondre aux questions des journalistes et de la population », souligne JC Kavumbagu.

Sans contredire le classement fait par Reporters Sans Frontières qui montre une avancée dans le classement, 108ème place en 2024 contre 114ème en 2023 sur un total de 180 pays, JC Kavumbagu ne voit toutefois aucune avancée sur le terrain.

Fiacre Munezero, ancien journaliste de la Radiotélévision Nationale et un des fondateurs de la Radio (privée) Isanganiro, peint un tableau similaire à celui de son ancien collègue JC Kavumbagu. 

Selon Fiacre Munezero, le régime CNDD-FDD ne tolère pas les journalistes qui accordent la parole à leurs opposants armés ou pas, ainsi qu’à ceux qui portent loin toute voix discordante, entre autres celles des militants de la société civile.  

Fiacre Munezero,  un des journalistes qui ont tendu le micro aux dirigeants actuels du pays encore au maquis, regrette que le régime CNDD-FDD reproduise ce qu’il disait combattre dans le passé. 

« Quand nous allions les rencontrer au maquis, les combattants du FDD nous appréciaient beaucoup pour avoir osé risquer nos vies afin de porter loin leurs revendications. »

Ayant exercé dans un climat de tension et d’intimidation sous les régimes qui ont précédé le régime actuel, Fiacre Munezero estime que le CNDD-FDD a placé haut la barre. « Attaquer des médias et tirer sur le matériel est inimaginable et incompréhensible. »

Victime de son métier à plusieurs reprises, JC Kavumbagu a été déjà emprisonné cinq fois, par différents régimes. Pour lui, les dirigeants du Burundi ne persécutent les journalistes que pour une seule raison. « Les journalistes diffusent des informations qu’ils désiraient garder secret. »

Déplorant aussi le musèlement de la presse, le président de l’Union Burundaise des Journalistes UBJ, un des journalistes en exil, regrette que les crimes commis contre les journalistes restent impunis. Alexandre Niyungeko, directeur d’une des radios diffusant depuis l’exil, salue ce qu’il qualifie de bravoure des journalistes restés au pays. « Ces journalistes sont à encourager. Ils sont braves parce qu’ils parviennent à continuer à travailler malgré les conditions difficiles. Nos activités se complètent. »

A la tête du Burundi depuis juin 2020, le président Evariste Ndayishimiye  tient des discours prometteurs, mais des discours qui ne sont pas suivis d’actes concrets.

A une année des premières élections (les législatives prévues en 2025), un projet de code électoral est en attente de promulgation. L’un des amendements fait, interdit les journalistes de publier les résultats des élections avant la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).  Un coup de plus pour enfoncer le métier de journalisme, estiment les journalistes invités de l’émission IJAMBO NI RWAWE. 

« Nous attendons de voir l’action du président de la République. S’il est pour une presse libre, il ne devra pas promulgué le code électoral tel qu’il est. » Déclare JC Kavumbagu.

Mais en attendant des actions concrètes du chef de l ‘Etat, deux femmes journalistes restent emprisonnées.  

Floriane Irangabiye, de la radio Igicanoro est sous les verrous depuis plus d’une année.    Elle est condamnée à 10 ans de prison ferme pour atteinte à la sureté intérieure de l’Etat.  Sandra Muhoza  de  l’agence en ligne La Nova,   est  quant à elle,  depuis le 18 Avril  locataire de la prison centrale de Mpimba. Elle est  poursuivie pour atteinte à la sécurité de l’Etat et aversion raciale.  

 

…………………………..

Photo : Fiacre Munezero tendant le micro au président Evariste Ndayishimiye encore au maquis (2004)

Burundi : « Les assassinats et kidnappings devraient cesser !»  L’Eglise catholique s’exprime

Burundi : « Les assassinats et kidnappings devraient cesser !» L’Eglise catholique s’exprime

Dans une déclaration qui a été lue ce dimanche 14/04/2024  dans toutes les paroisses catholiques du Burundi, la conférence des évêques catholiques du Burundi a montré sa préoccupation quant à la situation qui prévaut actuellement au pays. A la veille des élections législatives, ces évêques déplorent qu’il y ait toujours de l’impunité, des assassinats et enlèvements. La conférence épiscopale est aussi revenue sur la situation économique très précaire.

 « Il existe des signes de ceux qui voudraient nous faire revivre le système politique révolu du monopartisme ». Une des préoccupations exprimée par les évêques catholiques du Burundi.

Rappelant que dans le passé le Burundi a, de façon répétitive, sombré dans la violence suite à l’exclusionnisme et à la recherche exacerbée du pouvoir, ces représentants du Pape au Burundi affirment qu’il faut un renforcement d’un régime qui fasse place à toutes les formations politiques, y comprises celles qui sont en opposition avec le parti au pouvoir.

A la veille des premières élections, la conférence épiscopale catholique du Burundi (CECAB)  précise que pour que ces élections aient l’aval de tous, elles doivent être inclusives, libres et transparentes ; ce qui n’est possible que quand les libertés individuelles sont garanties.

Dans cette déclaration, les évêques du Burundi ont également exprimé leurs préoccupations suite à l’impunité qui prévaut au Burundi. « Au fur et à mesure que l’impunité s’établit dans la société, le peuple perd la confiance dans les institutions judiciaires et risque ainsi de se décourager, de se faire justice et de commettre des crimes. » 

D’après la déclaration, les agents de la justice sont contraints à enfreindre le droit par certains cadres qui les harcèlent.

Pour la CECAB, tout burundais et tout résident devrait vivre en paix parmi les siens et ses biens et par conséquent, l’impunité face au mal commis, cause angoisse et rancœurs dans les cœurs, entrainant ainsi le désordre et la guerre.

La conférence épiscopale catholique du Burundi s’est aussi exprimée sur la situation sécuritaire.  « Constater que dans notre pays, il est des personnes qui sont horriblement assassinées ou kidnappées et portées disparues pour des raisons politiques ou autres intérêts macabres, fait frissonner », déclare la Conférence épiscopale qui rappelle que « Quand bien même quelqu’un serait appréhendé et arrêté par les instances habilitées, la justice doit se dérouler dans le respect de la loi, de sorte que la personne soit détenue dans un endroit connu et accessible aux membres de sa famille. » 

Pour les évêques catholiques du Burundi, la protection de la population revient en premier aux forces de sécurité et de défense. Ils les appellent donc à plus de vigilance pour protéger la population et ses biens. Et à tous ceux qui nourrissent encore les sentiments de verser le sang comme un moyen de faire entendre leurs idéologies ou d'accéder au pouvoir politique, l’Église catholique du Burundi les exhorte «  à remettre l’épée dans le fourreau pour s’atteler à édifier la nation en empruntant les voies qui respectent la dignité de la personne humaine et qui privilégient le dialogue et la concertation. »

 Les évêques catholiques déplorent enfin la pauvreté qui ne cesse de s’aggraver. « Nous saluons les efforts déployés par les instances du pays qui se donnent pour augmenter et booster la production agro-pastorale. Toutefois, force est de constater que l’économie du pays peine à se relever. » 

La conférence épiscopale des évêques du Burundi demande aux instances du pays de veiller au bien commun, de s’atteler d’urgence sur la question de la pauvreté et que les auteurs des détournements et malversations soient publiquement sanctionnés conformément à la loi. 

 Le message des évêques salué dans le milieu politique

 Dans sa réaction à chaud, le parti Alliance pour la Paix, la Démocratie et la Réconciliation (APDR)  approuve le tableau tel que brossé par l’Église catholique du Burundi. Et d’appeler toutes les catégories de Burundais, qui se retrouvent dans cette déclaration, à se raisissir et à suivre les conseils de ces évêques catholiques.       

Contributions électorales : Qui du Chef de l’Etat  ou  du parti au pouvoir réglemente ?

Contributions électorales : Qui du Chef de l’Etat ou du parti au pouvoir réglemente ?

 Il y a cinq jours, la campagne d’éducation civique et électorale a débuté officiellement à Gitega, la capitale politique du Burundi. Dans son discours, le président de la République a dit que le pays couvrira lui-même les besoins électoraux et qu’il n’y a aucun souci d’argent. La contribution sera faite par volonté, a déclaré le chef de l’Etat, ce qui n’est pas le cas sur la colline Kinyami de la province Ngozi.  L’ordre de contribuer aux élections a été déjà donné par le responsable du parti au pouvoir.

« Il n’y a  aucun doute que les élections prévues l’année prochaine vont très bien se dérouler. Nous avons un reliquat issu des élections de 2020, c’est pour cela que  nous ne nous inquiétons pas du tout car nous savons  très bien que nous ne manquerons pas d’argent. » A déclaré le président Evariste Ndayishimiye  le 12 avril à Gitega, lors du lancement officiel de la campagne d’éducation civique et électorale.

Le chef de l’Etat  a donc précisé  que  la contribution ne sera que volontaire. « C’est dans cette optique que j’aimerais vous informer que cette fois-ci, il n’y aura pas de contrainte. Contribuera celui qui le voudra. Aucune retenue sur salaire ne sera faite à moins que le concerné en fait la demande. »

Sur la colline Kinyami, les ordres diffèrent

Samedi  13 avril, le chef de la colline Kinyami, Nestor Ndikumana,  et le responsable du parti au pouvoir sur la même colline ont signifié  aux habitants de la localité que la contribution aux prochaines élections est obligatoire. « Toute personne en âge de voter  doit donner  deux cents francs burundais. Et celui ou celle qui va refuser de contribuer  ne bénéficiera d’aucun service donné par la commune. »

Ce message a été donné dans une réunion animée après la séance des  travaux communautaires sur cette colline de la ville de Ngozi. Les informations en provenance de la colline Kinyami  font savoir  que le chef de cette colline et le responsable du parti CNDD-FDD sur la même colline ont été envoyés par les responsables du parti CNDD-FDD au niveau provincial. Et d’après les mêmes informations,  la même contribution serait exigée sur  toutes les collines de la ville de Ngozi.

Nous n’avons pas  pu joindre les responsables du parti au pouvoir dans cette province du nord du pays ni  l’administration provinciale.

 

……………………….

Photo : Le président Evariste Ndayishimiye lors du lancement officiel de la campagne d’éducation civique et électorale

Kigali  révèle le mensonge de Gitega

Kigali révèle le mensonge de Gitega

Plus de deux mois après la fermeture des frontières burundo-rwandaises par Gitega et ses attaques verbales contre le chef de l’Etat rwandais, ce dernier vient de s’exprimer sur ses relations avec son homologue burundais. Dans un entretien exclusif avec Jeune Afrique, le président  Paul Kagame  s’est dit déçu  par le comportement mensonger du président burundais Evariste Ndayishimiye. Selon  le président Kagame, le Burundi faisait juge et partie dans le conflit M23-FARDC, l’armée du pays qui héberge les génocidaires des Tutsi au Rwanda.

Au cours d’un entretien avec Le journal Jeune Afrique à propos de la détérioration des relations bilatérales avec le Burundi, le numéro 1 Rwandais a dit qu’ils avaient appris, grâce à leurs services de renseignements, que Gitega comptait envoyer un  renfort militaire à Kinshasa avant le déploiement de celui-ci. « J’ai  téléphoné au président Ndayishimiye. Je lui ai demandé s’il comptait effectivement envoyer son armée se battre au nom de Kinshasa, en contradiction avec sa mission d’origine. Je lui ai dit que c’était dangereux, car cela impliquait qu’il collabore avec les FDLR près de notre frontière, ce qui constitue une menace pour nous.  Le président m’a juré que cela n’était pas vrai et que mon informateur mentait. Deux semaines plus tard, peut-être moins, ses troupes étaient aux côtés des forces armées congolaises et des FDLR. C’est donc lui qui m’avait raconté des mensonges !»

Face à ce mensonge, Kigali dit avoir cherché à savoir les raisons de ces agissements. « Depuis, nous ne cessons de demander aux Burundais pourquoi ils ont agi ainsi. C’est à partir de ce moment-là qu’ils ont commencé à fabriquer des histoires. » A déclaré le président Paul Kagame.

Effectivement, Evariste Ndayishimiye a, en décembre dernier,  avoué  publiquement  qu’il s’était rendu en RDC pour secourir son voisin avec qui, il avait des accords bilatéraux. C’était au cours d’une émission publique. « Si la maison de ton voisin brûle et que tu n’interviens pas, le voisin se méfiera aussi de ton sort lorsque la tienne prendra feu. Si alors le Burundi porte secours à la RDC, c’est comme pour se secourir soi-même, puisqu’il faut stratégiquement anticiper la guerre. »   

Dans la même interview avec Jeune Afrique, le président Kagame  a aussi évoqué sa volonté manifeste de sauvegarder l’amitié et la confraternité avec le Burundi. Paul Kagame n’a pas caché d’un iota les bons offices qu’il avait accordés à Ndayishimiye. Dans ces propres mots il a dit : «  Les Burundais nous ont demandés de les mettre en contact avec le Général Godefroid Niyombare et avec ses collègues putschistes. Nous l’avons fait, ils ont discuté. Mais lorsqu’ils ont commencé à s’impliquer en RDC, ils ont disparu. Ils sont ensuite réapparus en nous reprochant ce que justement nous étions en train de régler avec eux. »

Le président rwandais a toutefois nié et rejeté toute allégation selon laquelle il soutiendrait le mouvement rebelle Red-Tabara  qui combat le pouvoir de Gitega.

…………………….

Photo : Paul Kagame, le président du Rwanda

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 325 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech