Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Le responsable nie son implication dans les menaces contre les réfugiés burundais lors de la visite du représentant du HCR.

Le responsable des réfugiés au camp de Nduta a indiqué que les champs de bananiers des réfugiés burundais ont été détruits suite à l’insécurité. Cet argumentaire a été rejeté par les réfugiés burundais lors de leur entretien avec le représentant du HCR arguant  que les propos du responsables des refugiés constituent un prétexte non-fondé.

 

Lors de sa visite dans les camps des réfugiés burundais en Tanzanie, Mahoua Bamba Parums, la représentante du Haut- commissariat des réfugiés, HCR, en Tanzanie a été informé par le responsable des réfugiés nommé Makazi que c’est l’insécurité qui a fait que les champs des bananiers des réfugiés soient détruits. Quant à eux, les réfugiés burundais ont  démenti ces propos du responsable du camp arguant que ce sont des prétextes qui n’ont pas de sens car leurs champs existaient même durant les périodes où leur sécurité était plus menacée qu’aujourd’hui. L’un des réfugiés revient sur les faits. « Ses justifications n’ont aucun fondement car  même lors des différentes attaques des imbonerakure à la recherche des  réfugiés burundais du camp de Nduta, ces champs de bananiers n’ont pas étés détruits. En plus, le nommé Issa qui  est le responsable des réfugiés s’est servi un commerçant riche en disant qu’il a été tué à cause de l’insécurité. Cela est arrivé il y a  très longtemps ». 

Concernant les écrits selon lesquels aucun réfugié n’a le droit d’être délocalisé dans le troisième pays, le responsable des réfugiés a dit ignorer leur existence tandis que les réfugiés ont fait savoir que ces écrits ont bel et bien existé dans le camp et qu’ils ont été même affichés dans différents endroits dudit camp. «  Il a juste essayé de se justifier. Concernant le refus de délocalisation dans un troisième pays, cela a été communiqué ici dans le camp et on a même affiché ces écrits sur les pancartes ici dans le camp », a indiqué  un réfugié.  

Nos sources au sein du camp de Nduta révèlent que Mahoua Bamba Parums, la représentante du Haut- commissariat de réfugiés en Tanzanie, ne s’est pas exprimée par rapport aux différents problèmes des réfugiés tandis que la vie des réfugiés est mise à mal depuis la destruction de leurs champs.

La Tanzanie continue sa persécution des réfugiés burundais.

Au camp de Nduta, des communiqués à travers les hauts parleurs et les affiches  dans des lieux plus fréquentés rappellent aux réfugiés burundais  que l’heure a sonné pour qu’ils rentrent chez eux. De plus, le processus des burundais  en protection et en attente de partir pour le troisième pays d’asile a été suspendu.

Ce mercredi un véhicule sur lequel était installé un  haut-parleur parcourait le camp de Nduta en lançant un message qui invite les réfugiés burundais à rentrer au pays natal. Le même message est affiché un peu partout au camp surtout dans les lieux les plus fréquentés comme le témoigne ce réfugié. « On observe des affiches partout dans les sites où étaient aménagés les  marchés, sur les arbres, sur des pancartes implantés le long des routes et sur  des tableaux d’affichage. Il est écrit que  chaque réfugié burundais  n’a d’autre choix que celui du rapatriement et qu’aucun n’aura plus droit à l’assistance. Vous comprenez alors que  ça revient à dire qu’on a plus le droit d’être réfugié. C’est très grave.»

Ce courant n’a pas épargné même les Burundais qui sont sous la protection et ceux pour qui le processus était avancé. « Ce qui m’a beaucoup choqué, ce sont les réfugiés qui étaient  sous la protection et qui devraient bientôt partir pour le 3ème pays d’asile. Certains avaient  même déjà signé et pour d’autres, le processus  était avancé. Il y a même une famille qui avait déjà vendue et distribuer  tous ses biens puisque  le visa étaient, dit –on, déjà  disponible. Mais, on lui a signifié qu’il n’y aura plus de 3ème  pays pour les Burundais et que plutôt l’urgence pour les Burundais est le rapatriement», a ajouté un autre réfugié.

Le même  message avait récemment été adressé aux réfugiés burundais du camp de Nyarugusu. Il était précisé dans  ce  message que seuls les Congolais pouvaient  avoir droit au 3ème pays d’accueil.

Les sans-abris de la prison de Gitega crient à la réhabilitation rapide de cette prison

Les détenus de la prison de Gitega éprouvent des difficultés liées au manque d’abris après l’incendie qui a ravagé cette prison il y a de cela près de deux mois. Les détenus demandent que les travaux de réhabilitation de cette prison soient accélérés.

La prison de Gitega est partie en fumée en date du 7 décembre 2021.  Des pertes en vies humaines et en bâtiments ont été enregistrées. Il y a plus d’un mois, le ministre des Infrastructures, de l’Equipement et des Logements sociaux, Déogratias Nsanganiyumwami, avait précisé que les activités de réhabilitation allaient aussitôt démarrer. De plus, le ministre, Nsanganiyumwami, disait que les activités de construction proprement dites avaient été retardées par celles de nettoyage raison pour laquelle elles n’avaient démarré juste après l’incendie.

Depuis sa déclaration, les sources de la RPA indiquent que seule la construction de la fondation a été déjà réalisée et qu’il s’observe une lenteur dans les travaux en cours.

Entre- temps,  nombreux  détenus dorment dans des teintes érigées dans la cour de la prison dont certaines parties ne sont pas d’ailleurs éclairées pendant la nuit. Suite aux mauvaises conditions de logement, certains détenus craignent d’attraper d’éventuelles maladies.

Le manque d’éclairage, lui, a déjà produit ses effets. Actuellement, de nombreux  cas de vols entre prisonniers sont signalés et s’accentuent à un rythme inquiétant, indiquent nos sources.

Selon certaines sources en prison de Gitega, une descente du ministre des Infrastructures, de l’Equipement et des Logements sociaux, Déogratias Nsanganiyumwami, serait attendue prochainement pour la pose de la première pierre afin de débuter les travaux de construction proprement dits.

De leur côté, les prisonniers demandent plutôt au ministre que les activités soient accélérées afin que des logements bien aménagés pour les détenus soient disponibles dans les brefs délais.

Arrestation aux allures d’enlèvement d’un des responsables du parti CNL à Kayogoro

Un responsable du parti CNL en commune Kayogoro de la province  Makamba a été enlevé par des personnes en tenues militaires  dans l’après de ce lundi. Les militants de ce parti alertent pour sa sécurité car, disent-ils, la victime a été arrêtée brutalement et conduit dans un lieu jusqu’ici inconnu.

L’un des responsables du parti CNL en commune Kayogoro de la province  Makamba qui a été arrêté aux allures d’enlèvement est le nommé Bonaventure Ndikuriyo surnommé Bolingo. Il est le chargé de la sécurité au sein du comité directoire du parti CNL en commune de Kayogoro. Certains membres de ce parti révèlent qu’avant de partir, il a dit qu’il  répondait à un rendez-vous avec une autre personne. Cette source fait savoir qu’après l’avoir rejoint, des personnes en tenues militaires sont venus et les ont emportés comme si c’était une scène d’enlèvement. « A son arrivée, il a rencontré la personne avec qui il avait un rendez-vous mais dont l’on ignore encore l’identité. Il est venu  par la suite un véhicule de type double cabine avec des vitres teintées. A bord, il est sorti des individus en tenues militaires  qui les ont arrêtés, ligotés et embarqués à bord de ce véhicule. Personne ne connait l’endroit où ils ont été conduit », raconte un membre du parti CNL.

Au moment où Bonaventure Ndikuriyo et la personne non identifiée ont été arrêtés et acheminés dans un endroit inconnu, certains membres du parti CNL en comme de Kayogoro craignent pour la sécurité de ce membre du comité de leur parti.  Ils demandent que de telles arrestations aux allures d’enlèvement cessent et que les proches soient informés si le leur est arrêté. « Nous les membres de différents partis politiques autres que le parti au pouvoir, nous sommes attristés par ces pratiques qui se font ici dans notre pays. Nous demandons qu’une personne soit arrêtée par des institutions sécuritaires identifiables et que nous soyons informés des lieux de détention de ces victimes d’arrestation », a poursuivi un membre d’un parti d’opposition. ‘

La rédaction de la RPA n’a pas pu joindre  Antoine Ndayiragije, administrateur de la commune  Kayogoro, pour savoir si des enquêtes auraient été amorcées.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 216 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech