Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Cendajuru : Des enseignants privés de leurs salaires

Cendajuru : Des enseignants privés de leurs salaires

Un groupe d’enseignants de la commune Cendajuru en province Cankuzo  réclament leurs salaires de 3 mois. Ils ont été classés dans la catégorie d’enseignants non reconnus à l’issu du dernier recensement du personnel du secteur de l’éducation.

 

25 enseignants réclament  un traitement  similaire à  leurs pairs de la commune Cendajuru. Selon notre source au sein de ce groupe d’enseignants, une  liste de régularisation est sortie  sans leurs noms.

‘’La régularisation a commencé le mois de Juillet cette année. Nous ne nous sommes pas retrouvés sur les listes. Ils  nous ont dit qu’ils  ne savent  pas  à  quelles écoles nous enseignons.’’ Explique la source.

Après avoir constaté qu’ils ne figuraient pas sur la liste, ils ont saisi le directeur communal de l’enseignement mais rien n’a changé. ‘’Nous avons saisi le directeur communal de l’enseignement qui nous a demandé de dresser une liste de tous les concernés. Après avoir constaté qu’à la fin du mois d’août il n’y avait rien sur nos comptes, nous avons dressé une deuxième liste. Mais malheureusement à la fin de ce mois de septembre  rien n’a encore changé.’’ Ajoute la source.

Actuellement, ces enseignants totalisent 3 mois sans être rémunéré. Ils demandent aux responsables de l’éducation dans leur commune et dans la province Cankuzo de résoudre leur cas.

‘’Nous totalisons 3 mois et nous entrons dans le 4ème mois, le directeur communal de l’enseignement nous a dit qu’il faut attendre encore qu’il s’informe. Nous traversons une situation très difficile, tout ce temps sans percevoir nos salaires. Nous demandons au directeur communal de l’enseignement Cendajuru et au directeur provincial de l’enseignement de Cankuzo de résoudre notre situation, car pendant  toute cette période nous sommes au service du pays.’’

Nous n’avons pas encore eu les réactions de Samuel Gahitira directeur de l’enseignement en commune Cendajuru et de  Jeanne Hakizimana, directeur provincial de Cankuzo.

 

Muyinga : Des vacataires réclament la rémunération de plusieurs années

Muyinga : Des vacataires réclament la rémunération de plusieurs années

Des enseignants vacataires de la province Muyinga s’indignent d’une rémunération qu’ils qualifient de sélective.  Certains viennent de prester plus de quatre ans sans être payés alors que d’autres reçoivent régulièrement leur dû.  

 

Certains enseignants vacataires de la province Muyinga  disent qu'ils n’ont pas encore eu leurs rémunérations des années  2016 à 2020. Pourtant, d’autres vacataires qui ont été engagés après eux, ont déjà eu leurs rémunérations.

‘’Les vacataires qui ont presté depuis 2016 jusqu’en 2020 n’ont pas été rémunérés même un mois. Le plus étonnant, c’est que ceux qui ont été embauchés après eux à partir de 2021 reçoivent leurs rémunérations. Ce qui fait croire que la rémunération de ces premiers a été détournée.’’ Explique un des enseignants de la province.

Ces enseignants ont porté leurs doléances auprès des différentes autorités  de l'éducation dont le ministre  mais les promesses restent jusque-là non concrétisées. ‘’Ils ont saisi le  directeur de l’éducation en province Muyinga et il leur a répondu  qu’il est au courant de leur problème sans toutefois le résoudre. Ils l’ont signalé aussi au ministre de l'Education lors de ses visites dans les provinces de l’intérieur du pays et il leur a répondu que le retard de leur rémunération est dû aux erreurs qui se sont produites dans leurs rapports de travail et qu’ils seront régularisés cette année  2023. Mais rien n’est encore fait jusqu'à aujourd'hui. ‘’

Nos sources indiquent que parmi ces vacataires, il y a même ceux qui viennent de passer plus de six ans sans paiement. Ils demandent au gouvernement de les régulariser  pour toutes ces années prestées.

Nous n’avons pas pu recueillir les réactions du directeur de l’Education dans la province Muyinga, Blaise Pascal Misago et du ministre de l’Education nationale François Havyarimana.

UB : Le personnel lance un préavis de grève

UB : Le personnel lance un préavis de grève

Le personnel enseignant et non enseignant de l’Université du Burundi  menace de grever  si jamais le décret présidentiel portant modalités pratiques  de levée du gel des  annales n’est pas appliqué. Une décision prise dans une assemblée générale tenue mercredi.

 

Le personnel de l’université  nationale fait savoir qu’après avoir constaté le refus catégorique du ministre des finances de payer les salaires du mois de Septembre et les arriérés d’Août et juillet 2023 conformément au décret du président portant modalités pratiques de levée du gel d’avancement et harmonisation du mode d’avancement dans les institutions publiques à statut spéciaux, ont décidé de lancer un préavis de grève. Le préavis est  de 6 jours ouvrables  à compter de ce 28 septembre 2023, lit-on  dans un communiqué signé par les  représentants des trois  syndicats du personnel de l’université du Burundi. Le syndicat du personnel enseignant  SPEUB, le syndicat du personnel administratif et technique SPATUB  ainsi que le  syndicat libre des travailleurs de l’université du Burundi STUB.

Ce communiqué sanctionne  l’assemblée générale extraordinaire des personnels de l’Université du Burundi  de ce mercredi 28 septembre 2023.

A plus de 1800, ce personnel compte entamer cette grève si le ministre des finances n’applique pas le décret présidentiel en vigueur depuis le 1er de ce mois de Septembre.

 

La scolarisation des enfants de la communauté Batwa reste difficile

La scolarisation des enfants de la communauté Batwa reste difficile

Manque criant de matériel scolaire chez les élèves de la communauté Batwa. Malgré les efforts du gouvernement pour faciliter la scolarisation de ces enfants, ces derniers ne fréquentent toujours pas en grand nombre l’école. Les membres de cette communauté déplorent que leurs enfants restent victimes de  la discrimination.

 Le manque de matériel scolaire comme les cahiers, les uniformes et autres est le principal problème des enfants issus des communautés Batwa dans différentes provinces du Burundi. Selon certains membres des associations qui œuvrent pour le bien être de ladite communauté, ce problème touche  les enfants  de l’école fondamentale et du post-fondamental.

‘’D’une manière générale, tous les enfants des Batwa ont un problème de matériel scolaire. Ils manquent de cahiers, des uniformes et autres. En plus, pour ceux qui terminent la 9ème année et qui cherchent à entamer le post fondamental, les orientations sont déjà disponibles mais la plupart n’ont pas encore pu se rendre à l’école faute de matériel.’’

Même si le ministère de l’éducation avait pris des mesures pour encourager ces enfants à poursuivre leurs études (accès aux écoles à régime d’internat avec seulement 30% au test national), la mesure reste sans effet déplorent nos sources. A côté de ce manque de matériel, la discrimination pousse aussi ces enfants à abandonner l’école.

 ‘’Les élèves qui fréquentent les écoles à régime d’internat ont normalement une grande note. Ces enfants de la communauté Batwa sont méprisés par leurs camarades et certains enseignants qui trouvent qu’ils ne méritent pas de fréquenter ces écoles. Et ces enfants finissent par abandonner l’école. ‘’ Déplore la source.

Nos sources au sein des associations pour la protection de la communauté des Batwa estiment encore long  le chemin pour que les élèves issus de cette communauté puissent étudier dans de bonnes conditions et trouvent que le gouvernement devrait fournir beaucoup d'efforts.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 152 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech