Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Les Imbonerakure de Rumonge indexés comme auteurs des cas de vol

Des actes de vol prennent une allure inquiètante dans différents quartiers de la province de Rumonge. Des effets ménagers sont les plus visés et la population pointe du doigt les Imbonerakure comme auteurs de ces cas de vol.

Ces cas de vols qui se font parler d’eux en province de Rumonge sont signalés dans tous les quartiers de ladite province. Les habitants révèlent que les quartiers les plus touchés sont Birimba et Mugomero. Selon eux, les voleurs visent effets ménagers tels les matelas, les télévisions et autres. A peu près cent ménages ont été déjà pillés. Les victimes de ces vols ont déjà saisi les autorités mais ces dernières les ont envoyés aux responsables des Imbonerakure. « En effet, ces vols se fontt beaucoup remarquer dans les quartiers Birimba et Mugomero. Si nous essayons de compter les ménages déjà victimes des cas de vol, ils sont au tour de cent et plus. Par exemple, moi j’ai été dernièrement victime de ces cas de vol. Ils m’ont volé le matelas et autres effets. J’ai essayé de porter plainte au chef de notre secteur pour lui demander de l’aider à propos de ce qui venait de m’arriver et il m’a envoyé au chef des Imbonerakure. Ce dernier m’avait  promis qu’il va chercher mes objets volés. Mais, rien n’a été trouvé jusqu’aujourd’hui », se plaint un des habitants.

Les habitants de Rumonge accusent ces Imbonerakure d’être les auteurs de ces cas de vol. En effet, ces derniers commencent à se multiplier depuis que ces imbonerakure ont repris les patrouilles nocturnes. De plus, ces imbonerakure préparent parfois des attaques contre ceux qui rentrent la nuit pour les déposséder de leurs biens. « Depuis que les Imbonerakure sont autorisés à faire les patrouilles  nocturnes, ces cas de vol ont également repris. C’est une pure vérité. Les vols ici à Rumonge se font remarquer. Ce n’est pas dans les quartiers Kanyenkoko et Birimba seulement. C’est dans tous les quartiers. Le quartier Birimba est devenu le centre de ces vols. Ces Imbonerakure prétendent qu’ils sont en train de faire des patrouilles et assurer la sécurité alors que ce sont eux-mêmes qui commettent ces vols. Même avant-hier, ils ont volé des biens des gens qui rentraient chez eux sur la colline Gihwanya en la présence d’un chef de secteur prénommé Guinée », a- t- il révélé.

Les informations en provenance de la province Rumonge font savoir que ces vols se commettent la nuit et pendant la journée sans crainte.

A ce propos, la rédaction de la RPA a essayé de contacter le gouverneur de la province de Rumonge mais en vain.

Une femme a été violée, tuée et enterrée sur la colline Kizingamo.

Un corps sans vie a été découvert et enterré ce mardi sur la colline Kizingamo de la commune et province de Makamba. Les administratifis ont déterrés ce corps et ont ordonné de l’enterrer sans faire des enquêtes.

 Ce corps sans vie d’une femme a été découvert vers 12 heures de ce mardi. Il était enterré sur la colline Kizingamo en zone Kabuye de la commune et province de Makamba. Selon nos sources à Makamba, un motard qui passait dans cette localité a senti une mauvaises odeur et a vu beaucoup de mouches. Après, il s’est aperçu d’un bras d’une personne enterrée. Selon toujours nos sources, ce motard a vite informé les administratifs de cette localité.

Ces administratifs ont retrouvé  que c’était un corps d’une femme en état de décomposition. Elle  portait un T- shirt seulement. Selon toujours nos sources, la victime n’a pas été identifiée mais avait été violée avant d’être exécutée par des personnes non identifiées.

Les administratifs ont par la suite ordonné d’enterrer ce corps sans faire d’autres enquêtes.

La présence des militaires burundais et des Imbonerakure en RDC résulte du feu vert de Kinshasa.

L'incursion militaire du Burundi en République Démocratique du Congo ne constitue pas une opération conjointe avec les forces armées de ce pays ni un effort régional. C'est du moins ce qu'indique le rapport de ce mois de juillet de l'Initiative pour les Droits de l'homme au Burundi. Dans ce rapport, cette organisation montre que la présence des éléments de l'armée burundaise et de la milice imbonerakure dans ce pays résulte d' un feu vert  officieux de Kinshasa qui a permis à Gitega de nouer des relations avec les groupes rebelles locaux.

Trois accords entre les chefs d’Etat, Evariste Ndayishimiye  et Felix Tshisekedi dont l’un  faisait référence à la coopération en matière de sécurité ont permis l’incursion des forces armées burundaises sur le sol congolais. Il s’agit de ce que l’Initiative pour les Droits humains au Burundi considère dans son nouveau rapport sorti ce 27 juillet 2022 comme un feu vert tacitement donné par le gouvernement de Kinshasa  pour que l’armée burundaise puisse entrer en République du Congo pour traquer le mouvement rebelle RED-TABARA.

Dans ce rapport intitulé "Une opération de dissimulation : la mission secrète du Burundi au Congo", l’IDHB montre que même si le gouvernement du Burundi n’a pas jusqu’à présent reconnu officiellement l’envoi de ses troupes dans ce pays, un grand nombre de militaires burundais et des imbonerakure y sont clandestinement présents.

Par ailleurs, ce rapport indique que, peu de temps après la visite de Ndayishimiye à Kinshasa en juillet 2021, des responsables du renseignement militaire burundais sont arrivés en RDC pour préparer l’arrivée de l’armée burundaise et des Imbonerakure. Ici, le rapport de l’IDHB cite notamment le nommé Joseph Mathias Niyonzima alias Kazungu, l’adjudant-major Onesphore Ndayishimiye alias Braddock, l’adjudant Jean Bosco Ahishakiye ainsi que le Llieutenant-Colonel Libère Niyonkuru,

Pour l’IDHB, cette incursion clandestine de l’armée burundaise en République Démocratique du Congo ne constitue donc pas une opération conjointe avec les forces armées de ce pays  ni un effort régional plus large. Au contraire, l’IDHB indique que l’armée burundaise a également noué des alliances avec des groupes armés congolais dont certains s’opposent à l’armée congolaise. Ici, il s’agit plus particulièrement des groupes rebelles Maï-Maï Kijangala et Gumino, comme l’indique toujours l’IDHB.

Le rapport de l’IDHB déplore également que le sommet d’avril des dirigeants de la Communauté d’Afrique de l’Est qui a permis la mise en place d’une force régionale pour faire face aux menaces sécuritaires posées par les groupes armés en RDC pourrait officialiser et prolonger la présence de l’armée burundaise dans ce pays.

Un membre du parti CNL échappe à un assassinat à Mwumba.

Un membre du parti CNL a échappé à l’assassinat  dans une attaque perpétrée par des imbonerakure à son domicile sis sur la colline Kabazana en commune de Mwumba de la province de Ngozi. Ces imbonerakure ont démoli les fenêtres et les portes de sa maison.

Ce membre du parti CNL est connu sous le nom de Donatien NDAYISHIMIYE et habite sur la colline Kabazana en commune de Mwumba de la province Ngozi.

Selon nos sources à Mwumba, un groupe de démobilisés et aujourd’hui  imbonerakure a attaqué vers 22 heures le domicile de Donatien NDAYISHIMIYE situé sur la colline Kabazana.  Donatien NDAYISHIMIYE a fui en passant par la fenêtre. Après avoir constaté qu’il a fui, ces imbonerakure ont défoncé les fenêtrés et les portes en utilisant les fers à béton. 

Les habitants de la commune de Mwumba ont pu reconnaitre certains de ces imbonerakure. Il s’agit de NDINZEMENSHI, BAMENYA, JEAN PIERRE, GASONGO, et un certain YANGUMANI.

Ces habitants indiquent que les membres du parti CNL sont persécutés et demandent que leur sécurité soit assurée. 

A ce propos, la rédaction n’a pas pu joindre Jérémie MANARIYO, administrateur de la commune de Mwumba pour qu’il donne des éclaircissements.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 316 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech