Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Est-ce la fin du Je t’aime, Moi non plus ?

Est-ce la fin du Je t’aime, Moi non plus ?

Le pouvoir de décision du président Evariste Ndayishimiye est mis à mal. Certains proches du Président révèlent que les rumeurs de Coup d'Etat ont été alimentées par une décision du Président Ndayishimiye de limoger  le Chef d'Etat-Major de l’armée, le Lieutenant Général Prime Niyongabo, qui n'a pas été acceptée par son Premier ministre, Gervais Ndirakobuca.

Depuis un certain temps, le président de la république du Burundi, Evariste Ndayishimiye, nourrit un projet de limoger le Chef d’Etat- Major de l’armée, le Lieutenant Général Prime Niyongabo. Un projet qui, visiblement, lui fait peur.

Selon des informations en possession de la RPA et en provenance des hauts gradés de l’armée burundaise, le président Evariste Ndayishimiye a, depuis longtemps, ce projet. Ce qui justifie, depuis, un climat malsain entre le président, Evariste Ndayishimiye, et le Chef d’Etat- Major de l’armée, le Lieutenat Général Prime Niyongabo. La gouvernance du pays et de gros intérêts ont précipité la rupture entre les deux généraux.

Selon des sources crédibles proches de la présidence burundaise, le président burundais, Evariste Ndayishimiye, a, avant qu’il ne s’envole pour une visite au Cuba le 10 septembre 2023, convoqué son Chef de Protocole, le Général de Brigade Jules Ndihokubwayo, pour lui confier un décret signé de ses mains et portant limogeage du Lieutenant Général au poste de Chef d’Etat- Major de l’armée burundaise. Ce limogeage devrait préalablement être approuvé par Gervais Ndirakobuca, après l’atterrissage du numéro un burundais à Cuba, selon les instructions du président burundais.

Par ailleurs, le président burundais, Evariste Ndayishimiye, avait ordonné à son Chef de Protocole de renforcer la sécurité de la Radio- Télévision Nationale du Burundi par des militaires en provenance du palais présidentiel dès la signature d’approbation de ce décret par le premier ministre, Gervais Ndirakobuca, précisent les mêmes sources. De quoi avait peur NDAYISHIMIYE ? Visiblement, la colère du chef de l’armée dont il est par ailleurs le parrain de mariage.

Plus vite, on en meurt.

Le Général de Brigade Jules Ndihokubwayo a déployé ces militaires à la Radio – Télévision Nationale de Burundi avant la  signature du décret par le premier ministre, Gervais Ndirakobuca.

Selon des informations en provenance de certains hauts gradés de l’armée et confirmées par un haut cadre des services secrets burundais, le Général de Brigade Jules Ndihokubwayo, chef du protocole du président Ndayishimiye, est allé vite en besogne dans le déploiement de ces militaires du palais croyant que le premier ministre, Gervais Ndirakobuca, allait obligatoirement s’exécuter en signant sur ce décret de limogeage de Prime Niyongabo.

Quand l’affaire tourne au vinaigre.

D’après les sources de la RPA, le premier ministre, Gervais Ndirakobuca, a refusé d’apposer sa signature sur ce décret de limogeage de Prime Niyongabo et a fait savoir au Chef du Protocole du président de la république qu’ils (lui et le président) ne se sont pas entretenus à propos de ce décret. De plus, Gervais Ndirakobuca, lui a signifié qu’il attend le retour du président de la république pour s’entretenir à ce sujet.

Face à ce refus, le Général de Brigade Jules Ndihokubwayo a, ainsi, ordonné aux militaires déjà présents à la Radio- Télévision Nationale pour renforcer la sécurité de plier bagages et de regagner le palais présidentiel, ajoutent les mêmes sources.

C’est ce déploiement des militaires et des armes lourdes du palais à la Radio- Télévision Nationale du Burundi (RTNB) qui a suscité des inquiétudes chez les habitants de la capitale économique Bujumbura. Depuis, des rumeurs de coup d’Etat ont circulé sur la toile.

Pour le moment, le retour du président de la République dira long sur ce qui va suivre.

 

Madiba, un médiateur désiré

Madiba, un médiateur désiré

 Le 18 juillet, le monde célèbre Nelson  Mandela ancien président  sud-africain. Egalement médiateur dans le conflit burundais des années 1900, 10 ans après sa mort, il reste inoubliable. Pays à nouveau secoué par une crise politique, des politiciens burundais se rappellent de son rôle dans la résolution de la crise précédent l’actuelle.

 “C’est une source de fierté immense de retour à Bujumbura pour célébrer ce moment historique dans le long processus pour la paix, la démocratie, la stabilité et une meilleure vie pour les gens. Aujourd’hui est un grand jour pour le Burundi, pour la région des Grands Lacs, pour l’Afrique et pour le monde.’’ A déclaré Nelson Mandela lors de sa visite à Bujumbura en 2000 après la signature des accords de paix et de réconciliation des Burundais à Arusha en août la même année 2000.

Le médiateur dans la  crise sanglante qui a  suivi  l’assassinat du Président Melchior Ndadaye n’a pas manqué de conseiller les leaders burundais.

‘’Ne nous trahissez pas, ne trahissez pas le monde, mais surtout ne vous trahissez pas vous-mêmes, ni vos concitoyens. Votre pays a suffisamment saigné, lui et ses habitants méritent la paix !’’ Disait-il  à la classe politique qu’il avait suffisamment côtoyée durant la période des négociations.

Cette classe reconnait son rôle dans l’aboutissement du processus. ‘’Mandela était dur avec toutes les parties, il n’avait peur de personnes. Il nous parlait  avec franchise, nous forçait d’ailleurs quelques fois. C’était un homme au bâton et à la carotte’’, témoigne  Léonce Ngendakumana, un des leaders du parti Sahwanya Frodebu, parti du Président Ndadaye, qui ont participé aux négociations.

Il avait bien analysé le Leadership burundais, complète Dr Alphonse Rugambarara également participant à ces  négociations d’Arusha. ‘’Ce n’était pas facile, nous n’étions pas très coopérants  pour aller résolument vers la réconciliation. Mandela avait pris à cœur sa mission de réconciliation, la recherche de l’équilibre et la compréhension de tous les points de vue était recherché.’’ Précise  Dr Alphonse Rugambarara qui était président du parti MSP-Inkinzo y'Ijambo ry'Abarundi.

Après seulement une dizaine  d’années  d’accalmie, le Burundi a replongé dans une autre crise liée à  la gouvernance du pays. Ces accords d’Arusha qui consacrent  l’unité et  la cohésion du peuple burundais, le partage du pouvoir, la stabilité du pays, un nouvel ordre politique  et social ne sont plus respectés. Une situation qui choquerait l’icône mondiale de la paix, affirment les politiciens.

‘’S’il revenait il serait très déçu de voir que les burundais n’ont pas pu garder, mettre en application ces accords d’Arusha.  Il nous qualifierait de menteurs, d’irresponsables et hypocrites’’, estime Léonce Ngendakumana.

Et Alphonse Rugambarara d’ajouter que si Madiba voyait le Burundi de 2023, ‘’il constaterait que ce dont il avait parlé s’était réalisé au grand dam du peuple Murundi : la trahison des Leaders vis-à-vis du peuple Murundi.’’

Le 18 juillet, date de naissance du Président Nelson Mandela dit Madiba, a été déclarée Journée Internationale  Nelson Mandela en 2009 par les Nations-Unies. ‘’Une occasion de réfléchir sur la vie et l'héritage d'un défenseur mondial légendaire de la dignité, de l'égalité, de la justice et des droits de l'homme.’’  Et Nelson Mandela  mourra  le 05 décembre 2013  à l’âge de 95 ans.

Ruhororo : Des réunions nocturnes du parti CNDD-FDD inquiètent les habitants du site

Ruhororo : Des réunions nocturnes du parti CNDD-FDD inquiètent les habitants du site

La population du site  des  déplacés de Ruhororo en  province Ngozi  dénoncent  des réunions nocturnes du parti au pouvoir. L’exemple récent  est celui de la nuit du  jeudi à vendredi (nuit du 17 au 18 août 2023),  un des  membres  du  CNDD-FDD invitait  porte à porte  les gens à  se réveiller  pour  participer  à leur réunion.

 

A une heure du matin  de ce  18 août 2023, les habitants du  site des déplacés  de Ruhororo en zone et commune Ruhororo, province Ngozi (nord du pays) ont tout d’un coup entendu une voix d'un homme  qui les appelait à participer à une réunion du parti au pouvoir, le CNDD-FDD. Il passait à chaque porte et le message donnait  était le même, précisent nos sources sur place : ‘’Venez vite, venez tous ! Il est temps, venez  nombreux à la réunion.’’

Il les invitait à se réveiller à cette heure-là pour se rendre au stade Ruhororo  attendre la réunion qui devrait commencer à 5h du matin, ajoutent nos sources. Ces activités inquiètent les habitants de ce site. Membres du CNDD-FDD et non membres, ils s’interrogent tous sur les raisons derrière ces activités de nuit et craignent la perturbation de la sécurité.

 ‘’Même si nous sommes des membres du parti CNDD-FDD nous avons peur  et nous nous posons des questions sur ces réunions nocturnes. Des enfants, des femmes, des jeunes y sont tous invités  à une heure aussi avancée. Nous craignons des cas d’insécurité’’,  mentionne  un des habitants du site.

Ces habitants de la commune Ruhororo demandent que ces activités nocturnes cessent.

L’administrateur de la commune Ruhororo et le président du parti CNDD-FDD  dans cette  commune ne se sont pas encore exprimés sur cette situation.

La CVR « devrait être suspendue !» Société civile, experts et politiciens insistent

La CVR « devrait être suspendue !» Société civile, experts et politiciens insistent

La désignation de Pierre Claver Ndayicariye à la tête de la Commission Vérité Réconciliation (CVR) visait une mission claire. Les acteurs de la société civile, les politiques convergent sur ce point. L’ancien président de la CENI n’était pas  l’homme de la situation. Le travail de la CVR sous sa direction risque d’attiser la haine ethnique. Plusieurs voix burundaises demandent que le travail de cette commission soit plutôt suspendu.

 

En huit ans de mission, la Commission Vérité Réconciliation a déjà publié son premier rapport. Mise sur pieds pour enquêter sur les crimes qui ont endeuillé le Burundi depuis 1885  jusqu’en 2008 (Loi n°1/022 du 6 novembre 2018 portant création, mandant, composition, organisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation),  la CVR a débuté par la crise de 1972.  ‘’La période la plus emblématique de l’histoire ensanglantée du Burundi post colonial’’, explique la CVR sur la page 48 du résumé exécutif du rapport d’étape de décembre 2021.

Débuter par les évènements de 1972 a prouvé la mission dangereuse assignée à la commission, déplorent des acteurs de la société civile et des politiques. La CVR manque d’experts nécessaires pour rendre  un résultat scientifique digne de cette qualification, dénoncent les scientifiques et experts du domaine de la justice transitionnelle.

 

‘’La CVR est un département du CNDD-FDD’’

 

 La Commission Vérité Réconciliation  est accusée de travailler pour le solde du parti  CNDD-FDD. A propos de l’hypothèse qu’elle serait instrumentalisée par le parti au pouvoir  de peur de devoir répondre des crimes commis par les rebelles du FDD aujourd’hui au pouvoir, Alexis Sinduhije, président du parti MSD, répond :’’Le Burundi a de graves problèmes liés à son passé douloureux. Du  sang a été versé, plusieurs familles endeuillées. C’est très délicat. Pour résoudre le problème, nous devons dépasser nos peurs et intérêts personnels. Un dirigeant doit mettre de côté ses intérêts et œuvrer pour l’intérêt général.’’

Alexis Sinduhije aligne la CVR sur la liste des différents départements du parti au pouvoir le CNDD-FDD. Un outil de propagande de ce parti, dit-il. 

 La CVR, une alternative au manque de projets politiques

 

 Léonidas Hatungimana, président du parti PPD-Girijambo également  ancien membre du parti CNDD-FDD rejoint Alexis Sinduhije pour qualifier la CVR d’outil de propagande du parti CNDD-FDD. L’ancien porte-parole du président de la République Pierre Nkurunziza explique un peu plus.

’Le CNDD-FDD n’a aucun projet qui l’aiderait à être reconduit à la présidence du pays en cas d’élections libres et transparentes. Ils n’ont que la seule option de manipuler la corde ethnique pour garder l’électorat Hutu qui est le plus grand.’’ 

Le président du parti PPD-Girijambo avertit  les burundais surtout de l’ethnie Hutu que la mission de la CVR actuelle n’est pas de leur apprendre la vérité sur leur pays et d’aider à la réconciliation de la société burundaise. Selon Hatungimana, CVR agit pour des fins électorales.

 

Hatungimana:

 ‘’Pierre Claver Ndayicariye, un acteur de la crise burundaise’’

 

Dans un communiqué conjoint  du 28 juin lors de la mission de la CVR en Belgique, une dizaine d’organisations de la société civile burundaise désavoue la personne de Pierre Claver Ndayicariye, président de la CVR depuis 2018. Alors qu’à Arusha, les participants aux négociations se sont convenus que la commission devrait être confiée à un groupe inspirant confiance, son président est contesté par plusieurs burundais.

 

Pour Vital Nshimirimana qui s’est exprimé au nom de 19 organisations, Pierre Claver Ndayicariye n’est  pas l’homme de la situation vu le résultat de ses deux dernières missions. En qualité de président de la commission électorale nationale indépendante (CENI) rappelle-t-il, ‘’il a organisé une élection contestée par beaucoup de partenaires politiques dans un contexte de troisième mandat ce qui fait de lui un acteur clé de la crise burundaise qui a éclaté en 2015.’’ 

Ndayicariye  perdra également sa crédibilité, ajoute le Délégué Général du Forum pour le Renforcement de la Société Civile, avec l’organisation du référendum constitutionnel en mai 2018 qui a enterré les accords d’Arusha, base de la cohésion sociale et la stabilité au Burundi. Une activité qui a précédée  de quelques mois sa nomination à la tête de la CVR en pleine crise politico-sécuritaire liée au troisième mandat de feu Pierre Nkurunziza.

 La  CVR reprochée de partialité et de manipulation des informations reçues 

 

 Emery Kameya, président de la Diaspora Burundaise de Belgique affirme que la CVR à travers  ses actes a démontré qu’il ne veut pas vraiment découvrir la vérité. ‘’La CVR n’écoute pas une partie de la population burundaise’’,  dénonce Emery Kameya qui ajoute qu’ils n’ont trouvé aucun intérêt à répondre aux activités organisées par la CVR le mois dernier de juin à Bruxelles car ‘’ la CVR transforme certains témoignages en les façonnant à sa guise.’’

Une délégation de la CVR  a rencontré du 28 juin au 1er juillet cette année des burundais à Bruxelles pour leur parler de sa mission, des résultats atteints et recueillir  des témoignages de burundais.

 La CVR devra expliquer comment elle a pu identifier les restes des Hutus 

 

Louis-Marie Nindorera, expert en justice transitionnelle  critique le travail de la CVR fait sans   expertises requises et outils nécessaires.  Dans son rapport décrié de 2021, la CVR  dit avoir déjà exhumé 19 897 victimes confirmées de la crise de 1972.

Pour lui, ‘’ La CVR devra expliquer aux burundais sur  base de quoi  ils ont affirmé qu’un tel reste est d’un Hutu qui a été tué en 1972 vu qu’ils ne se basent que sur des témoignages sans faire recours à aucune méthode scientifique pour confirmer ces témoignages.’’

Nindorera:

 Prévu dans les Accords d’Arusha qui ont mis fin à la guerre civile au Burundi, les scientifiques, politiques et acteurs de la société civile parlent déjà d’échec de ce projet politique dont le but est de faire connaitre la vérité sur le passé du Burundi et réconcilier les burundais. Pour eux, ce projet politique  a été détourné par le régime CNDD-FDD et  le travail tel qu’accompli risque d’attiser la haine ethnique et déchirer de nouveau la société burundaise. 

Les 19 signataires du communiqué conjoint, les politiciens que nous avons  fait réagir, la diaspora burundaise de la Belgique et les scientifiques tous appellent à la suspension de l’actuelle CVR pour relancer  une CVR conforme à l’esprit d’Arusha quand le Burundi aura sorti de la crise en cours dans un contexte favorable pour  tous les  burundais.

 

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 208 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech