Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Floriane Irangabiye  sur la liste de la campagne « Stand As My Witness » de CIVICUS

Floriane Irangabiye sur la liste de la campagne « Stand As My Witness » de CIVICUS

L’alliance mondiale de la société civile CIVICUS en sigle, a annoncé ce  08 février  à partir de Johannesburg, qu’elle avait ajouté la journaliste burundaise Floriane Irangabiye emprisonnée depuis le 30 août 2022, à sa campagne « Stand As My Witness » ou encore « Soyez mon  témoin ».  Une campagne qui plaide pour la libération immédiate des journalistes, activistes, dissidents et défenseurs des droits humains qui sont injustement emprisonnés dans le monde entier.

Condamnée à 10 ans de prison ferme pour ’’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat’’, Floriane Irangabiye rejoint 19 autres personnes de différents coins du monde  intégrées dans cette campagne. A ce jour, 25 personnes ont été libérées grâce à cette campagne dans différents pays de la planète.

« Notre décision d'ajouter Floriane Irangabiye  à l'initiative  Stand As My Witness , souligne la nature tragique et injuste de son emprisonnement », a déclaré Asma Darwish, chargée de campagnes de CIVICUS  pour l'initiative Stand As My Witness. 

Après un procès qui n’a duré qu’une dizaine de  minutes, en date du 11 janvier 2024 à la chambre d’appel de la cour suprême de Bujumbura, Floriane Irangabiye attend toujours le jugement de cette cour.

Prison de Mpimba: Deux  détenus gravement malades mais sans accès aux soins de santé

Prison de Mpimba: Deux détenus gravement malades mais sans accès aux soins de santé

Deux  détenus de la prison centrale  de Mpimba  sont gravement malades mais n’ont pas encore l’autorisation d’être transférés  à l’extérieur de la prison. Les infirmiers  de la prison auraient déclaré qu’ils ne sont pas à mesure de traiter ces deux prisonniers,  le directeur de la prison constituerait  l’obstacle à leur transfert.

Le 1er   des deux détenus  de la prison centrale de Mpimba gravement malades est nommé  Etienne  Nzeyimana. Il est originaire de la zone Kibezi en commune Mugamba de la province  Bururi. Poursuivi pour assassinat, il doit faire 20ans de prison. Des sources à  l’intérieur de la prison de Mpimba indiquent qu’il ne peut faire ni petit ni grand besoin. Il aurait  l’occlusion intestinale. Etienne Nzeyimana  souffrirait aussi de l’insuffisance rénale, selon nos sources  qui alertent  que ce détenu a besoin  d’une intervention chirurgicale.

Le second  détenu gravement malade   est  nommé Lambert Nduwarugira. Il a été arrêté par le parquet de la commune Mukaza en mairie de Bujumbura et il a été  condamné à 5 ans de prison. Lui, il ne peut plus  contrôler ses besoins. Petit et grand besoins,  il les fait tous  là où il est allongé. Selon nos sources  dans la prison de Mpimba, le personnel soignant de  la prison de Mpimba auraient souhaité  que les deux soient transférés dans  des  hôpitaux  à  l’extérieur de la maison de détention  mais le  directeur de cette maison  aurait refusé   leur transfert.

Le sénat intervient en faveur des prisonniers

Des  cas de prisonniers qui meurent  en prisons pour avoir manqué des soins   appropriés  ne cessent de s’accroitre. Dans la nuit du 18 de ce mois de janvier dans la prison de Bururi, un homme d’une cinquantaine d’année est mort  suite à la négligence des responsables de cette maison carcérale. Il  venait de faire une semaine alité dans la  même prison

Le 24 de  ce mois de janvier lors de  la séance des questions orales au Sénat,  certains sénateurs  n’ont pas caché leurs indignations quant à la violation du droit d’accès aux soins de santé pour certains prisonniers. ‘’Normalement nous ne pouvons pas ignorer que chaque personne a le droit de se faire soigner, qu’il soit prisonnier, fautif ou pas. Se faire soigner est un droit de tout être humain’’ a déclaré la sénatrice Benoite Nizigiyimana, membre de la commission permanente  ayant en charge les questions juridiques.  ‘’Malheureusement c’est dommage et choquant de constater qu’il y a encore des procureurs qui refusent aux prisonniers la permission d’aller se faire soigner. Les motifs de ces refus ne sont pas encore connus jusqu’ici, et c’est pour cela qu’il y a des détenus qui meurent dans les prisons. Il faut qu’il y ait un règlement qui favorise l’accès aux soins des santés des prisonniers’’,  avait-elle ajouté.

Nous n’avons pas pu avoir la réaction du directeur de la prison centrale de Mpimba, Serge Nibigira.

 Cibitoke : Un rwandais victime du conflit entre Gitega et Kigali

Cibitoke : Un rwandais victime du conflit entre Gitega et Kigali

Les habitants du quartier Karurama au chef-lieu de la province Cibitoke alertent quant à l’arrestation d’un de leurs  voisins, un  ressortissant rwandais. Pour ces habitants, ce  rwandais ne  serait victime que de ses origines.

Justin Ntwari habite le quartier Karurama situé au chef-lieu de la province Cibitoke. Commerçant au marché central de Cibitoke, ce dernier est incarcéré depuis ce mercredi 31 janvier au cachot du commissariat provincial de Cibitoke après une filature qui datait du début de la même semaine. ‘’ 4 policiers dont le commissaire communal de police sont venus l’arrêter  à son domicile. Lundi dernier, ils étaient venus au nombre de 5  et   étaient partis avec lui mais ce jour-là, ils  l’avaient ramené à la maison. Donc ce mercredi, ils étaient revenus pour la 2ème fois et cette fois-ci ils l’ont remis à un officier de la police judiciaire.’’ Révèle un des voisins qui a assisté à cette arrestation.

Ceux  qui ont pu  s’entretenir avec Justin avant son  incarcération indiquent qu’il leur avait  dit qu’il y  aurait eu des tentatives de l’enlever .Un des commerçants de la localité serait derrière  ces persécutions. ‘’ Justin aurait un  conflit avec un certain Ntaco. Mais avant  ça,  il m’avait informé que le commissaire communal, accompagné d’un  certain nombre de policiers, avaient tenté de l’enlever dernièrement. Je crois que Ntacombaye aurait saisi  le commissaire communal. Mais ce qui est évident, c’est  que le chef d’accusation a changé et se serait transformé en une affaire politique car la victime est de nationalité rwandaise.’’ Raconte un des amis proches de la victime.

Certains voisins de Justin Ntwari qui ont requis l’anonymat révèlent   que  la police se cache derrière un conflit  de  stands  entre Justin Ntwari et un certain   commerçant nommé Joseph Ntacombaye pour expliquer son incarcération. Un motif qui, selon les mêmes voisins ne tient pas debout puisque ce genre de différends est légion dans cette province, pourtant personne n’a été mis sous les verrous. D’où les habitants de la place pensent que ce commerçant est victime de la tension entre le Burundi et le Rwanda.

Marié à une burundaise, Justin Ntwari vit en province Cibitoke depuis plus de 20 ans.

La rédaction de la RPA a cherché à  joindre le commissaire  communal de police à Rugombo mais il nous renvoyé  au commissaire provincial de police. Mais ce dernier, nommé  Jacques Nijimbere, n’a pas répondu à notre appel.

 

 

 

Quel  sort réservé aux militaires ramenés  de la RDC ? Les familles s’inquiètent

Quel sort réservé aux militaires ramenés de la RDC ? Les familles s’inquiètent

Les familles des militaires qui ont été arrêtés et emprisonnés pour avoir refusés de combattre le M23 s’inquiètent pour leur sécurité. Après presque deux mois d’incarcération, leurs familles ne les ont jamais vus.

Des centaines de militaires burundais  ont été rapatriés de la République Démocratique du Congo au début du mois de décembre dernier et  ont été incarcérés dans  différents camps militaires, accusés de révolte  pour avoir refusé de livrer bataille au  mouvement M23, une rébellion  qui combat  le régime de la République Démocratique du Congo.

Les raisons avancées par ces militaires sont entre autres : l'obligation de porter la tenue militaire des  FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) sans aucune explication, le manque d’équipement militaire adéquat leur permettant  de combattre le M23 ainsi que le manque de coordination entre les différents groupes armés aillés aux FARDC contre le M23. Ces militaires burundais  expliquaient  également que les armes lourdes  étaient entre les  mains des FARDC. Et ces derniers lorsqu’ils voyaient qu'ils étaient menacés par les combattants du  M23, se repliaient en débandade laissant ces équipements lourds à l’ennemi qui les a utilisés  contre ces militaires burundais.

Toutes ces explications n'ont pas cependant  empêché  les autorités burundaises de le mettre en prison. Ils ont été éparpillés dans différents camps militaires, notamment à Muzinda, Mujejuru et la police militaire situé en Mairie de Bujumbura.

Privé de tout droit de visite toute la période d'incarcération  dans ces différents camps militaires, les familles de ces militaires ont appris de la part de leurs collègues, qu’ils ont été transférés  au cours de la 3ème  semaine de ce mois de janvier dans différentes prisons du pays notamment la prison centrale de Mpimba à Bujumbura, Bururi et Ruyigi.

Certaines familles  n'ont pas pu trouver les leurs  dans ces prisons  et  sont en alerte d'autant plus que les  autorités  militaires ne veulent pas les informer sur le sort des leurs.

 

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 846 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech