Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Mwaro: Une policière  perd  ses dents percutée par  un motard

Mwaro: Une policière perd ses dents percutée par un motard

 Une policière a été blessée par un conducteur de moto-taxi qui l'a heurtée lorsqu'elle tentait de l'arrêter dans la commune Kayokwe, au chef-lieu de la province Mwaro. Trois personnes étaient à bord de cette  moto.

 L’avant midi  de ce mercredi  une policière a été blessée par un  motard  au chef-lieu de la province Mwaro. Le motard l’a heurtée  lorsqu'elle tentait de l'arrêter.  ‘’ La police de roulage a mis une barrière sur la route pour contrôler  les motos. Un conducteur de  moto-taxi  avait deux  autres personnes à bord. Une policière a essayé d’arrêter le motard mais ce dernier a refusé. La policière a tenté de lui barrer la route avec les  fils barbelés et la moto a heurté la policière. Elle a été  blessée et a perdu des dents’’, raconte un témoin oculaire.

Les policiers qui étaient sur place ont tiré sur le motard mais ils l'ont raté selon notre source, qui précise que les balles ont atteint les pneus de la moto. Le conducteur de la moto et ses deux passagers sont tombés mais se sont vite échappés.

La policière blessée elle a été  évacuée vers l’hôpital de Kibumbu

Des agents de la police accusés de commettre des vols nocturnes dans la zone Nyakabiga

Des agents de la police accusés de commettre des vols nocturnes dans la zone Nyakabiga

Il se remarque une multiplication des cas de vols nocturnes dans la
zone Nyakabiga en Mairie de Bujumbura depuis quelques jours. La
population de ladite zone fait savoir que les auteurs de ces vols sont
certains agents de la police Nationale.
Ces actes de vols sont commis surtout sur la route qui sépare le quartier 2 et le
quartier 3 de la zone Nyakabiga, plus précisément de la 9 ème jusqu’à la 14 ème
avenue. Selon les habitants de la localité qui se sont entretenues avec la RPA, les
auteurs de ces vols se déplacent souvent à bord d’un véhicule de type Probox
pendant les heures avancées de la nuit. Ces personnes, qui portent des tenues
militaires, braquent une arme sur les passants, exigeant de leur donner tout ce
qu’ils ont. L’un des auteurs de ces vols aurait été déjà identifié par ses victimes.
« Il y a un groupe de policiers ici dans la zone Nyakabiga qui fait la pluie et le
beau temps. Quand ils te croisent pendant la nuit, ils te suivent et te demandent
de leur donner tout ce que tu as sur toi. Parfois ces policiers travaillent en
équipe de cinq à six personnes. L’un d’entre eux a été identifié, il s’appelle
Athanase. Ce même Probox a récemment poursuivi l’un de mes amis, c’était
vers 2 heures du matin. Ces policiers l’ont dépouillé de tout ce qu'il avait sur
lui. Ils portaient la tenue de la police burundaise et certains d’entre eux ont été
identifiés. Nous les voyons souvent au bureau de la zone Nyakabiga. C’est
ainsi que le policier Athanase a été identifié. »
Le véhicule Probox utilisé par ces personnes n’a pas de plaque
d’immatriculation, précisent nos sources de Nyakabiga. « Ils utilisent un
véhicule sans plaque d’immatriculation car ici au Burundi des véhicules
circulent sans immatriculation, c’est devenu monnaie courante. Même la police
n’arrête presque plus ces véhicules sans plaque. La plupart des véhicules de la
police n’ont pas non plus de plaques d’immatriculation, pareil pour certains de
l’armée, ainsi que ceux du service national de renseignement. Quand tu
demandes pourquoi ces véhicules n’ont pas des plaques, ils te répondent que
c’est sans doute un véhicule d’une personne influente dans le régime en place.
C’est vraiment dommage. »
La population de la zone Nyakabiga demande à l’administration locale
d’intervenir et rétablir la sécurité dans cette localité de la capitale économique.
La RPA n’a pas encore pu joindre l’administrateur de la commune Mukaza
Rénovat Sindayihebura pour s'exprimer à ce propos.

La police locale accusée d’extorquer de l’argent

La police locale accusée d’extorquer de l’argent

Les motards et les chauffeurs de véhicules de transport en province Muyinga dénoncent le
comportement de certains responsables de la police dans cette localité. Ils leur font payer
de l’argent sans motif légal. Ils demandent à leurs supérieurs hiérarchiques de suivre de
près cette situation.

Le cas le plus récent date de ce samedi. Les habitants de la province de Muyinga ont vu le
véhicule du commissaire provincial s’arrêter près du parking des motos. A bord du véhicule

se trouvait le responsable de la police de l’air et des frontières. Ce que cette autorité policière
a fait, a choqué la population sur place.
« Au parking des motards, nous avons vu un véhicule de type Pick up immatriculé AA 402,
ceux qui le connaissent disent que c’est le véhicule du commissaire provincial, mais à bord
était le commissaire des migrations, ancienne Police de l’Air, des Frontières et des Etrangers
PAFE, à Muyinga. Les policiers ont sauté brusquement du véhicule. Ils ont saisi toutes les
motos qui étaient sur le parking. Ceux qui donnaient 10 mille ou 20 mille francs étaient
libérés. Ils ont collecté plus de cent mille », raconte un des chauffeurs qui poursuit qu’ « après
cela, ils suivaient les véhicules de transport, les arrêtant et demandant des documents. Ils ont
vu un véhicule qui transportait les matelas, ils l’ont poursuivi, le chauffeur s’est arrêté et leur
a donnés de l’argent ».
Ce qu’a fait cette autorité policière n’est pas une première, regrettent nos sources. Ceux qui en
soufflent le plus, sont les conducteurs de moto. « Cela se produit plusieurs fois. Les motards
sont les plus visés».
Les habitants de la province Muyinga interpellent les supérieurs hiérarchiques de ces policiers
de les redresser car ils soutirent injustement de l’argent à cette population qui peine pour
trouver de quoi nourrir leurs familles.
La rédaction de la RPA n’a pas encore pu joindre le commissaire de police à Muyinga, de
même que le gouverneur de cette province.

Une sentinelle abattue accidentellement par un policier ivre

Une sentinelle abattue accidentellement par un policier ivre

Une personne a été tuée la nuit du mardi 23 Mai, fusillée par un policier sur la colline
Kabere, zone et commune Mabaye en province Cibitoke. La police serait en train de tout
faire pour fausser les enquêtes en faisant croire que la victime était un voleur. Des
affirmations que dénoncent les témoins sur place.
La victime s’appelait Jean Ndagijimana. Il travaillait comme sentinelle au marché du chef-
lieu de la commune Mabayi en province Cibitoke. Selon nos sources, le crime s’est passé
vers minuit de ce mardi 23 Mai. A ce moment, un policier prénommé Alexis s’était querellé
avec un juge de la place et a quitté le bistrot dénommé SAGA pour prendre son fusil qu’il
avait laissé sur son poste d’attache. Mais à son retour, le juge en question avait déguerpi. Nos
sources font savoir que le policier en question a voulu ouvrir le feu sur les gens qui étaient à
l’intérieur dudit bistrot, mais ces derniers l’ont pris de court et ont réussi à fermer la porte à
temps. Fou de rage, poursuivent nos sources, le policier en question a vidé son chargeur et
l’une des balles a touché Jean Ndagijimana qui est mort sur le champ.

Pour le moment, les responsables de la police et l’officier de la police judiciaire de la place
sont en train de tout faire pour disculper ce policier en faisant porter le chapeau à la victime.
En effet, ils auraient élaboré un plan selon lequel Jean Ndagijimana a été abattu alors qu’il
escaladait le mur pour cambrioler la coopérative COSPEC sous la garde du policier en
question. ‘’Alexis et un de ses amis civile se sont employés à effacer toute trace de sang à
l’endroit où Jean a été abattu. Une fois la scène du crime nettoyé, ils ont alors déplacé le
corps de la victime jusque dans les enceintes de la coopérative COSPEC.’’ A révélé à la RPA
un des témoins oculaires de cette mascarade qui pense néanmoins que cette magouille
n’aboutira à rien vu que l’endroit où a été déposé le corps ne comporte aucune trace de sang
vu qu’il a été déplacé alors qu’il ne saignait plus.
Dans l’entre temps, le policier Alexis est entre les mains des agents de l’ordre en attendant la
suite des enquêtes.
Vous saurez qu’une réunion entre administratifs et responsables de la police est prévue et que
l’un des pointes à l’ordre du jour serait d’exiger à ces autorités policières d’instruire à leurs
agents de ne plus se présenter dans des bistrots munis d’armes à feu.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 371 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech