Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Certaines banques de Bujumbura n’observent pas les mesures barrières contre Covid- 19.

Les banques sont parmi les institutions du pays qui essaient de respecter les mesures barrières de prévention contre la Covid-19. Dans certaines institutions bancaires en Mairie de Bujmbura, le matériel pour le lavage de mains et celui de mesurer la température sont utilisés à bon escient.   Toutefois, l’on enregistre d’autres institutions financières au sein desquelles ce matériel y est placé comme décors dans la mesure où le personnel et les clients ne se soucient point de ses mesures de lutter contre la pandémie.

Une grande partie des demandeurs de services auprès des banques et micro- finances n’observent toujours pas  les mesures  de  lutte et  prévention de la Covid-19.  Même avec  le rappel à l’ordre du maire de la ville de Bujumbura, le constat est que bon nombre de clients de ces institutions y accèdent sans se laver les mains. Un de ces clients qui s’est entretenu avec la RPA parle de quelques banques qui respectent ces mesures. « Ici à la Banque  BANCOBU, tu vois qu’il y a  un mécanisme de lavage pour qu’une personne ne touche pas sur le robinet quand elle se lave les mains.  Personne ne peut  entrer sans se laver les mains. Partout même à la Banque  KCB, il y a des agents de sécurité qui  ont des thermoflashs   pour vérifier la température.  Ils ont aussi des  désinfectants.  Tu te laves les mains avant d’entrer », précise- t- il.

Partout,  des dispositifs  de lavage de mains  ont été installés.  Mais, les clients semblent ne pas s’y intéresser et personne ne les contraint à le faire. « Devant  les banques  comme BCB, MUTEC et  CCM, il y a des seaux.  Mais, c’est juste des symboles. Ils ne sont pas utilisés. Il y a des banques qui se respectent.  Mais, ce n’est pas satisfaisant », ajoute- t- il.

La population de la ville de Bujumbura demande aux autorités municipales de veiller au respect des mesures prises et d’effectuer une plus large sensibilisation sur la prévention contre la Covid-19. Ils déplorent que certains habitants de la ville prennent encore à la légère cette pandémie.

Les matériels pour se laver les mains placées devant les maisons commerciales de Bujumbura ne sont que trompe l’œil

Les matériels pour se laver les mains placés à l’entrée des boutiques,  restaurants, magasins et alimentations dans le but de se prévenir contre la Covid-19 sont presque des décors. Des personnes qui fréquentent ces endroits y entrent sans se soucier de se laver les mains.

Dans le cadre d’obtempérer aux injonctions du Maire de la ville de Bujumbura relatives à la prévention contre la pandémie Covid-19, les propriétaires de boutiques, restaurants, magasins et alimentations ont mis des seaux pour se laver les mains à l’entrée de leurs maisons commerciales. Mais, ce matériel n’est pas du tout utilisé pour sa finalité. L’un des habitants de la capitale économique en zone MUKAZA qui s’est entretenu avec notre rédaction a indiqué que des seaux placés à l’entrée ne sont que des décors. Ces seaux sont non seulement soit vides mais aussi les clients ne se soucient point de la pratique de se laver les mains. « Dans certains endroits, on y trouve des seaux d’eau devant les boutiques mais dans d’autres endroits il n’y en a pas ou encore ces seaux ne contiennent pas d’eau.  Au centre-ville, à Jabe tout comme à Bwiza, certaines boutiques en disposent mais les gens ne les utilisent pas pour se laver les mains », précise notre source.

Pourtant, le maire de la ville, Jimmy HATUNGIMANA, a récemment mis en garde tout contrevenant qu’il sera sévèrement puni avec une lourde amende. « La police va nous aider à  appréhender toute personne qui n’aura pas placé des seaux d’eau pour le lavage des mains devant sa boutique.  La police lui imposera une amende exorbitante », a martelé Jimmy Hatungimana.

Certains des habitants de la ville Bujumbura demandent aux autorités municipales surtout celles du secteur de la santé et de la police de sévir surtout que la pandémie à COVID-19 se propage à une allure inquiétante dans cette ville. 

Campagne de dépistage de la tuberculose au camp de Nduta

Une campagne de dépistage de la tuberculose est en cours pour les réfugiés burundais du camp de Nduta en Tanzanie. Cette campagne s’opère au moment où dans le camp de Nduta il s’observe un problème de malnutrition qui est souvent la cause de cette maladie.

Cette campagne de dépistage de la tuberculose dans le camp de réfugiés burundais de Nduta a débuté ce mercredi 11 Août 2021. Selon les réfugiés, des personnes parcourent le dit camp en annonçant les symptômes de cette maladie pour que ceux qui en ont se fassent dépister. « L’activité de dépistage de la tuberculose a commencé ce mercredi et continue. En traversant le camp, ils annonçaient que toute personne qui se voit perdre du poids ou dont la température monte beaucoup pendant la nuit devrait aller se faire dépister », précise un réfugié.

Selon toujours notre source, ce dépistage serait organisé parce que dans ce camp il s’observerait le problème de malnutrition. « Je dirai qu’ils ont procédé au dépistage de cette maladie parce qu’ils auraient constaté que beaucoup de réfugiés ont des symptômes et que la malnutrition est en quelque sorte la cause de cette maladie. En plus de cela, ce n’est un secret pour personne qu’ici dans le camp nous sommes mal nourris », ajoute ce réfugié.

Cette campagne de dépistage de la tuberculose dans le camp de Nduta a débuté juste après 3 jours de la campagne de vaccination contre la COVID-19 des employés tanzaniens des organisations œuvrant dans ce camp. Le tour de vaccination des réfugiés contre la Covid-19 n’a pas encore été communiqué.

Le Covid- 19 fait rage au sein des policiers chargés de la protection des institutions.

La pandémie à covid-19 sévit au sein de la police chargée de la protection des institutions au Burundi.   La majorité de policiers de ce corps se trouve dans un état critique et la situation devient de plus en plus compliquée.

La pandémie à covid-19 se propage de façon inquiétante dans différents secteurs du pays. Actuellement, la pandémie s’en est prise à l’institution de police chargée de la protection des institutions. Quarante policiers se trouvent dans un état critique. Les médecins traitants indiquent qu’il y a une autre catégorie de malades dont l’effectif n’est pas connu qui est en  train de prendre les médicaments à domicile. Témoigne de l’un de ces médecins. « La campagne de lutte contre la Covid-19  ne progresse pas vraiment. Actuellement,  la situation devient de plus en plus compliquée. Au centre de traitement ici en mairie de Bujumbura, nous avons plus de trente policiers testés positifs. A Vuguzo,  parmi ceux du département USI  il y a  plus de  quarante policiers et tous souffrent très gravement. En plus,  il y a un nombre non connu jusqu’à présent de ceux qui sont renvoyés à la maison pour prendre des médicaments étant confinés. La situation est vraiment inquiétante ».  

Le centre qui accueille ces policiers sous traitement situé dans les enceintes de l’ancien Lycée Vugizo est saturé à cause du surnombre des cas positifs. La situation est pareille à la Clinique Prince Louis Rwagasore. «  Le centre nationalde traitement de la Covid- 19 se trouvant à la Clinique  Prince Louis Rwagasore est saturé.  Aucune place n’est disponible. Il y en a même ceux qui sont dans un état critique et  qui sont assistés par des machines à oxygène. A centre de Vugizo, seuls les policiers sont autorisés à y être transférés», précise notre source. 

Entretemps,  le rapport du ministère de la santé de ce mercredi mentionne que deux cents trente- trois personnes ont été testées positives à la covid-19 selon les tests effectués le dix Août 202. Le même rapport ajoute que parmi tous les districts sanitaires dans lesquelles a été effectué le dépistage, le district sanitaire de Kirundo bat le record avec 47 cas positifs sur 670 personnes testées dans 24heures seulement. Soit un taux supérieur à 5 pour cent. Néanmoins, les  techniciens qui font le dépistage sur terrain rejettent carrément ces chiffres du dit rapport précisant que les cas positifs détectés dans ces districts dépassent   largement les chiffres publiés par le ministère. Selon toujours ces techniciens, ce 10 Août on a détecté à l’hôpital Kirundo soixante- dix -sept cas positifs sur deux cent soixante personnes testées. Quant au stade de Nyange- Bushaza, quarante -cinq personnes ont été testées positives sur un effectif de deux cent neuf personnes testés le même jour.                 Ce qui rentre en contradiction avec le rapport du ministère de la santé publique.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 277 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech