Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

L'effondrement des murs fait un mort et plusieurs blessés à l'ECOFO Nyamabere

L'effondrement des murs fait un mort et plusieurs blessés à l'ECOFO Nyamabere

Un élève de l’école fondamentale Nyamabere en commune Mpanda de la province Bubanza est mort suite à l'écroulement des murs de trois salles de classe. D’autres élèves dont l’effectif n’est pas encore ont été blessés suite à l'écroulement de ces murs qui a été provoqué par un orage de ce jeudi.

C’était ce jeudi vers 16 heures lorsqu’une averse mêlée à de puissantes rafales de vent s'est abattue sur la colline Nyamabere en commune Mpanda ainsi que sur la colline Kibenga en commune Rugazi de la province de Bubanza.

Selon les témoins, l'orage a emporté la toiture de l’école fondamentale Nyamabere, causant ainsi l’écroulement des murs de 3 salles de classes. "Un élève est mort et d’autres, qui ont été tiré des décombres étant grièvement blessés, ont été transportés à l’hôpital situé sur la cette colline Nyamabere." En plus de plusieurs autres maisons qui ont été détruites, l'orage a également endommagé les champs de maïs et de riz qui étaient sur le point d'être récoltés selon les mêmes sources qui ajoutent que les poteaux électriques se sont également effondrés.

Les habitants de la province de Bubanza qui ont été touchés par cette catastrophe demandent aux bienfaiteurs, aux autorités administratives ainsi qu’au ministère de la solidarité de leur venir en aide, en donnant une assistance médicale aux blessés et une assistance matérielle pour réhabiliter les maisons détruites.

Le directeur communal de l’enseignement de Burambi accusé d’extorquer les parents des élève

Indignations de certains parents des élèves fréquentant les écoles publiques en commune de Burambi, province de Rumonge. C’est suite à une somme leur exigée de payer pour chaque élève, qui est justifiée comme étant destinée à l’achat d’une imprimante pour la direction communale de l’enseignement. Ces parents demandent l’annulation de cette collecte de fonds qualifiée de vol organisé.

 Ces parents d’élèves révèlent que les directeurs des écoles publiques en commune Burambi leur exigent de payer des frais, en leur disant que l’ordre émane de la direction communale de l’enseignement (DCE). Ceux qui se sont confiés à la RPA, parmi ces parents, font savoir que leurs enfants ont été signifiés que ces frais vont être donnés au niveau de tous les établissements et seront utilisés pour l’achat d’une imprimante de la DCE à Burambi.

Ce parent s’indigne que certains élèves se voient renvoyer de l’école sous prétexte qu’ils tardent à payer ces frais : « Chaque élève doit payer 300 francs. Celui qui ne paye pas est renvoyé à la maison. Mais, on se demande si cette direction n’a pas de frais de fonctionnement à sa disposition ».

Ces parents disent également que ce n’est pas la première fois qu’ils se voient obliger de payer de l’argent pour acheter une imprimante pour la DCE de cette commune.  D’où, ils qualifient cette collecte en cours de vol organisé. « Aucune réunion des parents n’a été organisée pour nous expliquer de quoi sera utilisé notre argent. Nous trouvons que c’est un bon prétexte pour empocher notre argent car, avant l’année dernière, un tel montant avait été exigé aux parents pour acheter une imprimante », martèlent-ils.

La rédaction de la RPA a cherché à joindre par téléphone Abias Bayikorere, le directeur communal de l’enseignement à Burambi, mais sans succès. Quant à Isaac Ndikuriyo, directeur provincial de l’éducation de Rumonge, il nous a raccrochés au nez après notre brève présentation.

Des formations en parade militaire imposées aux élèves à Buraza

Les parents des élèves qui étudient dans les écoles de la zone Mahonda, commune Buraza, en province Gitega, s’insurgent contre l’entrainement au défilé militaire donné à leurs enfants. Les imbonerakure de cette localité leur font faire ces entrainements dans leurs écoles respectives au moment de la révision des cours.

 Dans le cadre des préparatifs des cérémonies pour accueillir le secrétaire général du parti CNDD-FDD, les élèves de la zone Mahonda subissent des entrainements de défilé militaire  durant les heures d’après-midi  normalement destinées à la révision des cours.

Selon notre source à Mahonda, ça fait un moment que ces élèves font ces entrainements. Mais, ce mardi a été un jour spécial. « Toutes les écoles de la zone Mahonda étaient réunies sur le terrain de football de cette zone. Les activités étaient cordonnées par le prénommé Dieudonné, le responsable des imbonerakure en commune Buraza », précise notre source.

Les parents et les enseignants craignent donc pour l’avenir de ces élèves : « En analysant la situation, nous nous rendons compte que l’avenir de la jeunesse n’est pas assurée. Car aujourd’hui, l’école est devenue comme une permanence du parti au pouvoir. Nous demandons que tout cela cesse pour l’intérêt de nos enfants ».    

Ces parents  demandent au directeur communal de l’enseignement à Buraza de promouvoir l’éducation  au lieu de fermer les yeux face à ces actes qui ne font qu’altérer la qualité de l’éducation dans cette localité. Etant donné qu’au lieu de réviser les leçons apprises en classe, ces élèves sont forcés à participer dans cette parade militaire.

La rédaction de la RPA n’a pas pu joindre le directeur provincial de l’enseignement en province Gitega pour qu’il puisse s’exprimer à ce sujet.

Difficultés des parents à rémunérer les enseignants vacataires à l’ECOFO Buheka

Il y’a grognes au sein des parents de l’école fondamentale de la colline Buheka, commune Vugizo en province Makamba. C’est suite au paiement d’une somme de plus de cinq mille francs, leur exigée par la direction de cette école, pour rémunérer les enseignants vacataires. Ils demandent que le directeur trouve des enseignants permanents suffisants qui seront payés par le gouvernement.

 Cette école dont chaque parent est obligé de payer 8 mille francs burundais par trimestre, est située dans le secteur Rukira en commune Vugizo. Les parents ayant des élèves à cet établissement scolaire font savoir qu’ils ont commencé à payer cet argent depuis l’année précédente et que la situation est pareille jusqu’aujourd’hui. Au départ la somme était fixée à 7500 francs, mais on y a ajouté 500 francs. Le montant reste toutefois le même pour chaque élève, peu importe le nombre d’enfants qu’un  parent peut avoir à cette école.

« Aucune réunion entre les parents et la direction n’a été tenue depuis le début de cette année scolaire. Comment une telle école peut avoir cinq enseignants vacataires, alors que c’est une école publique ? Il était censé que les élèves étudient gratuitement », déplorent ces parents.

Frustrés, ces parents demandent ainsi au directeur de cette école de faire de son mieux pour qu’il y’ait des enseignants suffisants à temps plein, vu qu’ils sont dans l’impossibilité de payer cette somme destinée aux enseignants vacataires. Toutefois, les informations en provenance de Buheka indiquent que même lors des réunions avec les parents, le directeur de l’école fondamental de Buheka ne considère jamais leurs propos.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 289 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech