Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Le Corona virus s’amplifie en province de Bururi.

Le  taux de propagation du coronavirus de  plus en plus  inquiétant dans certaines communes de la province de Bururi. Une situation qui préoccupe et la population et le personnel soignant de cette province.

Ces derniers jours, le niveau de contamination de covid-19 s’accélère dans les communes de Matana et Bururi selon les habitants de ces deux communes. Une situation qui laisse beaucoup d’inquiétudes chez les habitants qui parlent également du manque de médicaments prescrits aux porteurs du coronavirus comme le témoign Le cet habitant. « La contamination de ce virus est vraiment inquiétante. Par exemple à l’hôpital de Matana, il s’observe beaucoup de cas positifs et les malades ne sont pas traités efficacement. La situation est identique en commune de Bururi car le nombre de cas positifs augmentent sans cesse dans le voisinage. Les habitants indiquent qu’il est difficile de penser à la maîtrise de la situation vu qu’il s’observe souvent une carence de matériels de dépistage.  « Il arrive des fois que ceux qui manifestent des symptômes se rendent dans certains établissements sanitaires mais ils ne sont pas dépistés suite au manque de réactifs et retournent à la maison », ajoute notre source.

Du côté du personnel soignant, une des sources de la RPA à l’hôpital de Matana confirme que la situation est alarmante car à peu près la moitié des cas testés est positive. « Autrefois, on entendait la présence de la covid-19 dans certains pays lointains et maintenant elle est chez nous à Matana. La situation nous inquiète beaucoup car sur 50 tests effectués par exemple plus de 20 sont positifs, c’est vraiment problématique »,a précisé notre source.

Selon les habitants, il y aurait même des cas de décès déjà enregistrés dans leurs localités suite au coronavirus mais qui ne sont pas déclarés.

La RPA a tenté de joindre en vain le Dr Vénérant Nyambikiye, médecin provincial de Bururi,  ainsi que le Colonel Leonidas Bandenzamaso, gouverneur de la province de Bururi.

Les habitants des communes de Bururi et Matana dénoncent aussi la négligence qui s’observe chez eux dans la gestion de cette pandémie.

Les autorités burundaises sont à l’origine de la propagation du Covid- 19.

Les hautes autorités du Burundi continuent à manifester une légèreté dans l’application des  mesures de lutte et de prévention contre la Covid-19. Non seulement  le Premier ministre a demandé à l’ouverture du salon entre les industriels de la communauté est- africaine organisé ce jeudi que le vaccin contre cette pandémie ne soit pas obligatoire pour la libre circulation des populations mais aussi une grande partie des participants n’a  pas observé les mesures barrières établies par l’Organisation Mondiale de la Santé,  OMS.

Ce salon industriel organisé par l’Association des Industriels du Burundi a été rehaussé par la présence du Premier Ministre du Burundi, Alain Guillaume Bunyoni. Dans son allocution, le secrétaire général- adjoint chargé des affaires sociales et du secteur de la production au sein de l’EAC a fait savoir que le vaccin sera dorénavant obligatoire pour circuler dans la zone de cette Communauté Est Africaine. Par, ailleurs, l’Honorable Christophe Bazivamo a déclaré  que cette mesure doit entrer en vigueur sans tarder.

De son côté, le Premier Ministre du Burundi a, dans son intervention,  demandé que le passeport de vaccination ne soit pas une entrave à la circulation des personnes. Alain Guillaume Bunyoni a expliqué que cette communauté ne doit pas porter atteinte au droit qui garantit la libre circulation des citoyens. «Ça c’est un message à notre secrétariat général que dans l’East African Pass on ne puisse pas aller à l’encontre de certains droits fondamentaux des peuples et des citoyens mais plutôt privilégier des mesures qui puissent à la fois rendre efficiente la prévention du Covid-19 mais aussi promouvoir le développement, tout en évitant de rendre inerte l’activité humaine ou de l’opposer à des contraintes qui pourraient venir nuire aux libertés et à la vie en général des citoyens », a déclaré Alain Guillaume Bunyoni..

Ces activités se sont déroulées dans un espace étroit par rapport à l’effectif des invités convié. De plus, les participants n’observaient pas la distanciation sociale et un bon nombre d’entre eux ne portait pas de masques.

Selon les observateurs, ce rejet des autorités burundaises des mesures de prévention contre le Covid-19 est un des facteurs de la propagation de cette pandémie.

Les responsables du Cndd- Fdd se soucient de leur santé en sacrifiant celle d’autrui.

La population de la province Ngozi condamne l’égoïsme des dirigeants du parti CNDD-FDD qui viennent de passer 2 jours dans cette province dans les activités dudit  parti. Ces dirigeants ont pris toutes les précautions nécessaires y compris le dépistage avant le début de ces activités alors qu’aucune mesure de protéger la population ayant participé à leur croisade contre le Covid-19 n’a été prise.

Ces activités du parti CNDD-FDD se sont déroulées sur la colline et zone Buye de la commune Mwumba en province Ngozi. Les habitants de cette localité ont beaucoup critiqué l’attitude des responsables du parti CNDD-FDD y compris le président de la république qui n’ont pas songé à prendre des précautions pour protéger les participants alors que eux ont pris des mesures draconiennes   pour se prévenir contre cette pandémie. « C’est aberrant.  Les hauts responsables du parti ont été dépistés. Et ils ont appelé des milliers et des milliers de personnes pour  participer  aux prières sans porter de masques et sans distanciations sociale », a déploré un habitant de Ngozi.

Parmi ces mesures figurent le dépistage du coronavirus exigé à tout congressiste dudit parti avant la participation à ces activités. Nancy Ninette MUTONI est porte-parole du parti de l’Aigle. «  Nous venons de se faire dépister en tant que leaders Bagumyabanga qui sont membres du comité central du parti. C’est à la veille de la tenue du congrès du parti Cndd- Fdd ce jeudi et vendredi. Ces assises regroupent plus de cent personnes. Nous avons jugé bon de nous enquérir de la situation de notre santé par rapport à cette pandémie de corona virus », a- t- elle indiqué.

Ce n’est pas la première fois que le parti CNDD-FDD organise les activités et les évènements réunissant beaucoup de personnes  sans pour autant veiller au respect des gestes barrières préconisés dans la lutte contre cette pandémie.

Plus de 150 malades de Covid-19 n’ont pas de médicaments à Muyinga

Plus de 150 malades de Covid-19 sont alitées à l’hôpital de Muyinga. Les agents de santé s’inquiètent du manque de médicaments contre la pandémie à cet hôpital.

Le taux de contamination au Covid-19 en province Muyinga a trop augmenté. Les informations que nous détenons des agents de santé dans cette province affirment qu’il y a 180 personnes atteintes de Covid-19 alitées à l’hôpital de Muyinga ainsi que d’autres qui sont confinées à la maison comme le témoigne notre source. « A l’hopital de Muyinga, nous enregistrons 180 personnes hospitalisées souffrantes de Covid-19. Malheureusement, nous n’avons plus de médicaments contre le Covid-19. Les patients qui sont confinés à la maison sont aux environs de 200. Il s’agit de ceux que nous connaissons ». 

Les cas positifs au Covid-19 hospitalisés ne bénéficient que des calmants tandis que ceux qui sont à la maison  procèdent au bain de vapeur.

Notre source souligne que dans cette province les mesures barrières ne sont pas prises au sérieux. « Les mesures barrières sont pris à la légère. Elles sont plus ou moins respectées à la campagne. Il est inconcevable d’assister aux matchs ou encore faire des rassemblements à plus de 100 personnes sans porter de masques. Seuls ceux qui le veulent les portent sur un taux d’un pour cent », s’indigne notre source.

Les agents de santé de la province Muyinga indiquent que les cas confirmés de Covid-19 sont évalués à plus de 300 tandis que le rapport de situation sur la réponse  au Covid-19 du ministère de la santé publique et de lutte contre le SIDA du 24 Août 2021 fait état de 244 cas confirmés au cours des 14 derniers jours.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 113 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech