Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Grognes des propriétaires des parcelles situées près de l’usine Burundi Cement Company, BUCECO.

Les propriétaires des parcelles se trouvant près de l’usine BUCECO sur la colline Karurama en commune de Rugombo de la province de Cibitoke  se lamentent que le projet de délocalisation de ladite usine n’a pas été mise en application. Ils font savoir qu’au lieu de déménager cette usine a plutôt continué les travaux d’extension de ses installations dont les activités ont des effets néfastes sur la santé publique.

Les propriétaires des parcelles se trouvant à proximité de l’usine Burundi Cement Company, BUCECO, trouvent que le projet visant la délocalisation de cette usine semble avoir été jeté aux oubliettes.

Ces habitants de la colline Karurama de la commune de Rugombo en province de Cibitoke  où se trouve également cette usine font savoir que depuis l’annonce faite par le gouvernement Ndayishimiye  aucune autorité ne les a approchés pour trouver une solution aux impacts néfastes des activités de ladite usine. « On nous avait dit que le problème sera résolu juste après les élections. Ça fait de cela deux ans que nous avons de nouvelles institutions mais aucune réunion avec les autorités gouvernementales ou locales n’a été tenue à ce propos. C’est comme si le projet de délocalisation de l’usine n’a jamais existé », s’est plaint un des propriétaires de parcelles.

Cette population de la colline Karurama exprime également son pessimisme quant à la résolution de ce problème car, selon elle, l’entreprise Burundi Cement Company poursuit plutôt les travaux d’extension de l’usine. « Il y a eu des promesses selon lesquelles BUCECO va déménager. Mais, nous considérons que ce sont des paroles en l’air. Juste après les élections, l’entreprise a plutôt accélérer les travaux d’extension et a apporté des moteurs beaucoup plus grands.  Il est très clair qu’elle ne compte surtout pas se délocaliser », observe un autre propriétaire.   

Alors ministre en charge de l’environnement,  Déo Guide Rurema, avait annoncé en date du 17 février 2021 la délocalisation de l’usine BUCECO dans l’objectif, disait-il, de sauver la vie de cette population.

Les habitants du chef-lieu de la province Mwaro dénoncent l'injustice dans la distribution du carburant.

A Mwaro, certains individus ont la faveur d'être servi  en carburant plusieurs fois par jour au détriment des autres. Des sources sur place précisent que ceux qui reçoivent cette grande quantité sont ceux-là même qui la revendent à prix exorbitant au marché noir.

La population de la province Mwaro indique que la pénurie du carburant dans cette province est accentuée par le clientélisme et le favoritisme qui s’observent dans la distribution de ce produit. Elle précise qu’une fois disponible, ce carburant est servi injustement à la pompe. Certaines personnes proches du pouvoir sont servies plusieurs fois par jour au détriment des citoyens lambda. Un des habitants du chef-lieu de la province Mwaro  témoigne. « Citons par exemple un certain Adelin Ndekebavuge, chauffeur de taxi voiture en même temps informateur du service national des renseignements. Ce dernier peut être servi 10 fois par jour. Après avoir été servi, il part pour vider le réservoir de son véhicule et revient quelques minutes après pour être servi de nouveau».

Les habitants du chef-lieu de la province Mwaro pointent du doigt les responsables administratifs et sécuritaires d’être complices dans ce genre de spéculation.  « Les responsables administratifs et ceux de la police notamment le commissaire et le responsable de la documentation sont tous au courant de ce phénomène. D’ailleurs, certains d’entre eux assurent la supervision de la distribution du carburant à la pompe. Cela pour dire qu’ils sont complices. Le pompiste est obligé d’exécuter leurs ordres. Quelqu’un d’autre qui ose se présenter pour être servi pour la deuxième fois est chassé de l’endroit, ce qui n’est pas du tout le cas pour les proches du pouvoir », précise un citoyen de la place. 

Pour la population de la province Mwaro, ce sont ceux qui reçoivent une grande quantité de carburant qui la revendent à un prix exorbitant au marché noir en cas de pénurie de ce produit. Elle demande aux responsables  concernés  de couper court avec ce genre de spéculation.

Surpopulation au cachot de la police judiciaire à Ngozi.

Plus de 130 prisonniers sont détenues au cachot de la police judiciaire de Ngozi sur les 35 que devait héberger ce cachot. Parmi ces prisonniers, certains viennent de passer plus de deux mois dans ce cachot.

Parmi ces 139 détenus au cachot de la police judiciaire de Ngozi, 18 sont des femmes dont 5 avec 5 enfants et 4 mineurs. La capacité d’accueil de ce cachot situé au quartier Muremera est de 35 prisonniers seulement.

Le cachot pour hommes mesure 3 mètres sur 3 mètres tandis que celui pour femmes mesure 3 mètres sur  2 mètres. Certains détenus dorment  dans la cour intérieure de ce cachot. Selon nos sources au cachot de la police judiciaire de Ngozi, certains prisonniers viennent de passer plus de 2 mois dans ce cachot et plusieurs parmi eux sont accusés de vol.

A ce cachot, les toilettes ont débordé et dégagent une odeur nauséabonde. Parmi les prisonniers, certains ont les jambes gonflées et ne bénéficient pas les soins médicaux.

Les défenseurs de droits de l’homme déplorent cette surpopulation carcérale et demandent la transmission au parquet des dossiers de ces prisonniers et la libération de ceux qui n’ont pas de dossiers. 

A ce propos, la rédaction n’a pas pu joindre Bonford NDORERAHO, Commissaire provincial de la police à Ngozi, pour qu’il donne des éclaircissements.

La route Bujumbura- Rumonge est toujours bloquée.

La route nationale numéro 3 Bujumbura- Rumonge est toujours fermée suite à un éboulement d’une montagne survenu au niveau de Muhuta depuis plus d’une semaine. Les usagers de cette route demandent que les travaux de réhabilitation soient accélérés.

L’éboulement d’une montagne qui a eu lieu au niveau de Rutunga en commune de Muhuta bloque toujours la route nationale numéro 3, Bujumbura-Rumonge. Après plus d’une semaine de ce blocage, certains usagers de la route s’indignent de la lenteur observée dans la réhabilitation de cette route. « Les travaux de réaménagement de cette route vont au ralenti. Ils peuvent même passer une journée sans qu’aucune activité ne soit effectuée. Par exemple, aucune activité n’a été faite hier. Nous trouvons que c’est de la négligence du gouvernement alors que le citoyen lambda enregistre continuellement des pertes. Actuellement, le  ticket de transport a grimpé. Et nous, nous ne comprenons pas pourquoi les engins emmenés pour rendre praticable la route peuvent rester deux jours sans être utilisés », se plaint un citoyen.

Les mêmes lamentations sont enregistrées chez les conducteurs de véhicules de transports comme l’indique l’un d’entre eux. « On pouvait faire deux tours Bujumbura-Rumonge et un autre tour soit de Rumonge  soit de Magara. S’il n’y avait pas de clients, une autre option était de faire un tour de Rumonge et un tour de Magara et enfin celui de Gitaza. Le problème actuel, ce n’est plus possible de faire ces tours car ça prend beaucoup de temps pour pouvoir obtenir des clients qui remplissent le bus », a précisé un chauffeur.

Les usagers de cette route demandent que les travaux de sa réhabilitation  soient accélérés afin d’éviter que les pertes ne s’accumulent davantage.

A ce propos, la de la RPA a essayé de joindre Régis Mpawenayo, directeur général de l’agence routière du Burundi pour qu’il donne sa réaction mais en vain.

Cette agence avait pourtant déclaré que cette route sera de nouveau praticable dans 5 jours.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 257 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech