Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

 Kanyosha: Un policier accusé de semer le désordre au quartier Nyabugete 1

Kanyosha: Un policier accusé de semer le désordre au quartier Nyabugete 1

Les habitants du quartier Naybugete 1 de la zone Kanyosha, sud de la mairie de Bujumbura  dénoncent  le comportement  d’un  policier  qui garde  une des résidences du quartier. Sous influence de l’alcool, le policier agresse les passants et se vante être intouchable.

Le policier accusé par les habitants du quartier Nyabugete 1 d'avoir agressé physiquement plusieurs d'entre eux s’appelle Philbert Nduwayo. Les résidents de ce quartier signalent que depuis un certain temps, il agresse violemment toute personne qu'il croise, particulièrement lorsqu'il a consommé de l'alcool. ‘’Ce policier assure la garde d’un ménage du quartier, le ménage  d’un certain Butare. Il prend régulièrement des boissons très alcoolisées. Lorsqu'il est sous l'influence de ces boissons, il perd le contrôle,  agresse  les gens et ne cesse de se vanter d’être  intouchable.’’ Témoigne un des habitants du quartier qui s’interroge  si le policier est chargé  de garantir l’ordre ou de persécuter la population.

Les habitants de ce quartier disent avoir  rapporté ce problème au propriétaire de la résidence que le policier est chargé de surveiller, mais aucune réaction n'a été observée de sa part. ‘’Ses collègues sont également au courant de la situation, mais aucune mesure n'a été prise jusqu'à présent. Nous insistons pour que les autorités hiérarchiques prennent des mesures pour corriger ce policier.’’ Ajoutent  nos sources de ce quartier qui demandent que leur agresseur soit remplacé par un autre policier qui puisse cohabiter pacifiquement avec la population.

Nous n’avons pas pu recueillir les réactions  du  chef de quartier  Nyabugete 1 ni du chef de la zone Kanyosha. Dévote Ndayisenga, administratrice de la commune Muha, nous a répondus qu’elle n’était pas au courant de cette situation.

 

Mpimba : Des centaines de détenus sans cellules

Mpimba : Des centaines de détenus sans cellules

La surpopulation de la prison centrale de Mpimba  complique la vie des prisonniers. Plus de 400 dorment à la belle étoile et sont sujets à plusieurs maladies surtout en cette période pluvieuse. Les  défenseurs des droits de l’homme demandent le désengorgement de cette prison.

 Les conditions de vie dans la prison centrale de Mpimba (en Mairie de Bujumbura) sont déplorables. Les sources internes parlent d’habitats indécents, de nourriture périmée et insuffisante. A ces conditions, s’ajoute la surpopulation carcérale dans cette prison qui complique la vie des détenus.

‘’Lorsque le ministère de la justice décide de mettre en application la libération conditionnelle de quelques détenus,  quelques jours après l’on observe l’entrée de nouveaux prévenus de loin supérieurs à l’effectif des prisonniers libérés.’’ Déplorent nos sources de  cette maison carcérale qui donnent l’exemple du  mois de juillet cette année où 117 prisonniers ayant purgé le ¼  de leur peine   ont été libérés et qu’en moins d’un mois après la prison  avait déjà accueilli plus de 400 nouveaux détenus.

Actuellement, certains détenus  n’ont pas d’abris. 320 détenus  dorment dans les corridors  tandis que 157 autres passent la nuit sur le terrain de football, révèlent les informations recueillies sur place. Pendant cette saison pluvieuse, il s’observe dans la prison centrale de Mpimba des prisonniers qui présentent des signes de maladies causées par le froid dont la pneumonie. Selon les informations en notre disposition, le mardi  17 Octobre il y avait dans la clinique carcérale 17 malades et tous font partie des détenus qui dorment sur le terrain de football.

La prison centrale de Mpimba a été construite en 1959 sous la tutelle belge avec une capacité d’accueil de 800 personnes. Au mois de septembre 2023, cette prison détenait 4668 prisonniers, d’après les chiffres fournis par les organisations de défense des droits de l’homme.

Préoccupée par la surpopulation dans cette  prison centrale de Mpimba et la situation insupportable que mènent les prisonniers, l’Association pour la Protection des Droits Humains et des Personnes détenues (APRODH)  lance un appel vibrant au gouvernement, au ministère de la justice et à la direction générale des affaires pénitentiaires de conjuguer leurs efforts afin de réduire la population pénitentiaire en appliquant toutes les voies permises par la loi.

Nous n’avons pas pu avoir la réaction de Serges Nibigira dit Gikona, directeur de la prison centrale de Mpimba  ni celle de la direction générale des affaires pénitentiaires.

 

Mwumba : Deux  victimes d’une exaction policière

Mwumba : Deux victimes d’une exaction policière

Deux personnes sont dans un état critique après avoir été passées à tabac ce mercredi par les policiers qui gardent les bâtiments de  l'institut  des Sciences Agronomiques du Burundi  sur la colline Gitasi de la commune Mwumba en province Ngozi. Ces personnes auraient pris l'herbe sèche sur les lieux pour leurs étables.

 

Ces deux personnes qui ont été grièvement blessées sont  tous des hommes. Un est nommé Rodrigue Nkundimana et le deuxième est connu sous le surnom de  Gisizwi; les deux sont tous natifs  de la sous-colline Tubindi, colline Kinyana en commune Ngozi.

Les informations  recueillies en commune Mwumba  indiquent qu'ils ont été passés à tabac  mercredi 25 Octobre par des policiers. Les deux hommes ont été attrapés rassemblant des herbes sèches dans les champs de l'institut  des Sciences Agronomiques du Burundi  ISABU.  ‘’Ils ont été sérieusement battus par les policiers qui gardent les locaux de l’ISABU, ils essayaient de prendre des herbes sèches dans les champs de l’ISABU. Des herbes à étaler dans leurs étables’’, témoigne une source  locale.

Nos sources font savoir que les victimes de cette bastonnade sont dans un état critique. ‘’Ils ont reçus beaucoup de coups de bâtons  et sont gravement malades. L’un a  été  très  touché au niveau des reins. Il aurait même été touché au niveau de la tête car il dit des choses illogiques actuellement.’’ Précise notre source qui déplore que les deux victimes ne sont pas soignées jusque-là.

Les témoins révèlent  aussi que ces policiers ont exigé une somme de 150 mille francs burundais pour relâcher ces deux hommes.

Des habitants de cette commune  Mwumba  (nord du pays) demandent que justice soit faite pour ces victimes et que ces  policiers soient punis conformément à la loi. Ils demandent également que ces malades bénéficient des soins de santé.

Contacté ce 27 Octobre, Jérémie Manariyo, l'administrateur de la commune Mwumva a répondu  qu'il n'était pas encore au courant de l'incident.

RDC: Des congolais paralysent les activités  des réfugiés burundais du site de Mulongwe

RDC: Des congolais paralysent les activités des réfugiés burundais du site de Mulongwe

Les activités des réfugiés burundais du site de Mulongwe en République Démocratique du Congo ont été perturbées ce mercredi par certains congolais des villages proches de ce site. Ils ont bloqué toutes les sorties du site pour empêcher ces réfugiés d’aller vaquer à leurs activités quotidiennes. Ils les reprochent de continuer leurs activités commerciales à l’intérieur du site au lieu de déplacer leurs marchandises vers le petit centre de négoce situé en dehors du site.

 Ce mercredi 11 Octobre,  des congolais ont barricadé toutes les sorties de ce site des réfugiés de Mulongwe. Ils ont brûlé des pneus sur ces routes. Les réfugiés burundais du site de Mulongwe ont été avertis qu’il ne fallait pas sortir du site au risque d’être agressés par ces congolais.  

 ‘’La Commission Nationale en charge des Réfugiés, CNR, a recommandé aux propriétaires des boutiques de fermer pour éviter qu’ils ne soient victimes des actes de pillage. La même recommandation a été aussi donnée aux conducteurs de motos-taxis.’’ Raconte un burundais vivant dans ce site.

Ces réfugiés du site de Mulongwe sont victimes d’avoir refusé de déplacer toutes leurs activités commerciales vers un petit centre de négoce situé en dehors du camp où se rencontre les réfugiés et les nationaux.  ‘’Nous avions  accepté de déplacer certaines activités commerciales vers ce centre. Mais pour le moment, ils ont manifesté pour exiger que toutes les activités commerciales  exercées à l’intérieur du site soient  déplacées vers ce centre situé en dehors du camp. Nous trouvons  que c’est une  provocation  ou acte de maltraitance car il n’y a aucun site de réfugiés où l’on n’exerce pas de petits commerces.’’ Explique notre source.

Les sources sur place précisent qu’aucune personne n’a été autorisée ce mercredi à se rendre dans ses activités y compris les agriculteurs, les conducteurs de motos-taxis et les pêcheurs.

 Nous n’avons pas pu recueillir  la réaction  des  responsables du site de Mulongwe situé dans la province du Sud-Kivu.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 167 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech