Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Certains syndicats de la coalition COSSESSONA réclament un dialogue inclusif

Certains syndicats de la coalition COSSESSONA indiquent qu’il est difficile de trouver des solutions durables dans le secteur éducatif burundais sans un dialogue inclusif avec le ministère de l’éducation. Ces syndicats exigent que leurs propositions soient prises en compte.

Certains de ces  syndicats des enseignants déplorent les résultats du  dialogue entre la coalition des Syndicats des enseignants, COSSESSONA , et le ministère de l’éducation nationale. Selon ces syndicats, il n’y a pas eu de véritable dialogue. Selon nos sources parmi les syndicats, ce dialogue n’a pas été inclusif.

Cela transparaît à travers la non- prise en compte des propositions des enseignants durant ce dialogue. Une attitude qui contribue plutôt à la détérioration de la qualité de l’éducation burundaise selon ces enseignants.

Ces enseignants font savoir qu’ils n’ont  pas été consultés lors de la prise des décisions alors que ces dernières les concernent.

De plus, parmi plus de trois questions  majeures qui hantent le secteur éducatif burundais  et sur lesquelles la coalition des syndicats des enseignants, COSSESSONA,  et le ministère de l’éducation devraient discutés, seule la question de tests pour les enseignants  a attiré l’attention au cours de ce dialogue. Selon les enseignants, on dirait que ce test est le remède à tous les défis de ce secteur alors que d’autres problèmes plus sérieux hantent ce secteur en l’occurrence celui en rapport avec la politique salariale qui n’a pas été discutée suffisamment.

Ainsi, les syndicats des enseignants trouvent que leur coalition, COOSSESSONA,  était un spectateur durant ce dialogue. Ils demandent au ministère de l’éducation d’organiser un dialogue inclusif qui prendra compte des doléances des deux parties pour trouver une solution durable au secteur éducatif  burundais.

Quelques recommandations après évaluation de la réforme éducative au Burundi.

Dégonfler les classes pléthoriques, accompagner la réforme des formations scolaires sont quelques-unes des recommandations suggérées par l’équipe d’évaluation de la réforme éducative après avoir conclu qu’après 6 ans cette dernière n’a pas encore atteint les objectifs qu’elle s’était fixée lors de son lancement. Le gouvernement est appelé aussi à toujours prioriser le décaissement des fonds adoptés selon les priorités du secteur.

Pour arriver aux objectifs visés lors du lancement du système fondamental, le gouvernement est appelé à améliorer la réforme et la réorienter à certains niveaux. Il doit renforcer les points forts de la réforme, combler les insuffisances et suivre  de nouvelles orientations lui proposées par l’équipe de l’évaluation.

Les points à renforcer concernent l’accès à l’éducation, l’équité et l’achèvement du cursus  par les enfants. Ici, les experts qui ont fait l’étude recommandent entre autres que les  forts effectifs  des classes soient diminués;  la formation des enseignements et leur affectation selon  les priorités et les besoins. Ils demandent  également plus d’efforts dans la lutte  contre la déscolarisation, en particulier des garçons, ainsi que dans la  lutte contre les grossesses précoces en milieu scolaire.

Les insuffisances à combler se ramènent quant à elles à l’amélioration de  la qualité des services éducatifs. C’est-à-dire rendre disponible des manuels scolaires et des matériels didactiques, détecter  où réside jusque-là le blocage et résoudre le problème afin d’arriver à assurer la gratuité d’un manuel par élève au moins en lecture et en mathématiques aux trois premiers cycles du fondamental.

Les experts qui ont mené l’étude recommandent aussi  la reformulation des contenus et des modalités de la formation initiale pour les adapter aux nouveaux curricula et aux méthodes actives.  Renforcer la cohérence entre les matières enseignées dans les institutions académiques formatrices des enseignants et les programmes de formation du cycle 4 et organiser des recyclages des enseignants en cours d’emploi. Pour ce qui est des cours regroupés, l’équipe demande que le regroupement fait soit revu  pour permettre que les cours soient dispensés par des enseignants qualifiés.

Le groupe qui a fait l’étude recommande enfin une planification et un cadrage bien défini, des priorités et leur budgétisation. Un déblocage à temps des fonds nécessaires, le suivi de leur utilisation, le suivi et évaluation réguliers de la mise en œuvre de la réforme et   un recrutement des enseignants sur base des compétences.

 Les experts demandent aussi à réviser certaines filières au niveau du supérieur pour prendre en compte un certain nombre de filières clés du post-fondamental qui n’ont pas d’équivalent à l'université.

Les punitions corporelles traumatisent les élèves de l'Ecole Notre Dame de l'Annonciation de Musaga

Certains élèves de l’école Notre Dame de l’Annonciation de Musaga  préfèrent rester à la maison de peur de se faire tabasser par les enseignants. Les parents des élèves demandent l’intervention des autorités habilitées pour redresser la situation. 

Les parents dont les enfants fréquentent l’école Notre Dame de l’Annonciation de Musaga indiquent que les enseignants de cette école infligent des punitions corporelles exagérées à leurs enfants. Traumatisés, certains  écoliers refusent catégoriquement de retourner à l’école. "Les enfants rentrent en pleurant, avec des traces de bâtons sur leur peau." Ce n’est pas n’importe quel bâton dont l’on se sert pour les battre selon ce parent. "On utilise des bâtons en provenance de l’intérieur du pays avec un nœud au sommet. Les enfants disent qu’ils sont battus étant à genou ou en position de pompe sans aucune pitié. Vraiment, il faut  prendre une décision pour cette école. Il arrive des moments où les enfants disent qu’ils ne veulent pas retourner à l’école."

Ne pas surtout alerter la direction? 

"Si tu es un parent et que tu réalises que ton enfant a été battu, tu ne  peux pas aller te plaindre chez la directrice de peur qu’on ne lui inflige  beaucoup  plus de punitions. Mais les enseignants, eux, disent qu’ils punissent les élèves fautifs. Vraiment il faut que cette  pratique cesse."

Néanmois, certains enseignants indiquent que les grognes des parents sont fondées. L'un  d’entre eux trouve indigne les punitions que certains de leur collègues infligent aux enfants. "Vraiment, ça arrive quelques fois de punir ces enfants avec exagération. Des fois c’est à cause des frustrations. Les classes sont surpeuplées et il est difficile de gérer ces enfants." Cet enseignant ajoute que les enfants encore à bas âge sont turbulents et qu'il est donc  difficile de les maîtriser. "Certains enseignants se disent qu’en usant des bâtons pour punir ces enfants, les résultats s’amélioreraient.’’

L’école Notre Dame de l’Annonciation de Musaga est une école des congrégations des sœurs. Selon un acteur dans le secteur de l'éducation, les punitions corporelles ont été bannies. Selon lui, ces punitions peuvent aussi engendrer des conséquences néfastes à l’avenir. La rédaction de la RPA  n’a pas encore pu joindre les responsables de l'école Notre Dame de l'Annonciation située dans la zone Musaga de la commune Muha en mairie de Bujumbura. Mais, certains enseignants et parents demandent au ministère de l’éducation nationale et de la recherche scientifique de régler ce problème et de fournir des formations à ces enseignants.

Une réforme éducative sans résultats escomptés

Six ans après le lancement de la réforme éducative, l’évaluation  faite  montre que les objectifs  escomptés ne sont pas encore atteints. Le manque de budget, la formation lacunaire des enseignants et le  temps insuffisant pour élaborer les curricula sont les quelques-unes des contraintes relevées dans cette évaluation initiée par le gouvernement burundais.

Lancé depuis l’année scolaire 2013-2014, l’enseignement fondamental avait  pour mission de permettre à l’ensemble des enfants burundais d’accéder à l’éducation et à une scolarisation plus longue leur permettant de disposer des capacités adéquates pour leur future participation au développement du pays. La logique étant que ceux qui terminent  les 4 cycles du fondamental qui ne réussissent pas au concours leur autorisant à poursuivre les études dans le post- fondamental puissent initier leurs propres activités d’entreprenariat.  Depuis lors, cet enseignement de base est donc passé de 6 à 9 ans.

Sur le point d’accès à l’éducation, les enquêtés à  savoir les parents, les enfants, les enseignants, les responsables de l’éducation à différents niveaux et les partenaires du gouvernement  parlent tous de l’augmentation des chiffres des enfants qui fréquentent l’école depuis le lancement surtout avec la politique de gratuité scolaire.

Toutefois, l’évaluation revient sur certains manquements.  Certains des enquêtés estiment que le gouvernement  a privilégié la quantité à la qualité. Le gouvernement  a augmenté sensiblement les infrastructures mais ne les a pas équipées. Les enseignants n’ont pas aussi été recrutés au même rythme. 

En conséquence, le ratio national de 52 élèves par enseignant est largement dépassé dans la majorité si pas toutes les localités du pays.

Malgré ce grand nombre d’enfants qui se font inscrire,  les abandons persistent et en grand nombre. Le gouvernement  s’était fixé qu’en 2020  94% des enfants inscrits termineront au moins la 6ème année. Cet objectif est encore loin d’être atteint. Les derniers chiffres montrent que seul 53%  des enfants  terminent les 3 premiers cycles du fondamental.

La cible en ce qui est du taux de redoublement n’est pas encore aussi atteinte. Projetant que le taux de redoublement sera seulement de 10% dans le post- fondamental général et pédagogique, les chiffres montrent qu’il dépasse toujours 15%. Et pour le post fondamental technique, la cible était de 8% en 2020 mais le taux de redoublement dépasse encore 12%.

Un autre fait entravant l’atteinte des objectifs en ce qui est de la qualité de l’enseignement est en rapport avec les capacités  des enseignants  en fonction. La formation initiale des enseignants est inadéquate aux programmes de l’enseignement fondamental et post fondamental,  lit-on dans le rapport.

 A cela s’ajoute la réorganisation des matières dispensées. Certains cours ont été regroupés  et confiés à un seul enseignant à l’instar des cours de langue ; le français, le kirundi ; le swahili et l’anglais. Des enseignants qui ne disposent pas des capacités  requises pour bien mener cette mission leur assignée et qui n’ont même pas de supports pédagogiques.

Selon cette enquête faite dans les 18 provinces du pays ;  tous les enseignants des classes de la 1ère à la 6ème année n’ont pas de livres à l’exception du livre de français. Les livres  des élèves sont également quasi-inexistants dans ces 3 premiers cycles de l’école fondamentale. 3 à 5 élèves partagent un livre alors que le but était que chaque élève ait son livre. La situation change dans le  post-fondamental, les enseignants et élèves ont été dotés de livres et supports pédagogiques sauf dans la section technique, trouve-t-on dans cette évaluation.

Le problème d’insuffisance de budget est le handicap  majeur.  Depuis l’année scolaire 2014-2015 jusqu’à l’année scolaire 2018-2019, les prévisions budgétaires n’ont jamais été atteintes. C’est seulement au cours de l’année scolaire 2019-2020 que le budget initialement prévu pour l’éducation a été débloqué et même légèrement dépassée.

Cette évaluation conclut que les efforts consentis ne sont pas suffisants pour atteindre les objectifs visés par cette réforme éducative qui répond aux priorités internationales et nationales.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 182 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech