Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Makamba : Un habitant de  Nyanza-Lac mort  tué  par des policiers

Makamba : Un habitant de Nyanza-Lac mort tué par des policiers

Ce 04 juin, des disputes se sont produites entre des policiers et des conducteurs de motos de Nyanza-Lac, en province Makamba.  Selon des témoins sur place, les policiers voulaient saisir une moto d’un citoyen, ce que les gens sur place n’ont pas accepté.

Les mardis en fin de journée, les policiers ont l’habitude d’aller sur le parking des motos se trouvant près du marché de la localité dite Mukubano, dans le centre de Nyanza-Lac.

Selon une source locale, ce mardi 04 juin, un policier a sauté sur une moto pour s’en emparer. Le conducteur  de la moto a refusé et ils ont commencé à se battre. Voyant  que la situation devenait compliquée, le motard  a laissé la moto et a pris fuite, le policier nommé Bizimana a tiré sur lui. « Il y a eu  une confrontation. Le motard a refusé de lâcher la moto. Le motard a finalement constaté que le policier  avait beaucoup de force et a décidé de s’enfuir. Le policier a tiré et les balles ont atteint une autre personne qui est morte sur le champ. » Raconte un témoin oculaire.

La victime était un habitant de la commune Nyanza-Lac nommé Jean-Bosco Dukundane, précise notre source. A la suite de  cet assassinat, la population s’est révoltée, voulant se faire justice.   « Les gens ont lancé des pierres sur les policiers et ces derniers ont continué à tirer en l’air et ont quitté les lieux sur les  motos. »

Des sources dignes de foi indiquent que le policier qui a commis le crime est déjà incarcéré et ce mercredi 05 juin, des habitants de Nyanza-Lac y compris la famille du défunt ont fait un sit-in devant le bureau de la police, ils voulaient que la police leur montre le policier qui a tué le leur. La police les a tranquillisés et leur a demandé de rentrer pour enterrer le disparu. D'ajouter que des enquêtes sont déjà amorcées.

Ce n'est pas la première fois que cet incident se produit au vu et au su des autorités policières au niveau communal et provincial, déplorent les habitants de Nyanza-Lac qui demandent que ce dossier soit jugé dans un procès de flagrance.

 Makamba : Découverte de deux corps sans vie dans le lac Tanganyika

Makamba : Découverte de deux corps sans vie dans le lac Tanganyika

Deux corps sans vie ont été découverts dans le lac Tanganyika dimanche 26 mai, sur la colline Rimbo, zone Mukungu, commune Nyanza-Lac dans la province Makamba. La population qui a vu ces corps sans vie indique qu’ils étaient déjà en décomposition.

Ces deux corps sans vie retrouvés dimanche dernier flottaient sur le lac Tanganyika, côté du secteur appelé Nyankende.  Ils ont été découverts dans la matinée, vers 10 heures. Les victimes sont tous des hommes. Un des habitants de la localité qui ont vu en premier ces cadavres nous les a décrits : « Les deux corps étaient déjà en décomposition. L’une des victimes portait un pantalon noir et un tricot rouge.  L’autre portaient un pantalon vert et un tricot blanc. »

Les mêmes sources indiquent que les deux cadavres ont été repêchés du lac, mais les victimes n’ont pas pu être identifiées, car aucune pièce d’identité n’a été trouvée sur ces deux corps sans vie. Par contre, un avait, serré dans une main, une bougie et l’autre une bouteille contenant de l’huile.

Les autorités administratives et policières qui se sont rendus sur les lieux de cette découverte macabre ont ordonné que les cadavres soient enterrés. Les informations en provenance de la zone Mukungu  précisent que les deux corps sans vie ont alors été enterrés à Nyankende tout près du lac Tanganyika. 

Kanyosha :  Un groupe d’imbonerakure sème la terreur à  Kajiji

Kanyosha : Un groupe d’imbonerakure sème la terreur à Kajiji

Un groupe, composé d’imbonerakure (jeunes du parti au pouvoir) et de certains administratifs à la base, perturbe la sécurité des habitants du quartier Kajiji de la zone  Kanyosha située en mairie de Bujumbura.  Le soir du dimanche 2 juin, une sentinelle d’une pharmacie a été tabassée par ce groupe en patrouille.

Ces derniers jours, un groupe perturbe la sécurité au quartier Kajiji de la zone urbaine de Kanyosha. Des sources de la RPA de cette localité indiquent que ce groupe, composé d’imbonerakure et de certains administratifs, malmènent qui il veut durant leurs patrouilles nocturnes. 

Dimanche dernier,  02 juin, le groupe a sérieusement battu une sentinelle d’une pharmacie dénommée TWITEHO AMAGARA. Selon des témoins sur place «  la sentinelle a été tabassée pour avoir refusé de quitter son poste comme le lui avait ordonné ce groupe, qui se dit seul chargé de garantir la sécurité de la localité. »  A la tête de ce groupe se trouve le responsable des notables collinaires nommé Vincent Ndikumana, soulignent les mêmes sources.

Ce veilleur n’est pas la première victime du groupe. Mais les responsables de ces forfaits ne sont point inquiétés alors qu’ils sont connus. « Il y a quelques jours, ces imbonerakure ont tabassé une autre personne, les voisins ont demandé secours aux administratifs, mais personne n’a réagi. » Déplore une autre source de Kajiji.

Les habitants de Kajiji dénoncent aussi l’augmentation des cas de vols dans leur quartier malgré ces patrouilles faites par des imbonerakure et par certains administratifs à la base.

La population de Kajiji demande ainsi que ce groupe soit démantelé et sanctionné conformément à la loi afin que le calme et la sécurité reviennent à Kajiji, un des quartiers de la capitale économique.

Nous n’avons pas pu recueillir la réaction du chef de la zone Kanyosha, ni celle de l’administrateur de la commune Muha.

Zambie: Des  Burundais victimes de la xénophobie à Lusaka

Zambie: Des Burundais victimes de la xénophobie à Lusaka

Un jeune burundais  vivant en Zambie a été tué poignardé, cette nuit du 22 avril 2024,  par des malfaiteurs qui l'ont surpris dans sa boutique. Les Burundais vivant dans ce pays demandent à la représentation du Burundi en Zambie d’intervenir afin que leur sécurité soit garantie.

Gustave Niyoyankunze, originaire de la colline Nyakabenga, zone Rweza,  commune Vyanda de la province Bururi, est le jeune homme qui vient d’être assassiné à Lusaka, la capitale de la  Zambie. D’après le témoignage d’un des ressortissants burundais se trouvant en Zambie,  « ces malfaiteurs ont trouvé Gustave Niyoyankunze le soir de ce lundi dans sa boutique se trouvant dans le quartier 15miles, ils l'ont poignardé et  est mort sur place. Son corps a été évacué vers  l’hôpital UTH de Lusaka ( University Teaching Hospital). »

Les Burundais se trouvant en Zambie disent être, depuis un certain temps, victimes d’une persécution faite par les ressortissants de la Zambie. Ils regrettent qu’ils soient attaqués sous les yeux  des Zambiens mais qu’ils ne les secourent pas. Même quand les criminels sont appréhendés et remis aux forces de l'ordre, ces derniers ne font rien pour que les victimes soient rétablies dans leurs droits, déplore notre source au sein de la communauté burundaise vivant en Zambie. « Ce sont plutôt les étrangers dont les Burundais qui sont souvent mis au cachot pour être libérés moyennant de l'argent. Celui qui n'en a pas est expulsé. Ils sont embarqués dans des véhicules de la police et sont abandonnés, dépourvus de tous leurs biens, sur la frontière de la Zambie avec la Tanzanie. »

D’après  nos sources, cette chasse à l'homme,  en cours à Lusaka, ne distingue pas les résidents réguliers des sans-papiers. Lors des rafles de la police, précisent-elles, ce sont tous les étrangers qui sont arrêtés. Exerçant beaucoup plus des activités de commerce, ils sont souvent appréhendés lorsqu'ils sont en train de s’approvisionner chez les grossistes.

Les Burundais vivant en Zambie demandent avec insistance à la représentation du Burundi  dans ce pays de tout faire pour qu’ils soient protégés.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 244 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech