Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Bientôt des militaires pour sécuriser le camp de réfugiés de Lusenda.

Des militaires vont être redéployés pour sécuriser le camp des réfugiés burundais de Lusenda en République Démocratique du Congo. Annonce faite ce lundi lors de la visite des représentants de la Conférence Internationale des Régions des Grands Lacs dans la zone où se trouve ce camp des réfugiés burundais. Dans cette zone, il s’est observé la perturbation de la sécurité des réfugiés. Certains ont perdu leur vie tandis que d’autres  ont été dépouillés de leurs biens par les malfaiteurs.

   C’est  ce lundi qu’il y a eu la visite des représentants de la Conférence Internationale de la Région des Grands Lacs, CIGRL en sigle. Ils ont atterri sur la localité de Lusenda où se trouve le camp des réfugiés burundais. Selon les réfugiés de ce camp, l’objectif de la visite de ces officiers militaires de la CIRGL était de s’encquérir de la situation de la sécurité du camp de réfugiés de Lusenda. Ce réfugié du dit camp raconte. « C’était des militaires hauts gradés. Ils ont atterri sur le terrain de foot de Lusenda. Ils étaient de douze pays. Ils étaient venus pour la sécurité de cette localité et surtout du camp des réfugiés de Lusenda.Ca nous a montré qu’ils sont vraiment préoccupés par notre sécurité ».

Après l’entretien avec les dirigeants de la localité de Lusenda et les représentants des réfugiés, ces représentants de la CIRGL ont promis aux réfugiés qu’ils vont redéployer des militaires pour sécuriser le camp  de réfugiés de Lusenda, poursuit ce réfugié. « Ils ont posé beaucoup de questions aux représentants des réfugiés dont l’administrateur du camp et le chef du camp. Ils sont allés également demander au roi des Babembe qui règne dans ce roitelet. Ils ont conclu de redéployer l’armé pour protéger les réfugiés. Ils ont dit qu’ils vont mettre les positions aux alentours du camp des réfugiés à 4km de chaque côté du camp ».

Cette visite de la délégation de la Conférence Internationale de la Région des Grands Lacs intervient après que cette localité de Lusenda où se situe le camp des réfugiés burundais a connu la perturbation de la sécurité des réfugiés au cours de laquelle certains ont perdu leur vie tandis que d’autres  ont été dépouillés de leurs biens par les malfaiteurs.

Un gang de malfaiteurs commet des vols et tue au chef-lieu de la province Bubanza

Après de nombreuses attaques de la nuit de samedi dernier, ce groupe a encore gravement blessé deux personnes à leur domicile au quartier Ruvumvu

La nuit de samedi dernier vers minuit passé, un groupe de malfaiteurs armés  a attaqué une famille du quartier  Ruvumvu situé au chef-lieu de la province  Bubanza .Selon les sources proches de cette famille, ces malfaiteurs ont exigé de l’argent à une personne qui avait retiré une somme de vingt mille francs  sur Lumicash. 

Après, ils l’ont  ordonnée  d’aller demander à ses voisins vendeurs du riz d’ouvrir la porte. Quand ses voisins ont ouvert, ces malfaiteurs armés les ont sérieusement tabassés   et ont blésé une maman et sa fille.   Vu que la situation devient plus compliquée, la  maman de cette famille du non de Emeline  a proposé  à ces malfaiteurs  de l’accompagner dans une autre famille pour prendre son téléphone et de l’argent.   Mais, c’était  une façon de pouvoir s’enfuir.

Les habitants du quartier Ruvumvu font savoir que ces malfaiteurs  seraient des imbonerakure de la localité de Gatura qui sont protégés par  Christophe Ntunzwenimana,  chef des imbonerakure de Ruvumvu . Ce dernier est cité dans plusieurs forfaits commis par des imbonekaure dans cette localité.

Parmi les autres forfaits déjà  commis par ces malfaiteurs  figure l’assassinat le 5 décembre dernier d’un certain  Jean Marie Vianney Nsabimana du quartier Ruvumvu tué . Ces malfaiteurs sont également cités dans des cas du viol commis dans le quartier Kanabubu au cours du mois de novembre dernier.

Selon toujours nos sources, les habitants du chef-lieu de la province Bubanza  ne comprennent pas le silence des administratifs alors que la situation s’est dégradé depuis le mois de septembre l’an dernier. Ils  leur demandent  de veiller à leur sécurité et de redresser Christophe Ntunzwenimana, le chef des imbonerakure.

Contactée à ce propos, Olive Niyonkuru, l’administrateur de la commune Bubanza , a dit qu’ elle est en réunion. 

Un homme victime d’un crime organisé a rendu l’âme ce lundi.

Un homme a été fusillé  par un groupe de personnes armées et non identifiées.  Le drame s’est produit dans un bistrot se trouvant au quartier Kabondo de la zone Rohero en commune Mukaza le soir de samedi dernier. La victime a finalement rendu l’âme  le matin de ce lundi suite aux graves blessures.

La personne fusillé le soir de samedi dernier par un groupes d’hommes armés au quartier Kabondo zone Rohero répond au nom d’Arnaud MFURANZIMA. Selon les habitants de la localité, Arnaud MFURANZIMA prenait un verre avec ses amis au bistrot nommé PEACOCK  communément appelé KU MATETE dans ce quartier de Kabondo. Les malfaiteurs se sont introduits dans le bistrot et se sont dirigés à l’endroit où s’assayait Arnaud MFURANZIMA et ont ouvert le feu sur lui au niveau du dos. Ceux qui était avec la victime ont été sommés de coucher par terre, selon notre source.

Ces malfaiteurs n’ont pas tiré sur les autres personnes. Seulement, ils leur ont dépouillé des téléphones et de l’argent et sont partis tranquillement, selon toujours notre source.

Arnaud  MFURANZIAMA  a été dépêché à l’Hôpital KIRA pour des soins mais il est mort  le matin de ce lundi suite aux blessures qu’il a eu au niveau de la tête et du dos. Les auteurs de ce crime n’ont pas été identifiés. Arnaud  MFURANZIAMA  laisse derrière lui une veuve.

A ce propos, la rédaction a essayé de joindre le Maire de la ville de Bujumbura mais  sans succès.

Quand la présence de l’armée burundaise divise la société civile et le gouvernement congolais

Présence militaire burundaise RDC. La société civile prépare des manifestations contre  cette incursion et saisit le président de la république. Quant à l’armée congolaise, elle dit ne pas être au courant de cette situation.

La coalition de la société civile dans la plaine de la RUZIZI en République  Démocratique du Congo confirme l’incursion des éléments  de l’armée burundaise sur le sol congolais depuis un certain temps. Selon  Kidumu  Musegereta, représentant de ladite coalition, ils ont déjà envoyé une correspondance au président de la République congolaise pour lui demander des explications quant à la présence des  éléments de la FDN sur leur territoire. ‘’Nous avons commencé à enregistrer tout sur ces incursions des militaires Burundais et aussi celles des rebelles. On a même envoyé une correspondance au président de la république pour lui faire part de notre inquiétude car notre peuple en a assez de ces guerres qui n’en finissent pas. S’il refuse de nous écouter, nous serons obligés de recourir aux manifestations.’’ S’est indigné ce défenseur congolais des droits de l’homme.

Le porte-parole de l’armée congolaise au Sud-Kivu a, quant à lui, déclare qu’il n’a pas encore eu de rapport officiel de l’incursion des éléments de l’armée burundaise sur le sol congolais. ‘’On n’a pas encore reçu de rapports. Mais nous avons lu dans les réseaux sociaux qu’il y a eu des groupes armés qui se seraient infiltrés sur le sol congolais. Moi je ne peux pas dire qu’ils sont de l’armée burundaise. Mais bon. Nous avons lu comme tout le monde dans les réseaux sociaux que ce sont des groupes armés venant d’un pays voisin. Mais je ne peux pas confirmer ni infirmer cette information.’’ A indiqué  Dieudonné Kaseleka,  porte-parole de l’armée congolaise au Sud-Kivu.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 135 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech