Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Les employés doivent rembourser sur leurs salaires le déficit de AACB de plus d’1 milliards enregistré depuis 2014

L’Aviation Civile du Burundi a enregistré un déficit de plus d’un milliard de francs burundais en l’espace de 6 ans. Pour combler ce vide, la direction de ladite entreprise a pris la décision de prélever un certain montant sur les salaires de ses employés. Une décision que le personnel qualifie d’arbitraire et injuste.

En date du 20 Août cette année, le directeur de l’AACB, Emmanuel Habimana a organisé une réunion avec pour objectif d’annoncer à son personnel la décision d’annuler et de faire rembourser les employés les frais de prime et de gratification qui ont été versés sur leurs  salaires dans une période comprise entre l’année 2014 et  celles de 2015.

Emmanuel Habimana a également expliqué aux employés que cette décision a été ordonnée par  l’inspection générale de l’état dans le but de combler un déficit de plus de 1.103.000.000 qui a été enregistré dans les caisses de l’AACB  depuis qu’Emmanuel Habimana est à la tête de cette entreprise depuis 2015. Un des participants à la réunion témoigne. « Cette réunion avait un seul point à l’ordre du jour. Annoncer  au personnel la correspondance de l’inspection générale de l’état qui demande  au  directeur général  de faire payer aux employés tous les frais de prime et gratification qu’ils ont bénéficiés entre  2014 et 2015. La même correspondance s’adresse au DG Emmanuel Habimana pour lui signifier qu’il a causé un déficit de plus d’ 1.103.000.000 dans les caisses de l’AACB. La correspondance mentionne  que ce déficit aurait été créé par  des primes et gratifications qu’on a octroyées aux travailleurs entre  2014 et 2015. On lui a impérativement obligé de retirer ces sommes sur les salaires des employés ».

Les salariés de l’autorité de l’aviation civile, AACB, n’arrivent pas à comprendre pourquoi le dossier de 2014 soit activé aujourd’hui après 7 ans. Ces salariés disent plutôt qu’ils sont maltraités par leurs dirigeants d’autant plus que ces gratifications avaient été distribuées avec l’autorisation du conseil d’administration et qu’aucune décision contraire n’a jamais été prise.  Emmanuel Habimana, le directeur général de l’AACB, a toujours refusé de s’exprimer sur ce dossier.

Pas de corruption, pas de participation à l’Amisom.

Grogne chez les militaires qui ne sont  pas  sur les listes provisoires de ceux qui vont être déployés en mission de maintien de la paix en Somalie.  Ils  dénoncent le favoritisme et la corruption qui ont caractérisé la confection de ces listes.  Certains militaires qui vont partir à la retraite dans une année ne figurent pas sur ces listes contrairement à ce que leur avait promu  le chef d’Etat-Major Général de l’armée.

Les 62, 63 et 64ème  bataillons se préparent actuellement pour une prochaine mission de maintien de la paix en Somalie. Les militaires qui sont nés dans les années 1976 et 1977 vont atteindre dans une année l’âge de la retraite. Ces derniers, surtout ceux qui ont été déployés dans cette mission une seule fois, ont eu le privilège de l’Etat-Major Général de l’armée qui les a priorisé pour participer à la prochaine mission afin de partir à la retraite avec dignité.

Après avoir consulté les listes provisoires, certains militaires ont été surpris de constater qu’ils ne figurent pas sur ces listes. Et ces derniers indiquent que rien n’a changé car certains ont été remplacés par d’autres moyennant des pots-de-vin. « On espérait qu’il n’y aurait pas de magouilles dans la confection des listes pour cette mission parce qu’on avait dénoncé à l’avance le clientélisme et la corruption qui s’observent souvent dans cette activité au bureau G1 et au bureau Force Terrestre. Nous avons constaté malheureusement que rien n’a changé. Sur cette liste que Prime Niyongabo a signée, certains militaires qui allaient partir en mission ont été remplacés par d’autres. Qu’a-t-il fait donc pour corriger l’injustice qu’on avait dénoncée à l’ avance ? Rien du tout», a révélé une source.

Pire encore, regrettent toujours ces militaires, leurs commandants qui constatent ces irrégularités ne font rien pour plaider en faveur de ceux qui ont été remplacés par d’autres. « Après avoir pris connaissance de ces irrégularités, les commandants des camps n’ont rien dit. Ils sont dans un silence absolu au lieu de plaider pour nous. C’est vraiment honteux ce qui se passe au sein de notre armée», ajoute la même source.

Ces militaires qui se sentent lésés demandent au chef d’état-major général de l’armée, le Lieutenant Général Prime Niyongabo, de corriger ces irrégularités afin qu’ils soient rétablis dans leurs droits. A ce propos, la rédaction de la RPA a essayé de joindre le colonel Floribert Biyereke, porte-parole de l’armée burundaise, mais sans y parvenir.

Les documents administratifs sont refusés aux membres de l’opposition à Gatara

Certains habitants de la communes Gatara en province Kayanza s’insurgent contre l’attitude des autorités administratives qui leur refusent l’accès aux documents nécessaires pour pouvoir passer le test de recrutement d’enseignants. Ils indiquent être victimes de ne pas appartenir au parti au pouvoir.

La majorité de ces citoyens est sans emplois. Ils indiquent qu’ils sont bloqués par Jean Marie Nizigiyimama, le conseiller de  l’administrateur pour la simple raison qu’ils n’appartiennent pas au parti au pouvoir. « C’est vraiment triste. On est venu ici pour demander les documents nécessaires pour passer l’examen d’emploi. Le conseiller de l’administrateur,  natif de la zone Mbirizi , a refusé de signer sur nos documents. Il nous reproche de ne pas appartenir au parti au pouvoir. Il nous a alors renvoyé au chef collinaire»,  a précisé un des demandeurs de  services.

 Pour obtenir l’attestation de résidence, il faut absolument coopérer avec le chef collinaire. « Le chef collinaire ne nous facilite pas non plus à avoir ce document. C’est vraiment injuste. Qu’il nous laisse tenter notre chance au lieu d’être notre obstacle», se lamente ce demandeur de services.

L’attestation de résidence coûte 1500 francs. A ce propos, on a essayé de contacter, Sylvane Gakuyano,  administrateur de la commune Gatara, mais sans succès.

Le directeur de l’AACB accusé de détournements de fonds via des formations truquées.

Le personnel de l’Autorité de l’Aviation Civile du Burundi dénonce les irrégularités observées dans l’organisation d’une formation de sapeurs-pompiers. La formation organisée au Burundi et à l’extérieur afin de détourner les fonds de l’entreprise.

Les premières magouilles dénoncées par les employés de l’Autorité de l’Aviation Civile du Burundi (AACB) sont relatives à une formation de 12 jours qui a été organisée du 14 au 26 octobre 2019 à Bujumbura par des formateurs en provenance de la Zambie, sans l’autorisation de l’Organisation de l'aviation civile internationale.

A l’époque, la commission de l’état chargée d’audit a déclaré que cette formation était illégale et truquée, indique notre source. « Concernant ces formations, nous avons été formés pendant 12 jours par les formateurs qui sont venus de la Zambie illégalement parce qu’ils n’avaient pas l’autorisation de l’Organisation de l'aviation civile internationale, OACI. Ces formateurs ont été pris en charge par l’AACB pour leur séjour à Bujumbura. Les auditeurs dans ce domaine sont venus. Après analyse, ils ont confirmé que la formation en soit était frauduleuse. Les auditeurs n’ont pas compris comment  tous les travailleurs peuvent se présenter en formation sans qu’aucune équipe ne vaque au poste de travail. Les responsables n’ont pas donné des éclaircissements. Les auditeurs ont alors annulé la valeur de cette formation parce qu’il n’y avait même pas de  matériel approprié ».

Pour éviter que l’aéroport international de Bujumbura soit sous sanctions de l’OACI, il a été ordonné à l’entreprise d’envoyer 12 de ces travailleurs au Cameroun pour suivre une formation en matière de sapeurs-pompiers aéronautiques. Ce qui a poussé l’Autorité de l'Aviation Civile de dépenser plus d’un milliard de franc burundais, poursuit notre source. « Dans le but de ne pas subir de sanctions, ils ont ordonné à notre administration  d’envoyer 12 travailleurs au Cameroun où il y a une école de sapeurs-pompiers des aéroports et de faire venir  12 autres sapeurs-pompiers expérimentés des autres aéroports pour remplacer cette équipe partie en formation. Cette équipe de 12 sapeurs-pompiers venus de l’étranger a été totalement prise en charge par l’AACB, y compris les assurances et l’hôtel de 50$ par jour. Pour les 12 employés qui sont partis au Cameroun, il a été dépensé pour chacun à peu près 2 millions de franc burundais. L’entreprise a ainsi dépensé à peu près 1 milliard de franc burundais pour les deux formations ».

Emmanuel Habimana , directeur général de l’AACB n’a toujours pas répondu à notre appel.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 248 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech