Des biens des opposants en exile vendus aux enchères par Gitega

Vente aux enchères depuis ce lundi 09 novembre des biens saisis par le ministère de la justice. Certains des objets en vente appartiennent aux personnes accusées d'avoir participé au coup d'État manqué de 2015. Pour ce deuxième jour, le ministère de la justice qui pilote cette vente a interdit aux journalistes l’accès à cet endroit où se déroule ladite vente.

Des cadres de différents ministères, ceux de l’administration, des forces de l'ordre et de sécurité ainsi que ceux du parti au pouvoir le Cndd-Fdd, sont les plus présents dans les enceintes du ministère de la justice situé sur le boulevard de l’UPRONA où se déroule cette vente aux enchères.

Des voitures, des motos, des lits, des matelas, des canapés, des chaises en plastique, des tapis, des casseroles, des réfrigérateurs sont quelques-uns des produits exposés. Ces biens qui font objet de vente aux enchères sont classés en 2 catégories. La première catégorie est constituée de biens appartenant aux personnes que le gouvernement accuse d'avoir participé au coup d'Etat manqué de 2015. La seconde catégorie est composée de biens saisis par les services de l’office burundais des recettes, OBR en sigle, dans le cadre de la lutte contre la fraude.

Dans un communiqué sorti ce 6 novembre, la ministre de la justice a annoncé que cette vente aux enchères a été organisée pour permettre que les objets restent d’usage d’intérêt général   mais aussi dans le but d’éviter leur vétuste.

Ce mardi 10 novembre, deuxième jour de cette activité, des centaines de gens visitaient les objets en vente. Les journalistes des médias privés et publics ont été empêchés d'assister à cette vente. Les services de la communication du ministère de la justice ont même interdit aux journalistes de prendre des photos. Cette vente aux enchères qui se tient dans les bâtiments de l’ancienne présidence de la République, prendra fin ce samedi 14 novembre.