Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Un ancien membre du CNDD-FDD assassiné pour avoir tourné le dos au parti de l’aigle

Un habitant de la colline Bihinde, commune Bugarama de la province Rumonge a été tué fusillé la nuit du 1er juin. Les informations en provenance de la localité affirment qu’il serait victime de  son appartenance politique. Les habitants de  Bihinde plaident pour un  désarmement et un renforcement de  la sécurité dans cette localité.

La victime s’appelait Célestin Bigirimana. Elle a été assassinée le mardi 1er juin vers 21 h.  Des mobiles politiques seraient derrière ce meurtre. ‘’ Un enseignant de la colline Buhinde, commune Bugarama de la province Rumonge a été tué fusillé chez lui la nuit du mardi. Il est victime de son appartenance politique car auparavant, il était militant du parti CNDD-FDD avant d’intégrer le parti  CNL d’Agathon Rwasa.’’ Révèle une source de la RPA à Rumonge.

Même si les enquêtes n’ont pas encore aboutis, les habitants de la place soupçonnent les imbonerakure et demandent aux administratifs de procéder urgemment au désarmement de cette jeunesse affiliée au parti au pouvoir avant que la situation ne dégénère.

‘’ Le Gouvernement doit immédiatement désarmer la population civile. Nous avons été témoins de la distribution de ces armes aux imbonerakure. Donc, il faut qu’il les retire car ce sont ces mêmes armes qui ces jeunes utilisent pour commettre des forfaits.’’ Poursuit la même source.

Célestin Bigirimana enseignait à l’Ecole Fondamendale de Bambo. Marié, il laisse une veuve et 4 enfants.

Une sexagénaire et sa petite fille meurent dans une attaque à la grenade à Gahombo

Deux personnes ont été tuées la nuit du 31 mai au 1er juin 2021 en commune  Gahombo de la province de Kayanza. Les informations recueillies sur la colline de Ruzingati font savoir que les bourreaux ont lancé une grenade à travers la fenêtre du ménage des disparus. L’administration dit ne pas connaitre les motifs de cet assassinat.

Les victimes de cette attaque à la grenade sont une vielle femme d’une soixantaine d’années ainsi que sa petite fille. Elles habitaient la colline Ruzingati de la commune Gahombo en province Kayanza. Les informations recueillies auprès du voisinage des victimes font savoir qu’ils ont entendu une détonation vers 23 heures passées. Pris de peur, les voisins de ces victimes disent qu’ils n’ont pu sortir que longtemps après pour s’enquérir de la situation. Ces derniers révèlent qu’ils ont trouvé la fenêtre du ménage des victimes ouverte, ce qui laisse croire que c’est par là que la grenade a été lancée. Selon les mêmes sources, les victimes ont succombé à leurs blessures sur les lieux. L’administration et la police de Gahombo disent ignorer les motifs de ce forfait. Mais certains voisins des victimes disent qu’il y a des conflits familiaux  relatifs aux litiges fonciers qui datent de longtemps. Il y a plus d’une année, le même ménage avait subi une attaque à la grenade, une attaque qui n’avait pas fait de victimes.

Simple phobie ou état d’urgence décrété à Kirundo ?

Mise en application ce jeudi 03 juin des mesures dites de sécurité récemment prises par l’administration de Kirundo. Fixant les heures de fermetures de certaines activités, les habitants de la place s’insurgent déjà contre ces mesures et parlent d’ingérence et d’atteinte à leur liberté.

Ces mesures ont été arrêtées au cours d’une réunion de sécurité tenue ce mercredi au chef-lieu de la commune Kirundo et qui a vu la participation d’Albert Hatungimana, gouverneur de la province Kirundo, et Viateur Habimana, administrateur de la commune Kirundo.

Entre autres décisions prises en vue de sauvegarder la sécurité figurent la fermeture des parkings à partir de 18 h, l’interdiction de circuler après 19 h pour les motards ainsi que la fermeture de tous les bistrots à partir de 21 h.

Les autres secteurs concernés sont celui de l’informel. En effet, selon nos sources, les vendeurs ambulants, surtout ceux des fruits, ont été sommés de vider les lieux. Il leur a été donné 48 pour écouler leurs stocks.

Les habitants de Kirundo qui se sont entretenus avec la RPA s’insurgent déjà contre ces mesures qu’ils jugent contraignantes, surtout qu’elles vont beaucoup impacter sur leurs revenus.

‘’ Les décisions qui ont été prises dans la réunion d’hier viennent compliquer la vie du citoyen lambda. D’habitude le commerce commençait à midi pour se terminer à 20h, mais maintenant on doit fermer à 18 h. Par exemple les vendeurs de fruits avaient l’habitude de vendre jusqu’à 21h car ils profitaient des heures de pointe, quand les fonctionnaires reviennent de leur travail. Donc, ça ne va pas du tout leur faciliter la vie. Normalement, ce genre de décisions sont prises dans des pays en guerre. Alors, qu’ils nous disent clairement que c’est le cas pour notre pays.’’ Témoigne un des habitants de la place.

Au cours de cette réunion, ces autorités ont également appelé la population à plus de collaboration avec l’administration, les forces de l’ordre et la justice. Un appelle qui, au lieu de tranquilliser la population, n’a fait qu’accentuer leur peur surtout qu’ils craignent que les imbonerakure en profitent pour persécuter les opposants.

Des membres du FLN péris aux combats après leur tentative d’envahir le Rwanda

Découverte  ces derniers jours de plusieurs  cadavres  dans les forêts des communes Mabayi et  Bukinanyana en province Cibitoke. Depuis le lundi 24 mai,  5  cadavres y ont été découverts. La population locale pense qu’il s’agirait  des assaillants qui ont attaqué  le 23 dernier à Bweyeye  dans le pays voisin du Rwanda.

Trois des cinq corps ont été retrouvés  ce mercredi 26 mai  dans la forêt naturelle de la Kibira, au niveau  de la colline Ruhembe  en zone Bumba  de la commune Bukinanyana. En uniforme des forces de Défense Nationale Burundaises, FDNB en sigle, ces corps commençaient déjà à se décomposer. Selon des sources concordantes, l’armée burundaise dit ne déplorer aucune perte au sein de ses hommes, ce qui laisse croire que ces gens font partie du mouvement rebelle rwandais qui a récemment mené une attaque sur le sol rwandais avant de se replier. Notre  source sur place indique qu’ils ont été alertés  par  une odeur nauséabonde et  des bourdonnements  des mouches  dans les alentours.

L’autre cadavre a été retrouvé  ce mardi 25 mai, toujours dans la  forêt de la kibira, mais cette fois-ci du côté de la colline Gafumbegete, en zone Butahana de la commune Mabayi.

Le lundi 24 mai dans la soirée, un 5ème   corps   avait été  retrouvé dans la  localité de Kamenge en zone Ruhororo de la commune Mabayi. Selon une source militaire, les documents trouvés sur la victime prouvaient qu’il faisait partie des combattants rwandais et qu’elle était de nationalité rwandaise.  L’administrateur communal de Mabayi  a alors ordonné l’inhumation de ce corps le lendemain.

Selon  nos sources  à Mabayi et  à Bukinanyana,  tous ces cadavres ont été retrouvés  dans des  localités où sont implantées les positions des rebelles rwandais. Ces derniers, précisent les mêmes sources, ont leurs principales positions dans la Kibira, du côté de Kibeya et Ruhembe  de la zone Bumba en commune Bukinanyana. Cependant,  nos sources précisent qu’ils ont également des  antennes dans  plusieurs autre localités de cette forêt, notamment dans les  localités  de Gisakura, Kibeya,   Rugaramure, Kamenge, Mpinga et  Gafuni en commune Mabayi. Une autre position selon nos sources est implantée dans la localité de Kaburantwe, et plus précisément à la frontière entre les communes de Mabayi et Bukinanyana.

A propos de ces corps portant l’uniforme de la FDNB, la rédaction de la RPA n’a pas pu joindre OPC 1 Carème Bizoza, gouverneur de la province Cibitoke, de même que Floribert Biyereke, porte-parole de l’armée Burundaise pour de plus amples éclaircissements.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 158 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech