Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Des heurts entre partisans des partis CNL et CNDD- FDD se soldent par un blessé

Un militant du parti CNL a été grièvement blessé ce mercredi au cours des querelles qui ont opposé les membres du parti CNL à ceux du parti CNDD-FDD sur la colline Murengeza en commune Mpanda de la province de Bubanza. Le motif derrière ces querelles est une mésentente autour de l’élection des membres du comité des agents de santé communautaire.

L’élection des membres du comité des agents de santé communautaire du centre de santé de Murengeza qui a eu lieu ce mercredi a été le motif des échauffourées entre les imbonerakure et les membres du parti CNL. Ces derniers n’ont pas apprécié le déroulement de cette élection car ils n’ont pas été autorisé à voter.

Les sources de la RPA sur la colline Murengeza révèlent qu’un membre du parti CNL qui n’avait pas digéré leur exclusion se serait disputé avec le chef collinaire. Durant la nuit, ce chef collinaire a rassemblé des imbonerakure et sont partis arrêter ce militant du parti CNL pour motif de manque de respect envers l’administration. Arrivés à l’endroit où se trouvait le militant du parti CNL, le chef collinaire a ordonné aux imbonerakure de le tabasser et l’ont grièvement blessé. D’autres militants du parti CNL sont venus pour secourir le leur et des querelles ont ainsi commencé. Le militant du CNL a fini par être transporté vers l’hôpital de Mpanda où il est actuellement alité. 

La matinée de ce jeudi, des mandats pour arrêter les militants du parti CNL ont été émis et trois sont déjà sous les verrous pour motif d’enquête. Des arrestations qui auraient poussé certains militants du parti CNL de la colline Murengeza à se cacher de peur d’être arrêtés à tout moment. Suite à ces évènements, certains habitants de la colline Murengeza trouvent que la tolérance politique est loin d’être réelle sur cette colline.

A ce propos, la RPA n’a pas pu joindre Nadine Nibitanga administrateur de la commune Mpanda pour recueillir sa réaction.

Recrudescence des cas de vols au quartier Gatunguru.

Les habitants  du  quartier Gatunguru de la zone Mutimbuzi en province Bujumbura  se plaignent de la  recrudescence des vols dans les ménages. Ils demandent aux administratifs  et aux responsables de la sécurité de prendre  des mesures  adéquates  pour stopper   ce phonème.

Ces habitants du quartier Gatunguru de la zone Rubirizi indiquent que ces vols sont commis le jour comme la nuit. Mais, les cas les plus graves   sont enregistrés durant la nuit.

Selon notre source, aucune nuit passe sans enregistrer un vol. Des bandits pénètrent dans la maison   à travers des trous perforés dans des murs et ces vols   se commettent dans les parcelles clôturées ou non. Lorsque ces bandits pénètrent dans une maison, ils entrent même dans les chambres à coucher et visent surtout les objets de valeurs.

Les habitants de Gatunguru affirment que même les ménages des policiers et militaires  vivant de ce quartier ne sont pas épargnés. Selon notre source, l’augmentation de cas  de vols est  incompréhensible   surtout qu’il y a des agents  chargés de la sécurité qui veillent toutes les nuits.

Pendant la journée, les habitants de ce quartier indiquent qu’il faut être vigilant puisque ces voleurs emportent   tout ce qu’ils trouvent sur leur chemin.  

Suite à cette recrudescence des  cas de vols, ces habitants font savoir qu’ils ne savent plus à quel saint se vouer car, selon eux, les administratifs et les  responsables de la sécurité semblent négliger ce phénomène. En cas de vol dans un ménage, ils ne vont même pas s’enquérir de la situation auprès de la victime. Ils demandent à ces  administratifs et les responsable de la sécurité de prendre de mesures pour arrêter ces vols.

Un policier tue un jeune homme à la gare du Nord.

Un jeune homme a été tué fusillé par un policier à la tombée de la nuit de ce mardi en zone Kamenge  de la commune Ntahangwa en Mairie de Bujumbura. Les informations en provenance de la zone Kamenge font savoir que la victime a été arrêtée et tirée dessus  par le policier arguant que le jeune homme refusait de répondre à ses questions.

Ce  drame a eu lieu 18 heures 30 minutes de ce mardi à l’endroit communément appelé Gare du Nord tout près de la micro- finance COOPEC. Selon notre source, un jeune homme dont l’identité n’est pas encore connue a trouvé la mort fusillé par un policier qui lui avait mis aux arrêts depuis un certain temps.

La victime aurait été accusée du vol commis dans l’un des véhicules qui garaient à cet endroit. Il aurait été appréhendé dans ce coin.

Selon toujours notre source, cette personne n’a pas voulu répondre aux questions lui posées au moment où le policier l’interrogeait. Ainsi, le policier en question a décidé de lui tirer dessus et elle est morte sur le champ.

Le corps de la victime a été immédiatement transporté à bord d’un véhicule de la police pour une destination jusqu’ici inconnue.

A ce propos, la rédaction a essayé de contacter Pierre NKURIKIYE, porte-parole du ministère de l’intérieur et de la sécurité publique, mais en vain.

Des entraînements para- militaires signalés dans les communes de Karuzi.

Depuis presqu’un mois, des entraînements para- militaires des imbonerakure se font durant la nuit dans certaines communes de la province de Karuzi. Ces entraînements inquiètent les habitants qui demandent aux autorités administratives de les stopper.

Les entraînements para- militaires des imbonerakure se font dans les communes de Nyabikere, Mutumba et Buhiga. Selon certains habitants de la province, il existe une période consacrée à l’apprentissage du maniement des armes durant ces entrainements. Cet apprentissage est planifié pour une seule journée pour chaque commune et selon un horaire préétabli. Les armes sont emmenées par un véhicule que nos sources soupçonnent qu’il proviendrait à la documentation provinciale. Cet habitant précise que ces entraînements se font pendant les heures de la nuit. « Quand ils vont apprendre à manier des armes, les imbonerakure sont réveillés à minuit où o une heure. Ils se rassemblent dans des brousses et vers 3 heures commencent leur apprentissage. Après l’apprentissage, les armes sont récupérées par ceux qui les avaient amenées et repartent avec elles. Au petit matin, ces imbonerakure vont alors faire des exercices militaires sur une place publique. Pendant ces moments d’exercice, ils scandent des chansons contenant des mots qui insultent des gens ».

Les habitants de Karuzi indiquent qu’ils craignent pour leur sécurité suite à ces entraînements des imbonerakure. « Actuellement si tu as un malentendu avec un de ces imbonerakure, il te fait des menaces. Il te dit qu’il est devenu un militaire et qu’il sait actuellement utiliser une arme et que dans les prochains jours ils vont obtenir des armes et qu’ils vont faire ce que bon leur semble », ajoute un des habitants.

Contactée à ce propos, la gouverneure de la province Karuzi, Carine Mbarushimana a dit à la RPA qu’elle n’est pas au courant de ces entraînements para- militaires des imbonerakure.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 152 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech