Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Rainbow n’indemnise certains ni ne répare ses dégâts

Grognes des habitants de la commune Mutambu en province Bujumbura. La société Rainbow Mining Burundi n’indemnise pas les propriétaires des terres explorées qui affirment, par ailleurs, que certains sols explorés deviennent par après infertiles.

Dans l’exécution de ses activités d’exploration, la société Rainbow Mining Burundi le fait aussi dans les champs de la population. Selon les informations en provenance de la commune Mutambu, quand cette société détruit les plantations de la population,  elle paye une indemnisation qui couvre seulement ces plantations. S’il y a pas de plantations, aucune indemnité n’est versée. « Des fois, les employés de cette société pratique l’exploration dans certains champs en creusant ou en retournant la terre. S’ils n’y trouvent rien, ils remettent en place la terre et partent. Dans ce cas aucune indemnité n’est versée alors que après avoir retourné la terre des cailloux restent sur la surface et plus rien ne peut y pousser », se plaint un habitant de la place.

De surcroît, ces habitants de Mutambu indiquent que les vibrations des machines utilisées par cette société causent des fissures de leurs maisons. « Même dans les cas où l’indemnité a été versé, la machine creuse jusqu’à l’endroit délimité. Par exemple sur la Colline Zinga, certains habitants ont des maisons qui, lorsqu’on creuse près de leurs maisons, présentent des fissures. Et si ces habitants réclament auprès des autorités, elles leurs intimident en les accusant d’appel au soulèvement populaire  alors que leurs maisons sont en destruction progressive », renchérit un autre habitant.

La société Rainbow Burundi a eu le permis d’exploration et d’exploitation des terres rares en province Bujumbura au mois de Mars 2015, sur une superficie de 39 kilomètres carrés.

La délocalisation de Buceco reste un leurre.

Les  propos de la porte-parole du ministère du commerce du transport et du tourisme à propos de la délocalisation de l’usine BUCECO contraste avec la réalité. Ce ministère déclare être en quête  d’un autre terrain pour la délocalisation de  cette usine au moment où  l’usine procède à l’extension de ses locaux.

Dans une conférence animée vendredi dernier par les porte-paroles des différentes institutions à l’endroit des journalistes et de la population, Gloriose NTIBARUTAYE, porte-parole du ministère du commerce, du transport et du tourisme a affirmé que l’usine BUSECO va être délocalisée. «Le plan de délocaliser l’usine BUCECO est en cours. On est en train de préparer le  terrain qui abritera  cette usine de BUCECO ».

Pourtant, la population de la province Cibitoke indique des constructions d’extension de cette entreprise sont en cours. Ce qui prouve que cette promesse de délocalisation ne sera pas tenue.

Par ailleurs, la porte-parole, Gloriose NTIBARUTAYE avait mentionné le projet du gouvernement visant l’extension de ladite usine. « En ce qui concerne l’usine BUCECO, vous savez que les travaux de constructions sont de plus en plus nombreux durant  cette période d’été. Mais, sachez que le gouvernement a un projet d’extension de cette usine BUCECO. Nous voulons que  la production  augmente  pour satisfaire le marché intérieur ».

Paradoxalement, le président de la République avait promis le 22 Septembre 2020 que l’usine BUCECO sera délocalisée pour le bien de la population.

Terres rares de Gakara non bénéfiques pour la population locale.

Les habitants de la commune Mutambu en province Bujumbura indiquent qu’ils ne tirent aucun avantage dans les travaux de d’exploitation des terres rares par l’entreprise Rainbow Mining Burundi SM. Par ailleurs, ils craignent un détournement de fonds que cette entreprise accorde à la commune pour les travaux de développement

La société Rainbow Mining Burundi procède à l’exploitation et à l’exploration minière dans le cadre du projet Gakara qui couvre une superficie totale  de 135 km carrée de la province Bujumbura.Rainbow a obtenu un permis d’exploitation minière en 2015 valable pour 25ans. Ce permis minier porte sur une superficie de 39 km carrée.

Les informations que nous détenons des habitants de la commune Mutambu où cette société  opère indiquent que cette société n’a rien d’avantageux pour eux.

Ces habitants indexent la non- transparence dans l’indemnisation, la faible rémunération de ses employés de terrain et la non- réhabilitation de la route qui mène à son site.

Même l’espoir du projet d’extension d’électrification de la localité par cette société reste vain. Cet habitant témoigne : « L’électricité que nous avions avant l’arrivée de cette société n’a pas changé et est restée la même sur le site de la société. Ils utilisent le groupe électrogène qui éclaire le site seulement. Ils n’ont pas emmené de l’électricité pour que les habitants de la localité en profitent ».

Les habitants de Mutambu déplorent que même les frais de développement communal que cette société doit verser dans les caisses de la commune n’arrivent pas à  destination. « Des informations qui nous parviennent indiquent qu’ils y auraient une somme de 15 milles dollars que Rainbow donne à la commune pour les travaux de développement.  Mais, cette somme disparaît dans les poches de l’administrateur et ses alliés au lieu d’aider dans le développement de la commune », a révélé un habitant

En plus des destructions des champs et maisons des habitants de la localité, la liste des reproches à l’endroit de cette société n’est pas exhaustive. Nous y reviendront dans nos éditions ultérieures 

Le directeur des ressources humaines à Sosumo dans le collimateur des employés

Les employés de la société sucrière du Mosso (SOSUMO) en province  Rutana, accusent leur directeur des ressources humaines d’incompétence. Ce dernier ne  défendrait pas les droits de ses employés et négligerait la réparation des machines en panne.

Les employés de la société sucrière du Mosso (SOSUMO) en province  Rutana, accusent leur directeur des ressources humaines, Madame Marie Rose KARENZO, de manquements à ses obligations. Selon notre source au sein de cette société, cette autorité semble ne pas se préoccuper du sort de ladite société. « Son prédécesseur, Madame Florence, était une grande bosseuse. Elle était toujours au parfum de tout ce qui se passait à l’usine. En plus de suivre l’évolution des affaires, elle se préoccupait du bien-être de ses employés. Lorsqu’il s’agissait d’une panne technique, elle accourait et supervisait, elle-même, les techniciens lors des réparations. Mais, la nouvelle directrice des ressources humaines ne connait même pas l’intérieur de l’usine car elle n’y a jamais mis les pieds. On peut dire qu’elle est complètement absente dans la vie de la boîte. C’est vraiment dommage surtout que les pannes sont répétitives à cause de la vétusté du matériel car comme vous le savez, cette usine ne date pas d’hier ».

A propos de ces accusations, la rédaction de la RPA n’a pas encore pu joindre Madame Marie Rose KARENZO, la directrice des ressources humaines de la société SOSUMO, pour de plus amples éclaircissements.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 379 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech