Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Rétropédalage d’Evariste Ndayishimiye face à la justice.

Le président de la république recevra désormais des recours pour de jugements  passés en force de chose jugée et entachés d’irrégularités.  Annonce du porte-parole du président dans un communiqué du 15 septembre 2021. De plus, le président  exhorte la population burundaise de se familiariser avec la procédure judiciaire afin de ne pas bruler les étapes quand il s’agit de porter plainte.

 Dans un communiqué sorti ce mercredi 15 septembre 2021, le porte-parole du président de la république, Evelyne BUTOYI, indique que le président de la république à travers le conseil supérieur de la magistrature  porte  à la connaissance  de tous les Burundais qu’il ne reçoit que des recours sur les décisions judiciaires dénoncés mais qui avaient été coulées en force de la chose jugée.  « Son excellence le président de la république porte à la connaissance des Burundais et des étrangers vivant sur le sol burundais que le président de la république à travers le conseil supérieur de la magistrature ne reçoit que les recours sur les décisions judiciaires dénoncées mais qui avaient été coulées en force de la chose jugée. C’est à dire des jugements rendus dans les différents cours et tribunaux, y compris la révision », a- t- elle précisé.

Le président Evariste NDAYISHIMIYE exhorte aux Burundais de se familiariser avec la procédure judiciaire et les lois en vigueur au Burundi. « Le chef d’Etat encourage ardemment le peuple burundais de s’imprégner des procédures et lois en vigueur et à veiller au strict respect de l’ordre judicaire car  toutes les instances sont complémentaires », a- t- elle ajouté.

La loi organique N01/02 du 23Janvier 2021 portant modification de la loi Organique N01/13 du 12 Juin 2019 portant organisation et fonctionnement du conseil supérieur de la magistrature dans son article 3 donne au conseil supérieur de la magistrature le droit de contrôler la qualité des jugements arrêts et autres décisions judiciaires dénoncées ou portées à sa connaissance ainsi que leurs mesures d’exécution ; et de statuer sur les plaintes concernant les mal-jugés manifestes coulés en force de chose jugée.

 

Le président de la république, le président de la cour suprême et le ministre de la justice sont respectivement président, vice-président et secrétaire de ce conseil et en même temps membres permanents.

Un policier de Makamba accusé de meurtre relaxé : la population de la place remontée

Les habitants de la colline Nyabigina, zone Kabuye, en commune et province Makamba s’insurgent contre la remise en liberté d’un policier accusé de meurtre sur un habitant de la place. La victime a succombé aux brûlures et aux coups lui assénés par cet agent de l’ordre et certains habitants qui l’accusaient d’être un voleur.

L’administrateur de la commune Rango contredit son ministre de tutelle

L’administrateur de la commune Rango est accusé par les habitants de sa commune  de passer outre  les injonctions du ministre de l’intérieur et du développement communal de ne pas s’ingérer dans  le fonctionnement de la  justice. Lundi dernier, cet administrateur a réincarcéré  un habitant de cette commune qui venait d’être acquittée par le parquet.

Deus BABAHOKUBWAYO,  c’est nom de l’administrateur de la commune Rango accusé de désobéir aux injonctions de l’autorité de tutelle. Les habitants de ladite commune indiquent  qu’après avoir  appris la libération  du  nommé Innocent NIMUBONA dimanche dernier,  cet administrateur a juré de le réincarcérerparce que la justice ne l’a pas consulté,  raconte cet habitant de la commune Rango. « Après avoir  remarqué qu’il est incarcéré injustement, la justice a pris la décision de lui rendre sa liberté. Il a même montré le billet d’élargissement  à l’administrateur mais sans succès. L’administrateur a indiqué que même si  le parquet l’a relâché, il doit le réincarcérer car la justice ne pouvait pas le libérer sans l’aviser. C’est pourquoi il l’a incarcéré. Ce sont les mêmes litiges qui sont à l’origine de son incarcération ».

Pourtant, le  ministre de l’intérieur,  de la sécurité publique et du développement publique a mis en garde le 29 Juillet de cette année  tout administratif qui s’ingérera dans les affaires de la justice. « Vous, les administratifs, sachez que vous avez des limites en ce qui concerne les affaires juridiques. Il ne faut pas s’ingérer dans ces affaires comme nous l’avons constaté ces derniers jours. Il n’y a pas de loi du ministère de l’intérieur qui est au déçu de la justice. S’il y a une affaire juridique, votre rôle est d’éclairer et orienter vos administrés dans cette affaire mais pas remplacer la justice. Sinon ça serait un chaos dans le pays. S’il y a quelque chose qui ne va pas dans la justice, il est de la responsabilité du gouvernement de la corriger », a déclaré Gervais Ndirakobuca, ministre de l’intérieur

Innocent NIMUBONA totalise 3 jours au cachot de la zone Gaheta en commune Rango.

A ce propos, la rédaction a contacté Deus BABAHOKUBWAYO,  administrateur  de la commune Rango qui  a raccroché après lui avoir dit les raisons de l’appel.

Emmanuel Nzisabira enfin liberé sans ses vaches volées par l’administrateur de la commune Buganda.

Après plus de 3 semaines d’incarcération, le citoyen Emmanuel NZISABIRA originaire de la commune GIHANGA province   BUBANZA a été relâché depuis ce mardi. Il  avait été arrêté   sur ordre de l’administrateur communal de Buganda.

 Emmanuel NZISABIRA a été arrêté par Pamhile Hakizimana, administrateur de la commune Buganda, parce qu’il avait osé réclamer ses vaches retrouvées dans l’étable  de cet  administratif après deux semaines de leur disparition.

Selon des sources concordantes, l’ordre de relaxation d’Emmanuel NZISABIRA  a été donné par le procureur du parquet de CIBITOKE. Toutefois, le sort de ses 2 vaches qui sont à l’origine de l’arrestation et de l’incarcération d’Emmanuel NZISABIRA   est toujours inconnu.

Selon les dernières informations, ces deux vaches avaient été  délocalisées de l’étable de l’administrateur  Pamphile HAKIZIMANA le jour même de l’arrestation d’Emmanuel NZISABIRA et auraient été conduites probablement au Congo voisin, une destination du bétail que cet administratif spolie à autrui en complicité avec les imbonerakure de la place.

La rédaction de la RPA  a cherché à joindre Jean Marie BIGIRINDAVYI  procureur en province CIBITOKE  pour  plus d’information, mais il est resté injoignable.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 349 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech