Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Quatre personnes de Cankuzo en détention secrète.

Quatre personnes ont été enlevées jeudi dernier par le responsable du Services National de Renseignement en province Cankuzo. Toutes les quatre sont des résidants du quartier Ndava du chef-lieu de la province Cankuzo.

Certains membres des familles dont les leurs ont été enlevés indiquent que le patron des services secrets en province Cankuzo est venu arrêtés les leurs le soir de jeudi dernier. Il les a arrêtés à leurs domiciles se trouvant au quartier Ndava du chef-lieu de la province Cankuzo. L’un de ces membres des familles nous énumère les noms de ceux qui ont été enlevés. « Ceux qui ont été arrêtés sont Norbert HATUNGIMANA, Chadrack SIBOMANA, Norbert GASUGUMWA et Anatole HAKIZIMANA. Tous ont été arrêtés chez eux au quartier Ndava. C’est Venant NDAYISHIMIYE qui les a embarqués un à un. Trois ont été arrêtés le jeudi de la semaine dernière  et l’autre à savoir Chadrack a été arrêté le vendredi ».

Les familles des victimes demandent qu’elles soient informées du lieu de détention des leurs et les raisons de leurs arrestations. « Nous demandons  à ce que le responsable des services secrets à Cankuzo, Venant NDAYISHIMIYE, nous dise où il détient les nôtres pour que nous soyons tranquilles. Nous voulons également savoir ce qu’ils sont accusés car de ce que nous savons c’est qu’ils ont une bonne réputation dans l’entourage », a insisté un membre de ces familles.

Les informations en provenance de la province Cankuzo font savoir que deux personnes parmi celles arrêtés sont des membres du parti APDR.

La rédaction de la RPA a contacté Venant NDAYISHIMIYE, le patron de la documentation en province Cankuzo, et après lui avoir posé des questions sur les 4 personnes qu’il aurait arrêtées, il n’a pas voulu s’exprimer là-dessus.

Un réfugié burundais est mort samedi dernier au Malawi

Un burundais réfugié au Malawi dans la ville de Lilongwe est mort ce samedi. Il avait été poignardé il y'a une semaine. Les burundais réfugiés dans ce pays demandent que les auteurs de ce crime soient arrêtés et traduits en justice et qu'ils soient également protégés puisque victimes de persécutions.

La victime répondait au nom de Dieudonné Nimpagaritse. Comme l’un des réfugiés burundais dans ce pays le témoigne, la victime était originaire de la commune Vugizo en province de Makamba. Il a été poignardé samedi 19 mars 2022 dans les côtes par un malawite qui voulait lui voler de l’argent. Notre source précise que la victime est décédée après une semaine de soins intensifs à l’hôpital central de ce pays.  « Il y’a un réfugié du nom de Nimpagaritse Dieudonné natif de la colline Gitaba en commune Vugizo de la province Makamba. Il y’a des malfaiteurs qui sont allés à sa boutique qui se trouve  dans la ville de Lilongwe où il exerce son commerce. Ces derniers ont voulu lui voler. Ils l’ont appelé et l’un d’entre eux lui a poignardé sur les côtes. La victime a été dépêchée à l’hôpital et les médecins ont constaté que la lame du poignard avait gravement blessé ses intestins. Ce crime s’était passé le weekend dernier et la victime a rendu l’âme vers 22 heures ce samedi », a précisé une source.

Les réfugiés burundais au Malawi indiquent que l’auteur de ce crime avait été pris et battu mais la police ne l’a pas arrêté afin de le traduire devant la justice. Et à présent, personne ne sait où il se trouve. « Celui qui a commis ce crime a été attrapé et tabassé jusqu’à ce qu’il est allé se faire soigner à l’hôpital.  Mais d’après les informations que nous avons reçues, il s’est enfui juste après sa sortie de l’hôpital et actuellement personne ne sait où il est allé. Nous savons également que la police de Malawi qui se trouve sur place ne va rien faire pour attraper ce criminel car s’il s’agit des réfugiés, la police ne peut pas arrêter ces criminels et les traduire en justice. Maintes fois, ce genre de crimes sont commis mais la police malawite ne fait rien pour les punir », a ajouté notre source.

Les burundais réfugiés au Malawi demandent que l’auteur de ce crime soit appréhendé et puni conformément à la loi de ce pays et demandent également aux autorités de ce pays ainsi qu’au HCR de les protéger contre les persécutions dont ils subissent souvent de la part de certains malawites qui sont jaloux de leurs biens. En 2021, un autre réfugié burundais a été tué dans le district de Kasungu au Malawi  victime des biens qu’il possédait.

Un cadavre d'un membre du parti FNL de Jacques Bigirimana retrouvé dans une rivière.

Un corps sans vie d'un membre du parti FNL de Jacques Bigirimana a été découvert ce lundi dans la commune Gisuru en province de Ruyigi Le mobile de la mort de cet homme est qu'il se serait récemment querellé avec des imbonerakure. Sa langue et ses parties génitales ont été coupées.

 La victime répondait au nom de Léonidas Mudende. Il était enseignant au Lycée Communal de Nyabigozi en commune Gisuru de la province Ruyigi. Les informations en provenance de la population locale indiquent que cet homme était le représentant du parti FNL de Jacques Bigirimana dans cette commune. Les mêmes informations précisent que son corps a été découvert dans la rivière Rumpungwe et qu'on lui avait coupé la langue et les parties intimes. Cet habitant témoigne. « Le corps a été découvert par des cultivateurs sur les rives de la Rumpungwe. Ce corps flottait sur  les eaux de ladite rivière. Ils ont tout de suite alerté les autorités locales. Ces dernières ont collaboré avec la police et ont essayé de le repêcher. Il aurait été ligoté avant d'être tué et il avait des blessures au niveau des bras. Après avoir repêché le corps, ils ont constaté qu'on lui avait coupé la langue et les parties génitales ».

Notre source sur place fait savoir que le motif de cet assassinat serait que la victime aurait eu mercredi dernier des querelles avec des imbonerakure de la localité. Et de préciser que Léonidas Mudende a quitté son domicile ce même mercredi après avoir reçu un appel téléphonique. Depuis, aucune nouvelle de la victime jusqu'à ce lundi. « Il a reçu mercredi soir dernier un appel des personnes non encore identifiées et il est parti. Son fils a voulu l'accompagner mais il lui a dit de retourner à la maison et que tout allait bien. Ce qui se comprend que ces personnes sont passées par un ami. Depuis ce jour, sa femme et ses enfants ont attendu son retour mais en vain. Même à son lieu de travail, ils ne l'ont plus revu », précise cette source.

Nos sources en commune Gisuru font savoir que des enquêtes sont actuellement en cours afin d'identifier les auteurs de ce crime. La rédaction de la RPA a contacté l’administrateur de la commune Gisuru mais en vain.

Un réfugié burundais est mort samedi dernier au Malawi

Un burundais réfugié au Malawi dans la ville de Lilongwe est mort ce samedi. Il avait été poignardé il y'a une semaine. Les burundais réfugiés dans ce pays demandent que les auteurs de ce crime soient arrêtés et traduits en justice et qu'ils soient également protégés puisque victimes de persécutions.

La victime répondait au nom de Dieudonné Nimpagaritse. Comme l’un des réfugiés burundais dans ce pays le témoigne, la victime était originaire de la commune Vugizo en province de Makamba. Il a été poignardé samedi 19 mars 2022 dans les côtes par un malawite qui voulait lui voler de l’argent. Notre source précise que la victime est décédée après une semaine de soins intensifs à l’hôpital central de ce pays.  « Il y’a un réfugié du nom de Nimpagaritse Dieudonné natif de la colline Gitaba en commune Vugizo de la province Makamba. Il y’a des malfaiteurs qui sont allés à sa boutique qui se trouve  dans la ville de Lilongwe où il exerce son commerce. Ces derniers ont voulu lui voler. Ils l’ont appelé et l’un d’entre eux lui a poignardé sur les côtes. La victime a été dépêchée à l’hôpital et les médecins ont constaté que la lame du poignard avait gravement blessé ses intestins. Ce crime s’était passé le weekend dernier et la victime a rendu l’âme vers 22 heures ce samedi », a précisé une source.

Les réfugiés burundais au Malawi indiquent que l’auteur de ce crime avait été pris et battu mais la police ne l’a pas arrêté afin de le traduire devant la justice. Et à présent, personne ne sait où il se trouve. « Celui qui a commis ce crime a été attrapé et tabassé jusqu’à ce qu’il est allé se faire soigner à l’hôpital.  Mais d’après les informations que nous avons reçues, il s’est enfui juste après sa sortie de l’hôpital et actuellement personne ne sait où il est allé. Nous savons également que la police de Malawi qui se trouve sur place ne va rien faire pour attraper ce criminel car s’il s’agit des réfugiés, la police ne peut pas arrêter ces criminels et les traduire en justice. Maintes fois, ce genre de crimes sont commis mais la police malawite ne fait rien pour les punir », a ajouté notre source.

Les burundais réfugiés au Malawi demandent que l’auteur de ce crime soit appréhendé et puni conformément à la loi de ce pays et demandent également aux autorités de ce pays ainsi qu’au HCR de les protéger contre les persécutions dont ils subissent souvent de la part de certains malawites qui sont jaloux de leurs biens. En 2021, un autre réfugié burundais a été tué dans le district de Kasungu au Malawi  victime des biens qu’il possédait.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 331 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech