Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Les habitants de la zone Cibitoke craignent d’être victimes de l’incompétence du chef de zone dans l’exécution de démolition des constructions anarchiques.

Les habitants de la zone Cibitoke en mairie de Bujumbura dénoncent les irrégularités dans la mise application de la décision relative à la démolition des constructions anarchiques. Ce travail a été confié au chef de cette zone et aux imbonerakure et les habitants craignent d’être victimes de leur incompétence. Ils demandent que ce travail soit exécuté par des professionnels dans ce domaine.

Ces habitants de la zone Cibitoke en marie de Bujumbura apprécient le travail accompli par les ingénieurs qui étaient chargés de montrer les constructions anarchiques à démolir. Après leur départ, ce travail a été refait  par le chef de cette zone et quelques imbonerakure. Les habitants de la zone Cibitoke craignent d’être victimes de l’incompétence de ces nouveaux exécutants de cette décision. Certaines maisons risquent d’être démolies injustement comme l’indique un de ces habitants. « Ceux qui étaient venus en premier lieu ont fait un bon travail. Beaucoup de gens ont apprécié le travail accompli. Malheureusement, ceux qui ont repris le travail à savoir le chef de zone et les imbonerakure ne coopèrent pas. Ils ne veulent entendre personne. Ils fixent des limites n’importe comment et ils partent ».

Ces habitants de la zone Cibitoke demandent que ce travail soit fait par des ingénieurs compétents pour éviter des dérapages. « Nous demandons aux instances habilités de confier cette tâche aux professionnels  du domaine, des ingénieurs par exemple afin qu’ils puissent fixer les bornes au bon endroit comme ils l’ont fait aux autres dès le début de ce travail », a lancé une source.

La rédaction de la RPA a essayé de joindre Evelyne Nininahazwe,  chef de la zone Cibitoke, pour de plus amples éclaircissements sur les craintes de ces habitants mais sans y parvenir.

Seuls les monuments du parti Cndd- Fdd échappent à la démolition des constructions anarchiques.

Les monuments du parti CNDD-FDD construits anarchiquement en Mairie de Bujumbura  ne sont pas touchés. Ce qui irrite les habitants des différents quartiers de la mairie de Bujumbura dont les maisons ont été détruites.

Depuis l’annonce du  ministère de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique de démolir des  constructions anarchiques en mairie de Bujumbura, aucun monument du parti CNDD-FDD n’a été touché. Un geste décrié par les habitants des différents quartiers surtout ceux des zones Nyakabiga, Bwiza et Kamenge qui précisent que ces monuments sont érigés tout près de leurs  maisons détruites alors qu’elles leur permettaient de survivre. « Ce qui est très étonnant est que même les pierres et les monuments du CNDD-FDD sont toujours au milieu de certaines rues et d’autres sur les bords des routes. Aucun n’a été démoli. C’est très étonnant que l’on nous oblige de démolir nos maisons qui nous aidaient à survivre et que ces monuments restent intacts » se plaint un habitant. 

De plus, ces monuments du CNDD-FDD construits en violation des normes de l'urbanisme sont érigés tout près des poteaux électriques de la REGIDESO, précisent ces habitants. « Aucun de ces monuments n’a été détruit. L’exemple est celui de la route  Mutakura-Bubanza. Tous ceux qui avaient construit en face de ces monuments ont démoli leurs  maisons. Mais,  pas ces monuments. La situation est pareille à Nyakabiga.  Là aussi,  toutes les maisons ciblées ont été démolies.   Mais, pas ces monuments. C’est presque partout. Même aux quartiers  Ngagara, Jabe et Kamenge,  c’est la même chose. Dans tous  ces endroits, les maisons ont été démolies mais ces monuments n’ont pas été touchés. Parmi ces monuments, il y a ceux qui sont même construits tout près des poteaux électriques de la REGIDESO ».

A ce propos, la  rédaction de la RPA a tenté de joindre le maire de la ville de Bujumbura ainsi  que Gervais NDIRAKOBUCA,  ministre de l’intérieur, mais en vain.

Le procureur de Kirundo impliqué dans la contrebande du carburant.

Les habitants de la province Kirundo accusent le procureur de la république de la place d’être à l’origine de la pénurie du carburant. Cette autorité s’approvisionnerait en carburant dans les stations-services pour le revendre au marché noir à un prix exorbitant.

Les informations que nous détenons de nos sources en province Kirundo révèlent que tout a commencé mercredi de cette semaine lorsque les camions citernes sont arrivés en ville de Kirundo vers 9 heures du matin pour remplir le carburant de type essence dans les réservoirs de 4 station- services de cette province.

Notre source affirme que le procureur de la république à Kirundo, Gérard NIYOKINDI, s’est ensuite introduit la même nuit vers 19 heures dans la station-service d’un certain RWASA se trouvant devant le bar « AUBEGE DU NORD », et a  rempli le carburant de type essence dans 6 récipients communément appelés RUDIPAINTS d’une capacité  de 240 litres chacun. Il est allé conserver ce carburant à son domicile se trouvant au quartier Nyange-Bushaza.

Selon la même source, Gérard Niyokindi a acheté ce carburant a un officiel. Les habitants de Kirundo craignent que le carburant peut manquer dans cette province d’un moment à l’autre et qu’ils seront obligés d’aller l’acheter chez le procureur à un prix exorbitant.

Les habitants de Kirundo affirment également que ce n’est pas la première fois que cette autorité soit citée dans les magouilles de vente de carburant en complicité avec les imbonerakure surnommés Simba, Jay poli et Asase.

La rédaction de la rpa n’a pas encore joint le procureur de la république à Kirundo, Gérard NIYOKINDI, pour s’exprimer sur ces allégations.

Amendes et délai de grâce pour les propriétaires des constructions anarchiques.

Une amande allant de cinq cent mille et plus a été  exigée à ceux qui ont observé un retard dans la démolition de  leurs  constructions  anarchiques. Mais, certains habitants déplorent cette décision car les maisons de certains faucons  du CNDD FDD ne sont pas touchées. De plus,  ces habitants  paient ces amandes alors qu’ils sont entrain de démolir eux même leurs maisons.

Le premier à payer une amande pour avoir dépassé le délai fixé par le gouvernement est le nommé Raphael REMEZO du quartier Kinanira trois de la zone Musaga. Il a démoli, lui-même, sa maison et une amande de cinq cent mille lui a été infligée. L’autre est l’ancienne ministre de la justice, Aimée Laurentine Kanyana, de la zone Nyakabiga  qui a payé une amande d’un million de franc burundais.

 De leur côté, les habitants crient à une injustice car le maire de la ville de Bujumbura avait déclaré que de telles amandes vont être exigée une fois que le gouvernement aura engagé des machines pour démolir  ces maisons. Mais, rien n’a été respecté comme le témoigne cet habitant de Nyakabiga. « Lors de sa réunion avec les chefs de zone, les chefs de quartier et les administrateurs, il a rappelé à  tous ceux qui n’ont pas respecté le délai donné  que le gouvernement va engager  des machines pour démolir ces maisons et que ce sont les propriétaire de ces maisons qui vont payer ces machines. Mais,  le plus étonnant est de voir que ce sont les propriétaires de ces maisons qui sont en train de démolir eux même sans aucune machine pour démolir. Paradoxalement, on leur exige  de payer des amandes. En plus,  le chef de zone passe  ménage par ménage et menace  les propriétaires en leur disant la somme à payer. A  certains, il exige cinq cent mille, et à d’autres un million ».  

L’autre constat est le favoritisme qui caractérise cette activité de démolition de ces maisons. L’exemple est celui de l’alimentation « Vyukusenge » du ministre l’intérieur, de la sécurité et du développement communautaire,  Gervais NDIRAKOBUCA qui n’a été touchée jusqu’à présent alors qu’elle n’a pas respecté les normes de l’urbanisme. « L’elimentation Vyukusenge du  quartier Nyakabiga IIIest dans un immeuble qui abrite l’alimentation  même et une pharmacie.  On a fait des mesures sur cette avenue et toutes les maisons  se trouvant sur la même ligne que cette alimentation ont été marquées  et démolies. Mais,  cette alimentation Vyukusenge n’a pas été touchée. Les habitants se demandent toujours pourquoi elle n’a pas été touchée. Est-ce parce qu’elle appartient au ministre ? Nous demandons que le favoritisme s’arrête et qu’on nous traite de façon équitable », se lamente un habitant.

Contacté à ce propos, le maire de la ville de Bujumbura, Jimmy HATUNGIMANA n’a pas décroché son téléphone. L’après- midi de ce jeudi, le ministre de l’intérieur a adressé une correspondance au Maire de la ville pour demander un délai de grâce de deux semaines pour les personnes ci- haut concernées par les amendes.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 171 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech