Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Déception des  notables collinaires

Déception des notables collinaires

Les notables collinaires  sont déçus par le traitement leur réservé. Plus d’un an en fonction, ils n’ont ni matériel ni bureau de travail. Mais aussi, ces « conciliateurs » du peuple burundais n’apprécient pas les frais d’encouragement leur donnés.

Les notables collinaires, ou « Abahuza » ont été ré institués par décret présidentiel en juin 2020.Et ce conseil des notables est en fonction sur tout le territoire du pays depuis septembre 2022, 15 notables par colline. Les Abahuza assurent  la conciliation des Burundais en litiges au niveau des collines. En qualité d’institution judiciaire reconnue par la loi au niveau collinaire, le Conseil des notables a un avis sur toutes les affaires civiles relevant de la compétence des tribunaux. 

Les notables collinaires qui se sont confiés à la RPA déplorent la façon dont ils sont traités. Après 17 mois déjà passés en fonction, ils  font savoir qu’ils n’ont reçu les frais d’encouragement que deux fois. « La première fois c’était en 2023 et la seconde fois, au début de cette année 2024. Certains ont eu  36 mille francs burundais pour 6 mois c’est-à-dire, 6 mille francs d’encouragement  par mois, d’autres ont eu moins que ça. »  Regrette un des Abahuza qui précise toutefois que le président , son adjoint et le  secrétaire du conseil des Abahuza devraient avoir 45 mille francs en 6 mois chacun et  40 mille pour le reste des membres du conseil sur la même période de 6 mois, des montants que très peu ont déjà eu, selon nos sources.

Mis à part ces encouragements dérisoires, ces notables collinaires n’ont pas de matériel leur permettant de mieux accomplir la mission leur confiée. Un d'entre eux relève  également  le  manque de bureaux et des moyens de communication. « On nous a donné 10 mille francs seulement pour l’achat des unités de communication à utiliser durant 6mois, du crédit qui n’a duré que deux jours. Nous n’avons ni matériel ni bureau où nous pourrons travailler aisément. Il nous arrive souvent d’interrompre nos activités à cause de la pluie. »

Dans certaines localités du pays, ces frais de communication n’ont  pas encore été jusque-là donnés.  Les notables  des différentes collines du pays déplorent  qu’ils n’ont  pas aussi de canal pour exprimer leurs doléances et demandent aux autorités habilitées d’organiser des séminaires de formation et des réunions à leur intention, au cours desquelles ils pourront présenter leurs doléances.

 

SOSUMO, droit au naufrage ?

SOSUMO, droit au naufrage ?

Manque d’herbicide pour le sarclage, des machines en panne non réparées, une mauvaise gouvernance,  autant de problèmes qui hantent la SOSUMO et font craindre son naufrage.

L’activité de sarclage  à la Société Sucrière de Moso  débute chaque année culturale  au mois d’octobre pour prendre fin le  15 du mois de mars de l’année suivante. L’on fait le sarclage en combinant l’activité manuelle et les herbicides. Cependant  pour cette année, cette étape est perturbée par le manque de l’herbicide. Alors que ce produit est habituellement disponible depuis  d’octobre,  pour cette année, il n’est toujours pas disponible à  moins de 20 jours  de la fin de la période consacrée au sarclage. Le peu de produits qui  a été utile jusqu’au mois de décembre dernier était resté l’année culturale  passée.

Une mauvaise gouvernance de la société

La société  de production du sucre SOSUMO avait produit  un peu plus  13 290  tonnes de sucre la dernière campagne  alors qu’elle a été conçue pour produire plus ou moins 20 mille tonnes par campagne. Mais qu’est-ce qui est à l’origine de la diminution de la production ? Selon des sources concordantes, viennent en premier  des problèmes techniques. Les  machines pour remorquer la canne à sucre  sont peu  nombreuses et vétustes.     

 « Les machines sont insuffisantes et  des fois l’on est obligé d’aller chercher les cannes loin de l’usine. Au  début de la campagne  dernière, on produisait  en moyenne  150 tonnes par jour. Mais la production diminuait  du jour au lendemain et vers la fin de la campagne, on en était à moins de   30 tonnes par jour. » Nous a confiés un des employés de la société.

De  plus selon nos sources, la réparation des machines   endommagées n’est pas automatique. Il faut  attendre longtemps pour penser à  la réparation  ou tout simplement   ces machines sont abandonnées et des millions sont dépensés  pour les remplacer.

A côté  de ces problèmes techniques, les employés de la société de culture de cannes à sucre, de production et de commercialisation du sucre révèlent une exploitation des champs des cannes par certains responsables de l’usine. Les plantations de cannes ont été mélangées avec des cultures vivrières.   «  Ils ne se  préoccupent  que des  récoltes qu’ils tirent des plantations de maïs, du haricot, du riz, des patates douces et maniocs et beaucoup d’autres plantes. »  Déplore une des sources internes.

Aloys Ndayikengurikiye,  Administrateur Directeur Général de  la SOSUMO a refusé de nous donner sa réaction par téléphone.

 

 

Le personnel civil de l’armée burundaise réclame l’harmonisation salariale

Le personnel civil de l’armée burundaise réclame l’harmonisation salariale

Les employés civils  de l’armée burundaise demandent  au  gouvernement de les rétablir dans leurs droits. Ils viennent de passer plus de 5 ans à réclamer des salaires et indemnités conformes à leurs catégories. Une harmonisation déjà faite pour leurs collègues qui travaillent pour la police nationale.

Depuis 2016, le personnel civil de la police nationale, sous statut spécial, a déjà bénéficié de l’ajustement salarial conformément à leurs catégories. Leurs collègues de l’armée nationale, eux attendent toujours. En 2018,  le président de la République de cette époque a même promulgué un décret-loi qui prévoyait l’harmonisation de leurs salaires mais jusqu’à présent ce décret-loi n’a jamais été mis en application, explique l’un des employés civils de l’armée burundaise. « Le décret-loi de 2018 devrait entrer en vigueur immédiatement  et nous étions tous impatient que nous allions finalement jouir de nos droits. Mais nous avons attendu cela en vain. Nous avons réclamé nos droits  mais notre dossier reste  sans suite.»

Tous les autres fonctionnaires de l’Etat viennent de bénéficier de l’harmonisation des salaires, excepté le personnel civil de l’armée burundaise. « Vers qui allons-nous nous tourner puisque nous ne  figurons ni parmi ceux qui sont sous statut de la fonction publique ni parmi ceux qui sont régis par le statut spécial ? » S’interroge notre source.

Les employés civils de l’armée  interpellent le ministre de la défense nationale, Alain Tribert Mutabazi, de sortir de son silence. Ils demandent également intervention du Président de la République.

Nous n’avons pas pu recueillir le commentaire du ministre de la défense nationale, Alain Tribert Mutabazi.

Mutimbuzi : Une attribution irrégulière des stands du marché de Rubirizi

Mutimbuzi : Une attribution irrégulière des stands du marché de Rubirizi

La distribution des stands dans le  nouveau marché de la zone Rubirizi est en cours. Une activité émaillée de plusieurs magouilles, d’après les commerçants de cette zone de la commune Mutimbuzi en province Bujumbura. Ils pointent du doigt l’administrateur de cette commune et certains de ses conseillers.

Les travaux de  construction du nouveau marché de la zone Rubirizi ont  débuté en 2021. Notre source  fait savoir que les commerçants œuvrant dans cette zone avaient donné de l’argent pour bénéficier des places dans le nouveau marché. A leur grande surprise, de nouveaux visages sont servis en premier. « Certains commerçants  ont payé  à  hauteur de  trois cent mille francs burundais pour les principaux stands  et les autres ont donné  une somme variant entre deux  mille et cent mille. Et c’est à l’aide de cet argent qu’ont débuté les travaux  de construction de ce marché. Et maintenant, ils ont leurs favoris. Pourtant lorsqu'on faisait même des travaux communautaires, on ne les voyait pas », fustige un de ces commerçants lésés.

Selon toujours ces commerçants, le commissaire chargé de l’attribution des stands avait déjà dressé une liste d’attribution que  l’administrateur de Mutimbuzi et ses conseillers ont annulé. Le même administrateur s’est servi en premier et a pris les stands les mieux placés, dénoncent les commerçants. «  L’administrateur Siméon Butoyi et deux de ses conseillers, le prénommé Obel et le Conseiller chargé des questions de développement sont en train de distribuer nos stands aux autres. L'administrateur et ses conseillers ont pris tous les dépôts et hangars alors qu’il y a d’autres commerçants qui ont de capitaux et qui sont à mesure de travailler dans ces stands. »

Contacté, Siméon Butoyi, l’administrateur de la commune Mutimbuzi a refusé de s’exprimer sur ce sujet. Sans précision, il  a répondu au journaliste  que seuls les porte-paroles peuvent  s’exprimer.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 242 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech