Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Immixtion du numéro un du Cndd- Fdd dans la justice à Bubanza.

Le responsable du parti Cndd- Fdd en province de Bubanza est accusé par la population de se mêler dans les affaires de la justice en faisant libérer des coupables par des magouilles. Le procureur dans cette province est obligé d’intercéder sans hésiter à toutes ses demandes.

Déjà accusé de vol et de vente frauduleuse de l’engrais chimique de l’usine Fomi et du ciment de l’entreprise Buceco, le nommé Alexandre NGORAGOZE secrétaire général du parti CNDD FDD dans la province de Bubanza est également accusé de s’ingérer dans les affaires de la justice dans ladite province.

Selon la population, c’est lui qui fait la pluie et le bon temps. Il décide de ceux qui doivent être emprisonnés ou ceux qui doivent être relâchés. L’exemple est celui d’un certain Ciza surnomé Gihugu de la commune de Gihanga qui avait été arrêté en possession de l’engrais chimique et qui a été relâché par la suite à cause d’Alexandre NGORAGOZE. «C’est lui qui décide de qui doit être emprisonné ou doit être relâché. Il y en a même ceux qu’il fait emprisonner définitivement. Un certain Ciza nommé Gihugu de Gihanga dans le village III avait été arrêté lorsqu’il faisait la vente de l’engrais chimique frauduleux. Mais, ce secrétaire du parti CNDD FDD l’a fait relâcher immédiatement. Il l’a même emmené à bord de son véhicule à la permanence du parti pour que personne ne le touche », a révéle un témoin.

Au mois de mai 2022, le même Alexandre NGORAGOZE a interdit à la justice d’emprisonné une liste des gens qui venaient de blesser les participants à une fête qui avait eu lieu chez l’ancien président de l’assemblée nationale dans la même province de Bubanza. « Il a aussi refusé qu’on emprisonne les gens qui ont tabassé les participants à une fête de Nyabenda. Il s’agit du très fort responsable des imbonerakure au niveau communal, le nommé NDAYISHIMIYE Evariste qui a le même nom que le président de la république comme je viens de le citer, et un certain Emmanuel. Tous ont blessé sévèrement les participants à une fête qui avait eu lieu chez Nyabenda, l’ancien président de l’assemblée nationale à Bubanza. Personne n’a été emprisonnée alors qu’ils avaient blessé les gens », ajoute- t- il.

Nos sources dans la province de Bubanza font savoir que le procureur général dans la province de Bubanza craint tellement le dit secrétaire général du parti CNDD FDD dans cette province.

Selon les mêmes sources, le dit procureur de Bubanza exécute sans hésiter toutes les demandes du secrétaire général du parti CNDD FDD dans la province de Bubanza. Ce comportement reste incompréhensible pour la population de Bubanza qui ne cesse d’entendre des autorités de la dite province que personne n’est au- dessus de la loi.

Contacté à ce propos par la rédaction de la rpa, Cléophas NIZIGIYIMANA le gouverneur de la province de Bubanza,  n’a pas décroché son téléphone.

La RN9 en piteux état.

La route Bujumbura- Bubanza  est dans un état très lamentable .Depuis plus de sept ans,  cette route nationale est  jonchée de nids de poules  qui se multiplient du jour au lendemain.

L’altération de la a route nationale numéro 9  a commencé en 2015. Les usagers de cette route affirment qu’elle est impraticable   depuis la permanence nationale du parti Cndd- Fdd sise en zone de Ngagara en commune de Ntahangwa jusqu’ au chef- lieu de la province de Bubanza. Les chauffeurs qui l’empruntent affirment qu’ils conduisent très lentement  tantôt  pour éviter de cogner celui  qui se trouve devant tantôt  pour  éviter  que les cailloux qui pourraient sauté ne brisent leurs  pare-brises. Notre source indique qu’on l’a dernièrement couverte de   gravier    mais que rien n’a changé. Les usagers de cette route estiment qu’on l’a délaissée.  « La route qui passe à Mutakura est   impraticable. A partir de COTEBU près du lycée pédagogique de NGAGARA  jusqu’ à  Carama, la route est  très altérée. Elle est pleine de nids de poules. On n’en  parle plus. Ca fait très longtemps qu’elle  est  en mauvais état.Je pense que c’est depuis l’an 201. On a mis du   gravier   puis on a amené des machines pour compacter à partir du rond- point  situé près de la permanence du parti CNDD- FDD. Quand la pluie va tomber, la situation va s’empirer », précise notre source.

Les usagers de la RN 9  demandent aux  responsables du secteur routier de songer  à sa réhabilitation.

Plaintes des enseignants de Rutana.

Certains enseignants prestant dans la direction provinciale d’éducation de Rutana se plaignent du calvaire qu’ils endurent. Durant la formation de recyclage en cours depuis ce lundi qui se déroulent  aux chefs-lieux des communes qui composent cette province, ils sont obligés de se prendre en charge  pour le déplacement et pour la ration. 

Ces enseignants  de l’école fondamentale qui bénéficient d’une formation de recyclage depuis ce lundi 22 août  jusqu’au 2 septembre prochain sont ceux qui n’ont pas pu réussir au test de mise à niveau organisé par le ministère  de tutelle au mois d’avril dernier.

Ceux qui prestent dans la direction provinciale de l’éducation de Rutana suivent cette formation aux chefs-lieux des communes qui composent  ladite province et suivent  les cours de mathématiques  et de français.

Ces enseignants se plaignent des conditions dans lesquelles ils suivent cette formation. «Nous, les enseignants de la province Rutana avons des plaintes car nous n’avons pas de ticket. Nous nous déplaçons avec des moyens que nous n’avons même pas. Et comme il  y a pénurie de carburant, les prix du ticket de transport ont été majorés et nous sommes obligés de contracter des crédits. On ne nous donne rien, pas même de l’eau à boire. Nous y passons toute  la journée sans rien manger. On effectue un trajet de 20 km  pour  y aller et 20 km pour le retour. C’est-à –dire qu’on  fait  40 km de marche par jour ce qui est très fatigant», révèle un de ces enseignants.   

Ces enseignants demandent que cette formation se fasse dans les zones comme ils l’ont fait pour la passation du test de mise à niveau afin de diminuer les dépenses. « Nous demandons que cette formation se déroule dans les zones et en réseaux tel que  nous avons passé le test. C’est regrettable de vouloir  que nous travaillions bien et ayons  de bons rendements scolaires alors que  nous sommes mal traités », se plaint- il.      

A ce propos, la rédaction de la RPA n’a pas pu joindre Siméon NGENZEBUHORO, directeur provincial de l’éducation à Rutana, pour recueillir sa réaction.

Conflits entre agriculteurs et éleveurs en commune de Rugombo

Des conflits ont éclaté ce mardi matin entre les agriculteurs et les éleveurs de vaches de la commune de Rugombo en province de Cibitoke. De riches commerçants violent la loi de stabulation permanente et laissent leurs vaches aller brouter dans les champs d'autrui.

Le matin de ce mardi, des vaches de  certains des riches commerçants  de la zone de Rugombo ont été aperçues en train  de paître sur les bords du canal d’irrigation de la localité de  Rukerereza du secteur Kagazi de la zone et commune de Rugombo. Selon les agriculteurs ces vaches non seulement abiment le  canal d’irrigation mais aussi  elles broutent dans leurs champs. « Des vaches sont en train de brouter  sur les bords du canal d’irrigation de nos champs. C’est le deuxième canal qui nous permet d’irriguer nos champs. Cela se fait au moment où  les travaux de curage du canal sont en cours. On nous a promis qu’aucune vache ou chèvre ne pourra   paître ici. D’ailleurs,  il y a les mesures de stabulation permanente qui sont également violées. Mais, regardez ce qui est en train de  se faire dans nos  champs. Regardez comment ce troupeau est en train d’endommager le canal d’irrigation. Ces vaches appartiennent à  NAKWA et à MWARABU », se plaint un des agriculteurs.

Selon ces agriculteurs, cela constitue une double violation de la loi. « Ils ne violent pas seulement  la mesure de stabulation permanente. Egalement, ils sont en train de violer l’autre mesure qui concerne les canaux d’irrigation. Normalement, on aurait pu saisir la justice. Mais, comment  pourra- t –elle nous aider alors que  ces sont les  mêmes qui ont pris ces mesures qui sont en train de les violer », poursuit- t- il.

 Selon la population locale, le trio MWARABU - NANKWA  et le ministre   Gervais NDIRAKOBUCA n’a jamais observé les mesures de stabulation permanente. 

A ce propos, la Rédaction de la RPA a téléphoné au gouverneur de la province de Cibitoke mais son téléphone sonnait sans que personne ne décroche.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 286 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech