Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Torture dans la prison pour femmes  de Ngozi

Torture dans la prison pour femmes de Ngozi

Des actes de tortures sont signalés dans la prison de la province Ngozi  réservée aux femmes. Des tortures que leur font subir certaines de leurs codétenues, sous la protection de la direction de la prison.

Le groupe de tortionnaires  des détenues de cette prison de femmes  située en province  Ngozi est composé de trois femmes, également détenues dans la même prison. Ce groupe serait à la solde de la direction de la prison, affirment nos sources internes. Celle-ci fait recours à lui pour mater les détenues qui osent soulever les irrégularités ou abus commis dans cette maison de détention. «  Si tu oses parler de quoi que ce soit tu es tabassé sévèrement. On te sort dans la cour la nuit pour te torturer »,  révèle notre source.

La représentante générale des détenues prénommée Virginie fait partie de ce groupe de tortionnaires. Des crimes qu’elle commet avec deux autres détenues Lamantine Muhimpundu et Diane Ciza qui est à la tête du groupe, précisent nos sources de cette prison des femmes.

Les sanctions contre ces détenues qui dénoncent ces abus ne se limitent pas à la torture ;  elles sont transférées dans d’autres provinces loin de leurs familles.

 « Les premières qui ont dénoncé ces crimes ont été vite transférées  vers les prisons de Bubanza et de Mpimba pour les éloigner de leurs familles. Il y a quelques jours, d’autres femmes ont été  également transférées. »

D’après les informations recueillies dans cette maison de détention, Diane Ciza, qui est à la tête de ce groupe est  une femme qui écope d’une peine à perpétuité. Dans cette prison, elle est intouchable  suite à ses capacités financières. Sa parole vaut loi car elle est sous la protection de la direction de l’institution pénitentiaire Jeanine Inamahoro.

Les femmes qui sont détenues dans la prison pour femme de Ngozi, demandent avec insistance que ce groupe qui sème la terreur au sein de la prison et qui est couvert par  Jeanine Inamahoro, la directrice de cette prison soit démantelé avant que l’irréparable ne soit commis. Elles demandent également le remplacement de la directrice  considérant qu’elle a failli à sa mission.

Jeanine Inamahoro,  directrice de la prison pour femme de Ngozi n’a toujours pas réagit à ce propos.

Selon les chiffres de décembre 2023,  plus de 200 personnes étaient dans cette prison pour femmes de Ngozi.

 Kayanza : Une exécution extrajudiciaire à Rugazi

Kayanza : Une exécution extrajudiciaire à Rugazi

Un habitant de la colline Buyumpu, zone Rugazi, commune Kabarore en province Kayanza a été retrouvé décapité ce lundi 11 mars. Les informations recueillies sur place révèlent que la victime avait été appréhendée la police  à son retour du Rwanda où elle s’était rendue pour acheter des vivres.

Jacques Ririmunda surnommé Tayali est l’homme de la colline Buyumpu en zone Rugazi qui a été retrouvé décapité ce lundi 11 mars 2024. Il avait été arrêté par la police lorsqu’il revenait de la localité appelée Gatunda au Rwanda, tout près de la frontière entre le Burundi et le Rwanda où, selon des sources sur place, il s’était rendu pour acheter des vivres.  Sa détention n’a duré que le temps de la rosée car il a été retrouvé mort.

 « Quand la police l’a attrapé, il a été conduit à la documentation où il a été détenu, les mains menottées. Le lendemain, lorsque sa famille est allée lui rendre visite à ce cachot,  Jacques  Ririmunda avait été déjà exécuté. Son corps a été jeté tout près de l’hôpital de Kayanza », témoigne toujours notre source de Rugazi.

Emmanuel Nduwimana, le chef de la colline Buvumo, est accusé par les habitants de cette localité d’être impliqué dans cette exécution extrajudiciaire. Selon des sources de Kayanza, Tayali a été arrêté sur ordre de  cet administratif  et après son arrestation l’administratif l’a réclamé et la police le lui a remis.

Les habitants de la colline Buyumpu demandent aux autorités judiciaires de la province de Kayanza de mener des enquêtes afin que les auteurs de ce crime soient punis conformément à la loi.

Emmanuel Nduwimana, le chef de la colline Buvumo  accusé par la population n’a pas voulu s’exprimer à ce sujet.

 

Cibitoke : Un enseignant enlevé par des militaires à Ndava

Cibitoke : Un enseignant enlevé par des militaires à Ndava

Un homme de la zone Ndava, commune Buganda de la province Cibitoke a été arrêté à son domicile la nuit de ce dimanche. Selon sa famille, l’arrestation était aux allures d’un enlèvement et a été faite par des hommes en tenue militaire. Sa famille n’a pas été informée des raisons de son arrestation ni de la destination. Elle est inquiétée pour sa sécurité.

Un peu plus au-delà de  22h de ce dimanche 17 mars, des  cris de détresse et de supplication ont retenti dans le quartier Bumwe de la zone Ndava en commune Buganda. C’étaient les membres de la famille de Melchior Ndikumana, un enseignant de la zone Ndava. « Des personnes en tenue militaire ont pénétré de force au domicile de Melchior Ndikumana et ils l’ont embarqué par la suite dans une camionnette double cabine de couleur blanche après avoir malmené et frappé sa femme et ses enfants », raconte  l’un des voisins de cette famille.

Notre source indique également qu’il aurait été victime d’avoir appartenu, il y a quelques années, au parti CNL. « Mais parce qu'il avait été persécuté, il a abandonné ce parti politique. A présent, il n'avait aucune appartenance politique », précise-t-elle.

La famille n’a pas été informée des raisons de cette arrestation.  Elle ignore également le sort lui réservé et plaide pour le respect de ses droits. «  Nous avons essayé de suivre le véhicule qui l'a emmené et nous avons appris  qu'il s'est dirigé vers Bujumbura. Nous alertons pour qu'il ne soit pas exécuté comme les autres.»

Contacté par la rédaction de la RPA Pamphile Hakizimana,  l’administrateur de la commune Buganda a refusé de nous répondre par téléphone.

Cibitoke: Un infirmier incarcéré par la documentation pour dette d’autrui

Cibitoke: Un infirmier incarcéré par la documentation pour dette d’autrui

Un infirmier de l’hôpital de la province Cibitoke  est incarcéré depuis  10 jours  dans le cachot  du Service  National de Renseignement à Cibitoke. Personne n’est autorisé à le voir, ses proches craignent pour sa sécurité.

L’infirmier de l’hôpital de la province Cibitoke  incarcéré s’appelle Meschack Niyokwizera .Il a été arrêté dimanche 25 février par le patron du Service National de Renseignement, antenne de la province Cibitoke (nord-ouest du pays). Depuis cette arrestation, ni sa famille ni ses collègues de  l’hôpital  Cibitoke, personne n’est autorisé à le voir. Ses proches qui ignorent jusque-là les raisons de sa détention,  s’inquiètent  pour sa sécurité. Ils craignent aussi qu’il aurait été torturé et que c’est pour cette raison  ils ne sont pas autorisés à le voir. Ils  demandent ainsi l’intervention de l’autorité supérieure de la province.  Joint  sur son portable,  Carême Bizoza, le gouverneur de province  Cibitoke a indiqué qu’il ne pourra s’exprimer qu’en cas de face à face.

Selon des informations qui parviennent à la rédaction de la RPA, Meschack Niyokwizera,  membre du parti CNDD-FDD, aurait été incarcéré sur demande  des gens à qui il doit de l’argent.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 233 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech