Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Intolérance politique en commune Mpanda.

Les militants du parti CNL de la colline Murengeza de la commune Mpanda en province de Bubanza continuent d’être persécutés par des militants du parti CNDD-FDD. Actuellement, certains habitants de Murengeza demandent l’action de l’administration pour stopper l’intolérance politique qui s’y manifeste.

Quatorze militants du parti CNL de la colline Murengeza sont incarcérés jusqu’à l’heure actuelle selon certains membre du parti CNL de la dite colline. Ces détenus ont été signifiés qu’ils sont sous une enquête policière en rapport avec les échauffourées qui les ont opposées mercredi de la semaine dernière aux militants du parti CNDD-FDD.

Une justification que les membres du parti CNL trouvent non fondée car injuste vu que les leurs sont les seuls à être incarcérés. Ils accusent également la représentation communale du parti CNDD-FDD à Mpanda d’avoir planifié en complicité avec la police l’arrestation des militants du parti CNL.

Ces allégations sont par ailleurs appuyées par les habitants de la place qui confirment que les imbonerkure ne cessent de provoquer les membres du parti CNL. A titre illustratif, cet habitant donne l’exemple du drapeau du parti CNL subtilisé par cette milice du parti au pouvoir, le CNDD-FDD. « Le drapeau a été volé ce dimanche aux environs de 16 heures par deux imbonerakure à savoir Ndinze Oscar et Donatien. Personne n’a su où ils l’ont emmené. C’est aujourd’hui que le drapeau a été ramené par des militants du parti CNDD-FDD et ils l’ont, eux-mêmes, hissé à la permanence du parti CNL ».

Selon des sources proches des administratifs de la commune Mpanda, le drapeau a été remis après que les représentants provinciaux du parti CNL aient, à maintes reprises, sollicité l’intervention de l’administration. Certains habitants de Murengeza sollicitent l’action des administratifs pour faire cesser les pratiques des membres du parti au pouvoir avant que la situation ne dégénère.

La rédaction de la RPA a joint Nadine Nibitanga, administrateur de la commune de Mpanda, mais son téléphone sonnait sans que personne ne décroche.

Ces mésententes entre les membres du parti CNL et celui du CNDD-FDD ont débuté mercredi dernier lors de l’élection des membres du conseil des agents de santé communautaire. Les militants du parti CNL accusaient ceux du parti CNDD-FDD de les avoir écartés. Une mésentente qui a conduit à des altercations musclées suivies par des arrestations en cascades de certains militants du parti CNL.

Deux membres de la coopérative Sangwe détenus sur ordre de l’administrateur de Giharo.

Deux membres de la coopérative Sangwe de la colline Kibimba en zone Bitezi de commune Giharo en province de Rutana sont détenus depuis 10 jours dans les cachots de la police de la même  commune. Ils sont accusés de faire partie de ceux qui ont dénoncé la mise en place du nouveau comité de cette coopérative par l’administrateur de la commune Giharo.

Ces deux membres de la coopérative Sangwe de la colline Kibimba sont détenus depuis le 29 mars dernier aux cachots de la police en commune Giharo. Il s’agit de Jérémie Misago et Fulgence Gisaga.

Lydie  NININAHAZWE, administrateur  de la commune Giharo  en province  Rutana et les responsables collinaires et communaux du parti CNDD-FDD sont pointés du doigt  pour être à l’origine d’un climat malsain observé  au sein des membres de cette coopérative.

En effet, le comité directeur de cette coopérative a adressé le 4 mars dernier une correspondance au directeur général du Fonds National pour l’investissement Communal pour lui signifier des irrégularités qui ont caractérisé cette mise en place du nouveau comité par l’administrateur de cette commune. Ce nouveau comité est composé de Tharcisse Nitunga, Léonard Ruhoranyi, James Kabura, Annociatte Sindayihebura, Zacharie Batungwanayo ainsi que  Tharcisse Masumbuko.

Après la dénonciation de la mise en place de ce nouveau comité jugé illégal et irrégulier par certains membres, les membres de l’ancien comité dirigé par Siméon Ndayisenga  ont été intimidés et percutés  jusqu’à  fuir leur colline natale. De plus, les membres de cette association n’ont plus accès à leurs biens. L’un d’eux témoigne. « Après la correspondance  adressée au responsable du FONIC, Il s’en est suivi la persécution du comité  qui était à la tête  de la coopérative Sangwe. Aucun de ces membres de ce comité n’est présent sur la colline Kibimba. Tous ont fui. C’est un problème  et nous sommes malheureux. En plus, nous n’avons plus accès à nos biens comme le maïs qu’on allait récolter. Mais, le secrétaire du parti  sur la colline et le chef de cette  même colline ont ordonné que ces champs  soient récoltés par d’autres»

Les membres de la coopérative Sangwe de la colline Kibimba demandent la libération de leurs collègues car, selon eux, ils sont détenus injustement.

A ce propos, la rédaction a contacté Lydie NININAHAZWE, administrateur de la commune Giharo, mais la communication n’a pas bien marché suite au problème de réseaux.

Front Line Defenders plaide pour la libération des activistes congolais opposés à la présence des militaires burundais sur le sol congolais.

Deux des défenseurs de droits humains en          République   Démocratique du Congo ont été  arrêtés depuis le 7 de ce mois par l’armée congolaise. Ils sont depuis incarcérés  dans un cachot de la police. Ces 2 activistes  sont  victimes de  leur désapprobation de la présence des militaires burundais  et de la milice imbonerakure dans  les hauts et moyens plateaux au Sud Kivu. L’association pour la défense des défenseurs de droits humains, Front Line Defenders  juge d’arbitraire ces arrestations. Front Line Defenders exhorte les autorités de la RDC à  procéder à la libération immédiate et sans condition de ces 2  défenseurs des droits humains.

Les deux défenseurs des droits humains  victimes d’une arrestation et détention arbitraires, selon  Front line Defenders, sont  Matendo Justin et Tubaholeze Kigabi. Ils ont été arrêtés sans mandat par les forces armées à Runingu  le 7 avril 2022. 

Dans sa déclaration sortie le 13 avril, Front Line Defenders indique que les deux défenseurs ont été arrêtés au point de départ d’une manifestation pacifique qu’ils avaient organisée. ‘’ Le 7 avril 2022, Mantendo Justin et Tubaholeze Kigabi avait réuni des manifestants pour une marche pacifique. Ils entendaient manifester leur désapprobation pour l’influx de militaire burundais dans la région », peut-on lire dans la déclaration de  Front line Defenders.

Cette organisation  internationale   de défense  des droits des défenseurs des droits   humains   ajoutent  que la manifestation avait aussi  pour but de réclamer la protection de la plaine de la Ruzizi contre les violations perpétrées par la milice Imbonerakure du parti Cndd/Fdd du Burundi.

La rencontre  a , selon Front line Defenders,  été  violement dispersée par  les forces militaires de la RDC   avant le début de la marche et  les mêmes militaires ont arrêté les deux défenseurs des droits humains.

Matendo Justin et Tubaholeze Kigabi détenus à la police centrale de Ruziya.  L’organisation Front Line Defenders est très préoccupée par l’arrestation et la détention arbitraire de Matendo Justin et Tubaholeze Kigabi car elle  pense que leurs  actes sont directement liés à leur travail pacifique et légitime en faveur des droits humains.

Ainsi, Front Line Defenders demande leur  libération immédiate et sans condition, et de  garantir en toutes circonstances leur  intégrité physique et psychologique  ainsi que un traitement en détention conforme aux standards internationaux.

Des rapatriés burundais qui retournent en Ouganda sont incarcérés.

Les burundais  rapatriés et qui s’exilent de nouveau en Ouganda sont incarcérés Ces burundais retournent en exil suite à des persécutions dont ils sont victimes une fois au Burundi.

Ces burundais retournent en exil suite à des persécutions  subies de la part des imbonerkure  ainsi que des membres leurs familles. Certains ont été vus au camp de Nakivale situé en Ouganda .Notre source donne un exemple d’une femme venue de la province de Kirundo. Cette dernière a fui parce que des imbonekure ont pris tous ces biens. « L’une est une femme qui  était rentrée avec  famille, son père, sa mère et ses frères. Ils m’ont dit que des imbonerakure les ont menacés dès leur arrivée et qu’ils ont pris tous les biens de cette femme y compris l’argent pour le paquet retour. Elle a fui pour ne pas être tuée », précise notre source

Un autre exemple est celui d’un homme  qui dit que ses demi-frères ont vendu les terres de la famille. A son arrivée,  ils  l’ont  accusé d’être un combattant des mouvements rebelles. « Un autre cas est celui d’un homme  dont ses demi- frères  ont vendu sa propriété. Iils l’ont chassé et  l’ont accusé qu’il était dans des groupes rebelles. Il a décidé de retourner au camp. Ceux qui reviennent sont très  nombreux », a ajouté notre source.

Selon toujours notre source, ces burundais qui retournement au camp de Nakivale sont incarcérés une fois attrapés par les autorités. « Ils ne peuvent pas se déclarer. Ils vivent plutôt en cachette pour qu’ils ne soient pas vus par les autorités  .Une fois attrapés, ils sont incarcérés. Ils vivent  dans des conditions difficiles. J’ai entendu qu’il y a des cas des personnes  qui ont  été attrapées mais nous ne connaissons pas leur sort », a- t- elle conclut.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 388 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech