Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Quatre des cinq cadavres des militaires burundais ont été repêchés dans la rivière Rusizi.

Quatre cadavres des cinq militaires burundais morts noyés dans la rivière Rusizi la semaine dernière auraient été repêchés. Les informations en possession de la RPA indiquent que l’armée burundaise se préparerait actuellement pour leurs obsèques.

 Les cadavres qui auraient été déjà repêchés sont ceux de Caporal-chef Sinzinkayo Jean de Dieu, Caporal Nduwimana Aaron, 2ème  classe Ndayikejimana Alexis et 2ème   Classe Harerimana Jean-Claude. Mais, leurs fusils seraient toujours portés disparus.

Les sources de la RPA au bureau de l’Etat-Major Général de l’armée burundaise révèlent que ces militaires étaient affectés sur une position établie en République Démocratique du Congo tout près de la rivière Rusizi. Selon toujours ces sources, ils n’étaient pas avec d’autres militaires burundais se trouvant en RDC. Ces sources révèlent que ces militaires se sont noyés en cours de leur mission quotidienne qu’est celle de ravitailler en vivres et en bois de chauffage les militaires burundais qui se trouvent en RDC.

L’enterrement des 4 corps des militaires retrouvés est programmé à partir de ce samedi. Les obsèques sont actuellement en cours de préparation et se feront suivant l’arrivée de leurs familles, selon nos sources.

Ces militaires se sont noyés dans la rivière Rusizi le 1er de ce mois au nombre de 11 et six ont survécu. Des cinq militaires morts noyés, seul le corps de l’Adjudant- Chef  Emmanuel Nkeshimana n’a pas encore été retrouvé. 

Un bourreau des services secrets éliminé comme témoin gênant

Le bourreau prénommé Edgar a été tué ce mardi soir au Bar Iwabo n’Abantu. Pour camoufler cette élimination, ses proches ont été informés qu’il est mort des suites d’une chute. Retour sur son parcours.

Avant de rejoindre les services de renseignements, le prénommé Edgar était à l’armée. Il rejoint alors  les services secrets avec l’arrivée du parti CNDD-FDD. Edgar a été recruté par feu Adolphe NSHIMIRIMANA. Parmi les Imbonerakure,  il est surtout connu pour son rôle joué à Kiliba Ondes en République Démocratique du Congo. Selon nos sources,  il était parmi les principaux instructeurs de la milice imbonerakure alors envoyée à Kiliba  Ondes pour  une  formation  militaire.

Après sa mission à Kiliba Ondes, Edgar a élu domicile à Kamenge et participait dans beaucoup de missions en rapport avec des assassinats et tortures.

Durant la crise de 2015, il est posté à la barrière située sur la RN 1 prêt du bistrot IWABO N’ ABANTU de feu Adolphe Nshimirimana. Selon ses proches,  il s’occupait de  fouiller et de contrôler   tous  ceux qui se trouvaient dans  les véhicules qui allaient  ou revenaient de l’intérieur du pays. Edgar faisait sortir de ces véhicules toute personne qu’il voulait et nombreuses des personnes qu’il faisait sortir des véhicules ont été portées disparues.

Ces  derniers  jours, Egard  passait la journée et était logé et nourri dans les enceintes des locaux du service  des renseignements situés tout près de la Cathédrale Regina Mundi.  Lui et ses 2 confrères étaient les principaux tortionnaires des personnes arrêtées et conduites dans ces locaux. Selon ses proches, il tuait des personnes  par décapitation, par étranglement à l’aide d’une  corde ou alors par étouffement. Pour étouffer ses victimes, il les  ligotait les bras contre  le dos et introduisait des  morceaux d’étoffes dans leurs bouches. Ces dernières mourraient épar asphyxie.

Edgar est mort  la nuit de ce mardi des suites de ce que l’on a appelé une chute. Le même montage fait croire à l’opinion qu’il serait tombé par terre alors qu’il était au cabaret de  chez  IWABO N’ABANTU de feu Adolphe Nshimirimana pour succomber ensuite dans l’un des hôpitaux de Bujumbura. Mais selon ses proches,  il a été tué pour s’en  débarrasser comme témoin gênant.

Plus curieux, nombreux de ses collègues de la milice imbonerakure ou des services secrets se réjouissent de sa mort, concluent ses proches.

Des Mai Mai menacent les tutsis réfugiés burundais du camp de Lusenda à la recherche des Banyamulenge.

Les réfugiés  burundais  du camp de Lusenda en RDC s’inquiètent de groupe des Mai Mai qui entrent dans ce camp à la recherche des tutsi burundais prétextant être à la recherche des banyamulenge. Ces réfugiés demandent que leur sécurité soit renforcée. 

Hier à 11heures, deux garçons réfugiés  circulant à l’intérieur du camp ont vu un groupe de Mai Mai munis d’armes qui les a encerclés au marché prétextant que ce sont des Banyamulenge.  Heureusement, un scandale a été évité de justesse. « C’était vers 11 heures, deux garçons sont allés au marché du site de Rurinda. En ce moment, ils ont vu un groupe de Mai Mai qui a encerclé le marché. C’est Dieu qui nous a protégés. Les gens allaient mourir car ces Mai Mai avaient des fusils. Ils sont allés au poste de la police et ont demandé  de leur montrer les Banyamulenge qui sont entrés dans ce marché », révèle un réfugié.

Les policiers qui assurent la sécurité de ce camp ont essayé de calmer ce groupe de Mai Mai lui expliquant que ce sont des tutsi burundais. « La police leur a dit que ce ne sont pas des Banyamulenge mais plutôt que sont des réfugiés tutsi burundais et qu’elle  connaît où  ils habitent. Mais, ces Mai Mai ne l’ont pas accepté. Les policiers leurs ont supplié de ne pas leur faire pas du mal car ce sont des réfugiés burundais et de ne pas les tuer dans le camp. Le responsable de ces Mai Mai a appelé par téléphone le chef de groupement. Ce dernier leur a interdit de les tuer à l’intérieur mais plutôt de les  sortir du camp et les tuer à l’extérieur du camp », ajoute un réfugié. 

Selon notre source à Lusenda, ces jeunes garçons burundais ont essayé de se cacher. Ce groupe de Mai Mai a semé de la pagaille au marché entrainant une paralysie de toutes les activités en plus de la tension que cela avait engendré.  «Ces deux garçons ont essayé de se sauver et ont quitté les lieux. Ces Mai  Mai ont créé un climat malsain et la situation s’est aggravée jusqu’à ce que le commissaire de la police a emmené d’autres policiers.  C’est ainsi que la situation s’est normalisée », a- t- il précisé.  

Les policiers qui assurent la sécurité du camp ont essayé de calmer la situation et ces Mai Mai sont partis.

Le commissaire de la police à Lusenda a confirmé ces informations et a ajouté qu’ils ont maitrisé la situation et tranquillisent les réfugiés burundais que leur sécurité est assurée.

Cinq militaires burundais meurent noyés dans la rivière Rusizi.

Cinq militaires burundais sont morts noyés dans la rivière Rusizi mardi de la semaine dernière. Ces militaires étaient du 212ème  bataillon de Cibitoke.

Cinq militaires burundais du 212ème  bataillon commando de Cibitoke sont morts noyés dans la rivière Rusizi le 1er courant. Différentes sources de la RPA parmi les officiers dans les bureaux de l’Etat-Major Général de la Force de Défense Nationale du Burundi révèlent que ces militaires étaient au nombre de 11 dans un bateau militaire. Seuls 6 ont survécu à ce naufrage qui a eu lieu sur la rivière Rusizi. Les 5 militaires se sont noyés parce qu’ils ne savaient pas nager et leurs corps n’ont pas encore été retrouvés.

Les mêmes sources précisent que les fusils des 5 militaires ont également été emportés par l’eau. Par ailleurs, un rapport sur l’accident de ces militaires a été déjà rédigé à l’Etat-Major Général. Les 5 militaires victimes de noyade sont  Caporal-chef Sinzinkayo Jean de Dieu, Caporal Nduwimana Aaron, 2ème  classe Ndayikejimana Alexis, Adjudant-chef Nkeshimana Emmanuel et 2ème  classe Harerimana Jean-Claude.

La mission de ces militaires sur la rivière de Rusizi reste inconnue, selon nos sources

A ce propos, la rédaction de la RPA n’a pas pu joindre le porte-parole de la FDN pour donner de plus amples éclaircissements.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 173 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech