Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Les imbonerakure, auteurs de la justice populaire à Kirundo.

Persistance de la justice populaire entretenue par la milice Imbonerakure. Samedi dernier, une personne a été tuée  à coups de gourdins par les imbonerakure de la colline Kanyinya en commune et province Kirundo. La victime était accusée d’avoir volé dans un ménage de cette colline.

Ce citoyen tué par les imbonerakure était natif de la colline   Rutagara de la zone Mugendo en la commune de Ntega de la province de Kirundo.

Les informations en provenance de la population locale indiquent ces imbonerakure du parti CNDD-FDD ont appréhendé ce samedi vers  8 heures du matin  ce jeune homme d’une vingtaine d’années   au niveau du secteur Rurata de la zone Gikuyo en commune Kirundo à  environ 4 kilomètre de la colline Kanyinya de la même Commune.

A ce moment-là, comme l’indiquent toujours nos sources, ces imbonerakure ont arrêté la victime en possession d’un sac de haricot qu’il aurait volé.  La population de la colline Rurata indique que le jeune homme se serait introduit dans l’un des ménages de la localité prétendant vouloir accéder aux lieux d’aisance. Et au moment où la femme du propriétaire de la maison s’était rendue lui chercher de l’eau, le jeune homme aurait par la suite emporté avec lui le sac de haricot.

Les mêmes informations précisent qu’avant de ramener le présumé voleur au lieu du crime, ces imbonerakure l’ont sérieusement passé à tabac et la population révèle que ce jeune homme a, par la suite, succombé aux coups lui infligés surtout au niveau des côtes et du cou.

Les habitants de la place s’indignent donc de cette justice populaire mise en œuvre par les Imbonerakure et déplorent l’impunité dont profitent les auteurs de tels crimes.

La rédaction de la RPA a contacté Viateur Habonimana, administrateur de la commune Kirundo qui a confirmé les faits tels que présentés par la population. Selon lui, les auteurs auraient pris fuite après avoir commis le forfait et la police serait actuellement à leur recherche. 

Il s’agit d’une troisième victime d’une telle justice populaire en moins de trois mois sur cette colline de Kanyinya.

Clôture la semaine dernière de l’opération de recherche des restes des corps des militaires burundais de l’ATMIS

Clôture la semaine dernière de l’opération de recherche des restes des  corps des militaires burundais de la Mission de Transition de l’Union Africaine en Somalie l’ATMIS tombés dans l’attaque des  combattants El –SHABAB contre la base de  CELL BARAF. Sur près de 35 militaires tués, 18 corps ont pu être récupérés. Dès ce lundi, les militaires qui avaient participé à cette opération  regagnent  déjà leurs bases d’origine.

 L’opération de recherche des restes des corps des militaires burundais  tombés dans l’attaque   de  la nuit de 3 mai  dernier dans les  combants  avec les El-Shababs contre la base de CEEL BARAAF a duré deux jours a  lieu les 27 et 28 juin dernier. A la fin de l’opération,  les militaires burundaises ont pu récupérer des restes de corps de 11 de leurs frères d’armes. Ces restent s’ajoutent aux 6 autres qui avaient été retrouvés le  17 mai en plus du  corps du  militaire  qui a succombé de ses blessures. En tout, ça  fait 18 corps récupérés.

Selon des sources militaires à Mogadiscio, l’attaque de CEEL BARAAF avait coûté la vie à 34 militaires. Parmi les corps récupérés,  2 seulement ont été déjà enterre=és parce que ayant été identifiés directement.

Nos sources  au sein des militaires burundais de la Mission de Transition de l’Union Africaine en Somalie, l’ATMIS, indiquent qu’il n’est plus prévu une autre opération de recherche  de restes de corps. L’étape  qui devrait suivre  et l’identification  par ADN des restes retrouvés.

Dans l’entre temps, les militaires qui avaient été envoyés dans cette opération en provenance de plusieurs bases de militaires burundais devraient rejoindre leurs bases à partir de ce lundi. Jusqu’à présent, ils étaient hébergés à  la base de MILTIGU.

Selon nos sources, la  base de CELL BAARAF qui, par ailleurs, a été détruite par les combattants EL SHABAB  devrait être abandonnée.

Deux personnes tuées et un blessé par des inconnus à Rugombo.

Deux personnes ont été tuées et une autre blésée la nuit de ce dimanche sur la colline de Kiramira en commune de Rugombo de la province de Cibitoke. Les victimes ont été fusillées  par des personnes non encore identifiées.

Ces deux personnes tuées la nuit de ce dimanche sur la colline  et zone Kiramira en commune de Rugombo de la  province de Cibitoke   sont respectivement connues sous les noms de Joseph Ndahabonyimana et Jean Pierre Kubwayo. La  veille femme  blésée par balles est prénommée   Goreth Kobwa.

Notre source en  commune Rugombo fait savoir que  les victimes ont été tuées   vers 23 heures de ce dimanche et qu’elles étaient dans des endroits différents. Elle ajoute également qu’après cette criminalité, Gilbert Manirakiza, l’administrateur de cette commune,  s'est rendu directement sur les lieux avec le commissaire de la police de police à Cibitoke.

Cet administratif a  demandé  à sa population de cesser avec la criminalité. Il  a exhorté surtout à ceux qui détiennent illégalement des armes de les   remettre  aux agents de l’ordre.  .Gibert Manirakiza  a  également promis   que  les enquêtes sont en cours pour savoir les auteurs et le motif de cette criminalité.

Seulement onze corps de militaires burundais tombés dans l’attaque de Ceel Baraf ont été découverts jusque ce mardi

Onze  corps de militaires burundais  tombés dans l’attaque de  Ceel Baraf  le 3 mai  ont été déjà découverts  durant  l’opération qui a débuté ce lundi. Ces restes de corps sont, par la suite, transférés à Mogadiscio où  pourrait se dérouler l’opération d’identification de ces restes. Cependant, cinq  des sept corps découverts il y’a plus d’un mois ne sont pas encore identifiés.

Ce mardi au deuxième jour de l’opération de recherche des restes  des corps des militaires burundais morts dans l’attaque des islamistes-el Shabab contre  la  base  de Ceel Baraaf  au début du mois de mai cette année, les restes de sept militaires  ont été découverts. Ces restes découverts ce  mardi s’ajoutent à quatre autres qui avaient été découverts lundi. 

Depuis le début de l’opération ce lundi,   les restes de onze militaires ont été découverts. Ces  restes ont été envoyés à Mogadiscio pour attendre l’identification par ADN. 

Selon notre source,  certains militaires avaient été enterrés dans des fosses communes. Des drones de militaires  blancs aident dans l’opération d’identification des lieux où se trouvent les corps, précise notre source.

L’attaque des islamistes somaliens contre la base des militaires burundais de Ceel Baraaf a fait plus de 35 morts dans les rangs des  militaires burundais.

Avant l’opération en cours, sept corps avaient été découverts et seulement deux  militaires ont pu être identifiés. Il s’agit d’un militaire qui a succombé de ses blessures dans les mains de ses frères d’armes mais aussi d’un commandant bataillon dont les restes avaient été découverts dans l’opération de la recherche qui avait été menée mi-mai sur la base abandonnée de Ceel Baraaf.

Jusqu’ici, notre source  ignore si  l’identité de cinq autres militaires dont les restes ont été découverts auparavant n’a  été  connue ou si l’on attend encore de déclarer close l’opération de recherche ce qui permettrait d’organiser  officiellement  l’enterrement de   tous les restes qui  auront été  retrouvés.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 243 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech