Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Risque de propagation de Covid- 19 à Karusi après 3cas positifs dans un bistrot.

Inquiétudes au sein de la population du chef-lieu de la province de Karusi après le  test positif à la Covid-19 de 3 employés du Bar Kigoma. Les clients fréquentant ce bistrot indiquent que ces employés ont continué à vaquer à leurs activités et craignent qu’ils ne contaminent beaucoup d’autres personnes.

Le Bar Kigoma dont le personnel a été testé  positif à la Covid-19  appartient à un certain Mbagaye et se trouve au chef-lieu de la province Karusi tout près de l’Hôpital Natwe Turashoboye. Les clients de ce bar  s’inquiètent car après avoir contracté le coronavirus  tous les 3 employés de ce bistrot  n’ont pas cessé de leur donner des services. L’un d’entre eux témoigne. « Après avoir constaté cela,  nous avons été très inquiets car il s’observe beaucoup de nouveaux cas de Covid-19 ici.  Des malades du coronavirus servent dans ce bistrot .Cela démontre une négligence notoire de la part des autorités concernées ». 

Les habitants du chef-lieu de la province Karusi demandent aux propriétaires des bistrots de faire le plus souvent possible le dépistage de leur personnel.  « Les tenanciers de bars  feraient mieux de faire dépister leurs  personnels afin que même les clients se sentent tranquilles. Car, cette situation est vraiment très inquiétante pour les gens qui fréquentent ces bars », a indiqué un client.

Le ministre de la Santé,  Dr Thaddée Ndikumana,  avait aussi  récemment exhorté les autorités administratives à tous les niveaux de veiller à ce que les malades du Covid-19 ne propagent pas ce virus. « Les personnes testées positives sont tenues de respecter les mesures de confinement en restant à leur domicile, prendre convenablement des médicaments et faire le test de contrôle  afin de voir s'ils sont vraiment guéris. Les autorités collinaires et des quartiers sont appelés à faire respecter ces mesures afin d'empêcher les personnes malades à disséminer la pandémie », avait- il – déclaré.

La population du chef-lieu de la province Karusi demande aux autorités locales de suivre de près la situation de ces 3 employés du Bar Kigoma avant qu’ils ne contaminent d’autres personnes.

Jusque ce lundi jour de la rentrée scolaire, le dépistage des élèves de l’internat continuait.

L’activité de dépistage de la covid-19 pour les élèves internes ne s’est pas bien déroulée comme prévu en mairie de Bujumbura. Alors que le ministère de la santé publique avait ordonné que chaque élève se présente après avoir fait le test, bon nombres d’élèves qui fréquentent les écoles à régime d’internat attendaient toujours jusqu’à ce lundi que leur tour arrive. Ce qui fait qu’ils n’ont pas pu se présenter à temps à l’école.

Depuis vendredi de la semaine dernière, il s’observait dans différents centre de dépistage de la mairie de Bujumbura de longue files d’attente des élèves de l’internat qui voulaient se faire dépister surtout que la rentrée scolaire était fixé à ce lundi. Cette activité ne s’est pas bien déroulée. Jusque ce lundi, beaucoup d’élèves n’avaient pas encore été testés à cause de leur surnombre. Certains d’entre eux indiquent que le ministère de la santé ne leur pas donné du temps suffisant. « Hier,  le dépistage était toujours en cours car  ils étaient très nombreux. En plus,  on a donné peu de jours. Partout où on fait le dépistage, il y avait de  longues files d’attente. Que ce soit au Bon Accueil et ailleurs, il y avait partout beaucoup d’élèves jusqu’au soir. Moi-même avec un élève qui devrait se rendre à Bubanza. nous nous sommes  présentés  ce dimanche à 11 heures mais on nous a dépisté à 17 heures. On y a laissé même d’autres qui étaient en attente », a déclaré un élève.

Les conséquences suite de ce surnombre d’élèves qui voulaient se faire dépister n’ont pas tardé à se faire manifester. Certains élèves des écoles à régime d’internat ont du s’absenter à l’école. Les parents disent que le gouvernement devrait prendre ce genre de décision bien avant le temps. « L’autre constant est que le dépistage des élèves n’a pas été terminé et par conséquent beaucoup n’ont pas pu se présenter à l’école. Je suis  passé même au Bon Accueil.  On est en train de dépister les élèves et les enseignants seulement. Nous demandons au gouvernement de prendre ce genre de  mesures avant et pas à la dernière minute », conseille un parent. 

A chaque élève de l’internat dépisté a été octroyé un certificat prouvant qu’il a été testé la Covid-19.  C’est le dit certificat qu’il montre avant d’entrer dans les enceintes de son école.

Les réfugiés burundais de la province de Kigoma seront bientôt vaccinés.

Les  doses de vaccin  contre la COVID- 19  destinées  aux réfugiés vivant en province de Kigoma en  Tanzanie  sont déjà apprêtées par le ministre de la santé de  ce pays.  Les  réfugiés saluent cette initiative du gouvernement tanzanien  mais demandent que ces vaccins soient administrés à  volonté.

Les vaccins contre la COVID- 19 qui seront administrés aux réfugiés vivant dans la province de Kigoma sont estimés à  vingt-trois  milles doses. L’un des réfugiés  burundais du  camp de Nyarugusu,  l’un des camps situés à Kigoma fait savoir qu’il  compte se faire vacciner car il a déjà  appris que le virus a déjà emporté plusieurs vies humaines. « J’ai entendu que c’est une maladie qui tue très vite. Moi et ma famille, nous  irons nous  faire vacciner dès que les vaccins arriveront dans les camps. J’aimerais aussi dire aux autres réfugiés comme on dit que  cela   concerne les  réfugiés de  la province de Kigoma d’aller se faire vacciner.  Car, vaut mieux prévenir  que  guérir. Ils doivent comprendre que se faire vacciner est pour le bien de tout un chacun ».  

 Toutefois, ces réfugiés demandent que la vaccination contre le coronavirus  soit volontaire  comme la présidente Samia Suluhu l’a précisé. « La présidente lorsqu’ elle  s’est faite  vaccinée     nous l’avions vu dans des télévisions, elle a  annoncé dans des radios  et on l’a écrit même dans  des journaux  que ce  sera volontaire. Et nous  refugiés,  nous demandons que ça soit respecté. Nous demandons au HCR  et aux autres autorités  de ne pas amener  plus tard d’autres exigences  comme par exemple dire que  tout refugié  devra montrer sa  carte de vaccination pour bénéficier de tel ou tel autre service », a insisté un réfugié.    

La Tanzanie a commencé la campagne de vaccination contre la  COVID 19 depuis près d’un mois. Mais aucun rendez-vous pour le début de la vaccination dans les camps n’a encore été communiqué.

Le dépistage de Covid-19 toujours lacunaire sur les frontières terrestres du Burundi.

Les voyageurs qui utilisent les frontières burundaises indiquent que les tests auxquels  ils sont soumis ne constituent qu’une mascarade pour dissuader l’opinion.  Par ailleurs, ils craignent que cela ne soit l’une des causes de la propagation continue de la pandémie au Burundi.

Les voyageurs passant par les frontières du pays indiquent que les agents de santé chargés de faire le dépistage de la covid-19 ne le font pas convenablement. Selon ces voyageurs, ils passent la plupart du temps à ces frontières sans même être dépistés. Et quand il arrive que  ces tests soient faits, ils prennent la température seulement et ordonne au voyageur de continuer L’un de ces voyageurs qui est passé par la frontière burundo-tanzanienne témoigne. « Ce n’est pas facile. Moi,  j’ai récemment voyagé vers la Tanzanie. J’ai vu que les agents de santé ne le fait pas comme ça devrait l’être. D’abord quand tu quittes le pays côté burundais, on ne te fait pas un test. Tu es dépisté quand tu arrives sur le côté de la Tanzanie. Là aussi,  on ne te fait pas de vrai test. Mais, on enregistre ton nom puis on vérifie juste la température et on te demande tes documents. Quelques minutes après, on te remet tes documents et tu es autorisé de partir après avoir payé la somme de vingt mille francs burundais ».  

Selon ces voyageurs, le constant est que la grande partie des cas positifs pour ces voyageurs est causée souvent  par des cas positifs qui se trouvent parmi eux durant leur voyage. Le pire, beaucoup de ces voyageurs terrestres prennent un déplacement comme les autres sans toutefois être au courant de leur état de santé. « Imaginez si vous êtes avec quelqu’un qui est positif à la covid-19 dans un véhicule, vous comprenez bien qu’il va vous contaminer. C’est triste donc de voir une personne qui monte dans un véhicule pour voyager avec les autres sans subir un test de la Covid-19. Pour bien protéger la population contre cette pandémie, il faut que chaque voyageur soit dépisté. Surtout pour ceux qui font de longs voyages », conseille un voyageur.

Par ailleurs, même les mesures barrières de la lutte contre la covid-19 ne sont pas respectées à ces frontières. Nos sources révèlent que le manque de dépistage à ces frontières est l’une des causes qui favorisent la propagation de cette pandémie au Burundi.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 132 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech