Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Les résultats des tests à covid-19 se font de plus en plus rares à Bujumbura.

Les résultats des tests à covid-19 prennent du retard pour être disponibles. Ce phénomène s’observe dans différents sites de dépistage de la mairie de Bujumbura. Par conséquent, les personnes dépistées tardent pour connaître leur état sérologique. Pire encore, certaines personnes testées positives ne prennent pas les médicaments leur prescrits.

Actuellement, ce n’est pas facile d’avoir les résultats des tests à Covid- 19 dans les différents sites de dépistages de Bujumbura. Certaines personnes dépistées peuvent passer même toute une semaine sans être informé de leurs résultats. Selon elles, tout cela est dû à l’INSP, l’Institut National de  Santé Publique,  qui retarde, dans la plupart des cas, leurs résultats, comme le témoigne cette source. « Comme il y a beaucoup des gens qui attendent leurs résultats et qu’on utilise une seule machine, il y a ceux qui attendent les récents résultats.  Pour le moment,  on est en train de donner les résultats de la semaine dernière. Le problème se trouve au niveau de l’INSP et c’est là où vient ce retard des résultats ».

L’autre problème dans cette activité de dépistage est celui des voyageurs en provenance de l’extérieur du pays via  l’aéroport Melchior Ndadaye ou via les frontières terrestres qui ne prennent pas de médicaments quand ils sont testés positifs à cette pandémie. « Le problème est que ceux qui se font dépister en provenance de l’étranger, ceux qui entrent par l’aéroport ou et  ceux entrent par les frontières, tous ne prennent pas des médicaments quand ils sont testés positifs à la covid-19 », ajoute notre source. 

Enfin, les sources de la RPA indiquent qu’il y a des gens qui n’obtiennent jamais les résultats de leurs tests et cela ne les empêche pas de continuer à vaquer à leurs activités sans observer la distanciation sociale.

La rédaction de la RPA n’a pas pu contacter le ministre de la santé publique, Thaddée NDIKUMANA, pour s’exprimer à ce propos.

Pas de personnel soignant suffisant au centre de santé de la zone Rugazi à Kayanza.

La population  de la zone Rugazi en commune Kabarore de la province Kayanza demande que leur centre de santé soit doté d’un personnel soignant  suffisant. Elle indique  que les 3 infirmiers disponibles travaillent à tour de rôle. Comme conséquence, les patients sont obligés d’y passer toute la journée en attendant d’être servis.

Les habitants de la zone Rugazi  indiquent qu’ils éprouvent  beaucoup de difficultés pour se faire soigner. Les  trois infirmiers dont dispose le centre de santé de  cette zone sont jugés insuffisants  par la population. De plus, ces  infirmiers n’accomplissent  pas  convenablement  leurs taches. « Le centre de santé de Rugazi  connaît  un problème  sérieux. Il dispose de trois infirmiers alors que c’est une zone composée  de 8 collines. De plus, ces infirmiers travaillent alternativement. Tenez,  un seul infirmier preste  pendant deux semaines et on a constaté qu’il se fatigue beaucoup. Après les deux semaines, un autre prend la relève et ainsi de suite », révèle un habitant.   

Cette structure sanitaire est fréquentée  par beaucoup de patients. Ces  derniers peuvent y passer toute la journée  sans être  reçus. « Si j’estime, ce centre de santé  est fréquenté par  des personnes comprises entre 60 et 70 par jour. On peut emmener une femme au stade d’accouchement  et l’infirmier va  s’occuper d’elle. Lorsque vient un autre patient ou un blessé, il ne trouve pas quelqu’un pour l’aider. On peut y arriver à 7h du matin pour renter à 14h ou à 15heures », précise- t- il.    

Les habitants de la zone Rugazi  demandent aux responsables de la santé  de  mettre à la disposition  de  ce centre  de santé  un personnel soignant suffisant. « Le problème se trouve au niveau de leurs supérieurs  hiérarchiques car nous ne sommes  pas traités comme des citoyens  burundais en matière  de la santé. Vous  qui  avez une voix qui porte loin, dites aux responsables de la santé au niveau provincial et au niveau du pays de penser à la zone Rugazi et si possible d’augmenter  l’effectif du personnel  soignant et ce sera une bonne chose », insiste un habitant.        

La  rédaction de la RPA a essayé de joindre  Célestin CONGERA, médecin provincial de  Kayanza, mais il n’a pas décroché  son téléphone portable

La distanciation sociale reste vain mot au Burundi.

La distanciation sociale n'est toujours pas d'actualité au Burundi surtout dans les lieux de grands rassemblements. Dans les marchés, les milieux scolaires et les stades, les gens sont serrés au point qu'un seul cas positif de COVID-19 peut provoquer une propagation à grande échelle.

A différents endroits les plus fréquentés de la mairie de Bujumbura, il est difficile de croire si réellement les citadins sont au courant de la pandémie à Covid-19 qui tue beaucoup de gens presque partout dans le monde. Dans les salles de Cinéma, au parking  où les gens font des queues  à l’attente des bus, dans les marchés et partout,  la distanciation sociale n’existe pas. Cet habitant révèle que personne ne respecte plus ces gestes barrières à la covid-19. « Rien n’est respecté. Que ce soit dans les salles de cinéma,  les gens s’assoient serrés. Sur les parkings, dans les fêtes de mariages  et de levée de deuil, dans les écoles, dans les marchés, dans les banques, la situation est pareille. En réalité, partout les gens ne respectent rien en rapport avec la distanciation sociale ».

Les habitants de la mairie de Bujumbura indiquent qu’ils ont entendu dire qu’ils doivent respecter la distanciation sociale pour freiner la propagation de la covid-19 mais que personne ne l’a fait. Pour certains, la pandémie à Covid-19 n’existe pas. « La distanciation sociale n’a jamais été respecté depuis l’apparition de cette pandémie dans le pays même quand la population était inquiétée par cette pandémie. Aujourd’hui, personne  au Burundi ne respecte la distanciation sociale. Que ce soit dans les stades, dans les églises, je n’ai jamais vu où on la respecte. On l’a prononcé seulement mais on ne l’a pas appliqué. Pour le moment, certains disent que la covid-19 n’existe pas ».

Pire encore dans la ville de Bujumbura, ceux qui devraient sensibiliser les autres à savoir la police et les médecins, tous, sont dans l’ignorance. Cet habitant témoigne. « Même les policiers qui devraient sensibiliser les autres, ils sont assis serrés dans leurs véhicules. Les médecins qui devraient montrer l’exemple, tu les trouves sur les parkings en train de faire la queue comme les autres. Rien n’est respecté. A présent les gens ont même recommencé la salutation à la main et les ambassades  au vu de la police sans aucuns soucis ».

Malgré cette ignorance observée à Bujumbura dans la lutte contre la pandémie à Covid-19, les pays voisins du Burundi ne cessent de prendre plus des mesures pour protéger leur population contre ce virus et surtout contre la troisième vague qui tue beaucoup actuellement.

Contacté à ce propos par la rédaction de la RPA, Thaddé NDIKUMANA ministre de la santé est resté injoignable.

L’OMS alerte contre le nouveau variant Delta de Covid- 19

La variante Delta du coronavirus fait avancer la pandémie en Afrique à une vitesse vertigineuse. Dans un communiqué, la directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique appelle  tout le monde à agir maintenant et renforcer les mesures de prévention pour stopper cette pandémie avant  qu’elle  ne devienne une tragédie.

Dans  son communiqué sorti ce jeudi 1er  juillet,  Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, a déclaré que la vitesse et l'ampleur de la troisième vague de Covid -19 en Afrique ne ressemblent à rien de ce qui a été  vu auparavant.

Durant les 6 dernières semaines, le nombre d'infections a  augmenté d'un quart  par  semaine. Selon Matshidiso Moeti, c’est cette semaine où il a été enregistré  le nombre record d’infections. Pour elle, le record hebdomadaire du continent s'élève actuellement à 224 000 nouveaux cas. Les décès ont augmenté de 15% dans 38 pays africains pour atteindre près de 3 000 au cours de la même période.

Pour cette cadre de l’OMS, la variante Delta hautement contagieuse a été signalée dans 16 pays africains. L’Ouganda et la   République Démocratique du Congo   sont parmi  les plus  durement touchés.

Matshidiso Moeti  indique que plus de transmission signifie plus de malades graves et plus de décès. Donc pour elle,  tout le monde doit agir maintenant et renforcer les mesures de prévention pour empêcher qu'une urgence ne devienne une tragédie.

Déjà en RDC,  le chef de l’équipe de riposte contre la Covid -19 a mis en garde contre une  catastrophe  si la variante Delta continue de se propager rapidement dans le pays.

Lors d'une conférence de presse en ligne  organisée par l'OMS, Jean-Jacques Muyembe a révélé que les  hôpitaux  dans son pays sont débordés, les morgues débordés. Il avait ajouté que de nombreux politiciens et professeurs d'université ont été infectés par le virus  et beaucoup sont morts 

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 321 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech