Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Les déplacés du site de Ruyange appellent au secours

L’inquiétude est grande chez  les déplacés du site de Ruyange en zone Muzinda de la commune Rugazi en province Bubanza à J-1 de la destruction de leurs maisons. Selon le conseil communal de Rugazi, personne ne passera la nuit dans ce site à partir de ce mardi.

Ce mardi, c’est le rendez-vous malheureux de mettre dans la rue des  déplacés du site de Ruyange en commune Rugazi, et de détruire de leurs maisons qui jusqu’aujourd’hui, sont marqués par des croix rouges. Selon les informations en provenance de ce site, la décision de chasser ces déplacés qui n’ont nulle part où aller  a été prise par le conseil communal Rugazi  mais n’a pas été communiquée ni au bureau du gouverneur ni à celui du ministère de l’intérieur.

La mission d’exécution de cette décision a été confiée à Innocent KARAMBARA, le conseiller de l’administrateur en charge des questions économiques.

Ce dimanche, un envoyé de la commission nationale indépendante des droits de l’homme, CNIDH, est venu dans ce site pour constater et recueillir les doléances de ces déplacés et a promis qu’il va les faire parvenir à ceux qui l’ont envoyé.

Toutefois, ces déplacés sont inquiets et continuent à demander à qui peut les entendre de leurs venir au secours pour empêcher que leurs maisons  soient détruites 

Contacté  à propos de la mission lui confiée par le conseil communal, Innocent KARAMBARA, conseiller économique de l’administrateur de Rugazi, n’a pas réagi à nos questions. Quant à Cléophas NIZIGIYIMANA, gouverneur de la province Bubanza, il nous a répondu qu’il est courant de la situation mais qu’il attendait le rapport de l’administrateur à qui il a chargé de suivre cette question.

La population de Musaga dénonce la spéculation dans la distribution du sucre.

Les administratifs de la zone Musaga sont accusés de majorer de 10 mille francs sur le prix de vente de 50 kilogrammes du sucre distribué aux vendeurs. Pour  réaliser un bénéfice, ces vendeurs, à leur tour, truquent les balances, dénonce la population qui en est victime.

Les chefs des quartiers donnent un sac de 50 kilogrammes de sucre à chaque commerçant pour que la distribution soit équitable au sein de la population. Les habitants de Musaga révèlent cependant que le prix officiel de la SOSUMO de 115 mille francs n’est pas respecté par certains administratifs qui vendent les 50 kilogrammes à 125 mille francs. Ces administratifs obligent ensuite les commerçants à respecter le prix par kilogramme selon cette source. « En principe, 50 kilogrammes de sucre sont distribués à 115 mille francs mais les chefs des quartiers ajoutent sur le prix de vente 10 mille francs qu’ils empochent. Cela fait que les commerçants achètent donc le sucre à 125 mille francs. Ces mêmes chefs des quartiers obligent les commerçants à vendre le Kilogramme à 2500 francs. Et sur 50 Kilos, les commerçants n’enregistrent aucun bénéfice car ils vendent à 125 mille francs.’'

Au lieu d’enregistrer des pertes et par peur des sanctions, les commerçants optent pour le trucage des balances. Une quantité de sucre est ainsi diminuée sur chaque soit- disant kilogramme acheté par la population selon cet habitant de Musaga. « Par exemple, sur 3 kilos les commerçants peuvent retirer un quart d’1 kilo. Autre chose, même si les chefs de quartiers donnent le sac à 115 mille francs, chaque commerçant sait déjà qu’il va donner les 10 mille francs supplémentaires au chef de quartier. C’est donc la population qui enregistre des pertes car les commerçants diminuent la quantité ».

Les habitants demandent à l’administration de la zone Musaga de suivre de près ces vols organisés par les chefs des quartiers.

A ce propos, la rédaction de la RPA a essayé de joindre Magnus Niyokindi, le chef de zone Musaga, mais son téléphone portable était éteint.

L’obtention du passeport est un casse- tête au Burundi.

Depuis environ un mois, il y a perturbation au sein du service chargé de l’octroi des passeports à la police de l’air, des frontières et des étrangers, PAFE. Certains demandeurs de  ce document de voyage sont renvoyés avant même le  début du processus de demande tandis que d’autres sont obligés de verser des pots-de-vin pour être servis.

Le processus  de demande de passeport  a  la police de l’air, des frontières et des étrangers, PAFE est devenu un casse-tête depuis un peu près de trois semaines. Ce doucement n’est pas aujourd’hui accorde à n’importe qui .Certains demandeurs de ce document sont renvoyés dès qu’ils prononcent le  mot  passeport comme le témoigne   une des  victimes. « Si tu annonces que tu cherches un passeport, on te revoie. Si ce n’est pas le cas,  on te demande de  présenter une invitation ou alors un ordre de mission. Mais,  ça nous perturbe nous autres qui devons voyager pour des  affaires privés ».

Toutefois, une personne en quête du passeport  peut  avoir accès au formulaire de demande de passeport. Il suffit d’être généreux envers certains policiers. Mais, il faut payer au moins 100 milles francs burundais, ajoute notre source. « Mais,  il y a une autre voie. Il suffit que tu glisses une enveloppe  de 100 mille francs. Là  alors,  des policiers te  donnent un formulaire  et se proposent même de  te  guider  dans tous le  processus ».

Même avec un tel appui, le passeport peut tarder à sortir. Il y en a   qui ont déposé  depuis maintenant plus de 2 semaines mais qui attendent toujours la délivrance de leur document. En principe,  tout document  demandé à la PAFE ne devrait pas attendre plus de 3 jours pour être délivré selon un témoin. « Comme c’est affiché  à l’intérieur, tout document   délivré  par la PAFE devrait sortir trois  jours après  avoir déposé la demande. Ces sont les affiches  qui le prouvent. Ce ne sont pas de tracs, elles sont  signées  par les responsables de la PAFE. Ce qui est étonnant,  on ne le respecte pas ».

La rédaction de la RPA n’a pas encore pu joindre les responsables de la PAFE. Mais, une source policière confirme que depuis maintenant plus de 3 semaines  le service  d’octroi de passeport connait un disfonctionnement. Toutefois, d’autres documents tels les laisser passer et les documents de voyager CEPGL sont normalement délivres à temps selon la même source.

Pas de crédit sans corruption à la Bancobu.

Certains clients de la BANCOBU dénoncent le phénomène de corruption qui gangrène le service de crédit de cette banque. Ces clients affirment qu’il est difficile aujourd’hui d’avoir un crédit sans donner un pot-de-vin aux agents de ce service même si l'on est éligible.

Certains clients de la BANCOBU en mairie de Bujumbura indiquent qu’ils totalisent plus d’une année d’attente de crédits bancaires. Ils accusent certains agents du service en charge de crédits d’être à l’ origine de ce blocage car ces derniers exigent aux clients des pots-de-vin. C’est-à-dire une somme d’argent comprise entre un million et 5 million de francs burundais pour un crédit allant de 10 à 30 millions de francs burundais. « Lorsqu’on pose la question de savoir ce qui manque pour avoir un crédit, certains agents de ce service te disent ouvertement qu’on doit leur donner de l’argent. Certains demandent un million, d’autres 2 millions et vont jusqu’à exiger 5 millions. Ils ignorent qu’on doit rembourser ces crédits avec des intérêts », révèle un client.  

Pour ces clients de la BANCOBU, il est temps que les responsables de cette banque prennent des mesures contraignantes à l’endroit de ces agents qui les rançonnent.  « Moi, je fais partie d’un grand nombre de clients de la BANCOBU qui se lamentent. Nous sommes fatigués du comportement de ces agents qui nous empêchent d’avancer et de bénéficier de nos avantages. Nous demandons aux responsables de la BANCOBU de suivre de près cette question et de sanctionner les responsables de ce blocage », exige un client.   

A ce propos, la rédaction de la RPA a essayé de joindre Trinitas Girukwishaka, Administrateur Directeur Général de la BANCOBU, sans y parvenir. 

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 161 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech