Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Les agents des Ongs du camp de Nduta ont été vaccinés contre Covid- 19

Les réfugies employés dans différentes ONG qui prestent au sein du camp de Nduta situé en Tanzanie ont bénéficié ce vendredi de la première dose du vaccin contre la Covid-19. Mais, bon nombre d’entre eux se plaignent car ils n’ont pas eu cette chance du fait qu’ils n’ont pas été mis au courant de cette activité.

Cette campagne de vaccination contre la Covid-19 a débuté vers 9 heures et concernait uniquement les réfugiés qui prestent dans le secteur de la santé. Ces activités se sont déroulées dans les enceintes de l’ONG Médecin Sans Frontières.

Selon nos sources à Nduta,  une séance d’information a d’abord eu lieu avant de vacciner ces réfugiés afin de leur expliquer le pourquoi de cet acte mais aussi pour leur parler des 5 vaccins déjà homologués par l’OMS. Par après, ils ont été informés qu’ils allaient recevoir le vaccin SINOPHARM. Un des réfugiés vacciné aujourd’hui nous parle du déroulement de ces activités. « Le premier stand était situé dans les enceintes de la Croix Rouge.  A l’air Force II, ils ne vaccinaient que les membres du staff uniquement. Mais à l’MSF, ils vaccinaient toute personne qui s’y présentait. Nous ne savons pas s’ils ont un nombre fixe de personnes à vacciner. Ce qu’on nous a dit, c’est que cette activité se déroulera dans l’avant-midi seulement ».

Quelques irrégularités ont émaillées cette activité. C’est notamment la non-communication reprochée aux organisateurs. En effet, certains réfugiés qui font partie du groupe des agents sanitaires surtout ceux qui étaient en congé se plaignent de n’avoir pas été mis au courant de ce rendez-vous de vaccination et ne savent pas s’ils vont être régularisés ou pas.

Ce premier groupe recevra le deuxième vaccin après 4 semaines.

Moins de 1% de Burundais sont déjà vaccinés contre Covid- 19.

Plus de 1000 personnes se sont déjà fait vaccinées contre la covid -19 au Burundi depuis le lancement de cette activité jusqu’au 9 courant. Selon le rapport du ministère de la santé, aucune personne parmi celles déjà vaccinées n’a observé  un effet secondaire.

Le rapport  de situation sur la réponse à la pandémie au corona virus au Burundi rédigé le 09 Novembre 2021 est le 1er à avoir la rubrique vaccination. Selon ce rapport, seulement 1035 personnes se sont fait vaccinées depuis  le début de la vaccination  le 18 octobre. 345 parmi eux sont des femmes et les 681 restants sont des hommes. Selon toujours ce rapport, 144 personnes ont déjà bénéficié  de la 2edose.Ceux en dessous de 45 ans qui se sont faits vaccinés sont au nombre de 611 alors que ceux au-delà de 45ans sont au nombre de 424. Le rapport précise bien qu’aucune parmi les personnes vaccinée  n’a eu d’effet secondaire.

Le 14 octobre cette année, le Burundi a réceptionné ses premiers  doses de vaccins .Il s’agit de 500.000 doses offert par la Chine. Dans un article  publié  le même jour, le Burundi  devrait  recevoir   encore 151000 autres doses de l’initiative AVAT le  25 octobre dernier. Suivront avant la fin de l’année, d’importantes doses de vaccins de l’initiative COVAX, a  déclaré l’OMS.

Pour cette organisation  onusienne,  c’est autant de perspectives qui, si elles aboutissent, permettraient  au Burundi de se mettre au même diapason que les autres pays d’Afrique et du monde dans la lutte contre la Covid-19 et ses variantes. L’OMS s’est donné comme objectif qu’en  mi-2022 au moins 70%  de la population  dans chacun des pays africains  soient vaccinés .Le Burundi en est aujourd’hui à moins de 1%  de sa population vaccinée. Tellement la population est moins sensibilisée à cet effet que le pays   risque de  manquer à cet objectif.

Le Choléra se répand comme une trainée de poudre au camp de Nakivale.

Le nombre de réfugiés  touchés par le Choléra augmente de plus en plus au camp de  Nakivale en Ouganda. Jusque ce jeudi, l’on enregistre 180 malades de Choléra.

Depuis qu’il s’observe l’épidémie de Choléra au camp de Nakivale il y a 6 jours, certains administratifs locaux indiquent que cette maladie se propage à grande échelle dans ce camp. Mais, il y’a ceux qui sont déjà guéri. Jusque ce vendredi, 180 personnes étaient touchées. Les hommes et les femmes sont hospitalisés différemment. «  Pour le moment, certains sont guéris et ont regagné leurs domiciles. Par jour, entre 7 et 10 personnes attrapent le Choléra. Les infirmiers font un effort pour soigner les malades. Les hommes sont dans leurs chambres et les femmes dans les leurs», précise une source à Nakivale.

Depuis ce jeudi,  les agents communautaires et les administratifs ont ordonné  de ne plus utiliser l‘eau du lac Nakivale. A cet effet, l’on  a augmenté la quantité de l’eau distribuée dans les familles par jours. Et ce vendredi on a distribué les savons et les bidons pour combattre cette épidémie de Choléra. Les réfugiés indiquent que cette maladie est due au manque d’eau potable, le manque d’hygiène, les toilettes publiques qui sont débordées et la carence de savons.

Une épidémie de choléra sévit au camp de réfugiés de Nakivale.

Depuis 5 jours, une épidémie de choléra s’est déclarée au camp de réfugiés de Nakivale en Ouganda. Jusque ce mercredi,  on dénombre 120 cas de choléra.

Les villages des Nyarugugu A, B et C sont ceux déjà touchés par l’épidémie de Choléra au camp de réfugiés de Nakivale en Ouganda depuis les 5 derniers jours. Jusque ce mercredi,  120 cas de choléra avaient été recensés.

Nos sources au camp de  Nakivale indiquent que cette maladie est causée par le manque d’eau potable, le manque d’hygiène, les toilettes publiques débordées et le manque de savons. Les agents de santé communautaire  en collaboration avec les autorités locales ont donné l’ordre de ne pas utilisent l’eau du lac Nakivale. « Le problème, c’est l’eau du Lac Nakivale. L’eau de ce lac n’est pas propre. On n’a donné l’ordre de ne plus utiliser cette eau pour laver. Hier, On a enregistré tous les réfugiés pour qu’aujourd’hui on distribue du matériel comme les bidons et les savons pour l’hygiène », a déclaré un réfugié.

Pour le moment, la distribution en eau aux familles a été augmentée au camp de réfugiés de Nakivale pour préserver plus d’hygiène. « On a augmenté la distribution en eau. Celui qui puisait un ou deux bidons par jour reçoit pour le moment cinq bidons par jour dans cette localité où le choléra sévit pour améliorer l’hygiène dans les toilettes et les maisons », a ajouté notre source.  

Le camp de Refugies de Nakivale en Ouganda abrite plus de 41 milles réfugiés burundais.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 136 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech