Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Tanzanie : Les aléas climatiques affectent les réfugiés burundais du camp Nyarugusu

Tanzanie : Les aléas climatiques affectent les réfugiés burundais du camp Nyarugusu

Des activités sont perturbées au camp des réfugiés de Nyarugusu  depuis le début de cette semaine. Les pluies torrentielles ont détruit un pont qui mène dans ce camp. Les réfugiés subissent déjà les conséquences, l’approvisionnement alimentaire est touché.

Les fortes pluies qui se sont abattues sur le camp de Nyarugusu en Tanzanie en début et vers la fin de la semaine passée ont causé beaucoup de dégâts. Parmi ces dégâts, la destruction  d’un pont situé dans la localité de Makere  où passent les véhicules qui approvisionnent ce camp.

Les conséquences de la destruction de ce pont n’ont pas tardées. La quantité des vivres offerts aux réfugiés a été momentanément diminuée parce que les véhicules chargés de l’approvisionnement ne peuvent plus accéder au camp, expliquent des réfugiés de ce camp Nyarugusu.  

Ce lundi, les réfugiés burundais ont bénéficié  de haricots, du sel et de l’huile  en quantité prévue mais, mentionnent nos sources, ils ont eu une petite quantité de la farine de maïs et de blé. Le reste leur sera distribué  après deux semaines  quand ce pont de Makere sera rétabli, ont-ils été informés.    

Mise  part les dégâts enregistrés dans ce camp, ces pluies abondantes ont également emporté des vies humaines dans la province de Kigoma, une province où se situe les camps des réfugiés burundais et congolais de Nyarugusu et Nduta.

Au 31 Octobre cette année 2023, le camp de Nyarugusu comptait 47 981 réfugiés burundais, selon les chiffres du Haut-Commissariat pour les Réfugiés.

Des chimpanzés s’offrent une liberté

Des chimpanzés s’offrent une liberté

Depuis 5 jours, deux chimpanzés qui se sont échappés du musée vivant de Bujumbura  situé au quartier Asiatique perturbent la population de ce quartier. Ils causent beaucoup de dégâts matériels et risquent aussi de causer des accidents de la route.

 Les deux Chimpanzés  ont  quitté leur cage au musée vivant de Bujumbura le  jeudi 5 Octobre. Ces  chimpanzés errent ici et au  quartier Asiatique et circulent jusqu’au quartier Kabondo, proche du quartier Asiatique de la ville de Bujumbura. Les deux chimpanzés s’introduisent  dans n’importe quel bar sur leur passage. Ils s’invitent à boire de la bière et à manger tout ce qu’ils trouvent sur leur chemin. ‘’Ils aiment surtout les bars, et se servent de la bière comme des humains. Ils prennent la nourriture sans crainte et cassent tout ce qui se trouve sur leur chemin.’’ Témoigne un des habitants du quartier Asiatique.

Les deux chimpanzés ont déjà causé beaucoup des dégâts matériels mais restent toujours en mouvement et en pleine liberté. La population trouve que le musée vivant n’a pas les moyens de les arrêter et elle craint que ces deux primates causent même des accidents de la route. ‘’Ils risquent de causer des accidents, car ils  vont souvent au milieu de la route. Nous nous demandons ce qui est en train d’être fait par le ministère concerné. A voir l’évolution des choses, on devrait déjà mettre en place un moyen de surveillance de ces animaux car ils risquent de provoquer des accidents dans les routes à tout moment.’’

Cette population  se demande qui va payer les dégâts causés par les deux chimpanzés.  

Nous n’avons pas encore pu recueillir ma réaction des responsables du musée vivant de Bujumbura.

Cibitoke : Un sinistre fait plusieurs centaines de victimes

Cibitoke : Un sinistre fait plusieurs centaines de victimes

Plus de cinq personnes ont été blessées et plus de six cent maisons ont été endommagées par les pluies torrentielles qui se sont abattues sur les communes Buganda et Rugombo de la province Cibitoke jeudi soir.  Les sinistrés n’ont ni nourriture ni abris.

L’hôpital de Cibitoke alite depuis le soir de ce 26 Octobre, des  habitants de la province Cibitoke qui  ont été blessés suite aux pluies torrentielles qui se sont abattues sur cette commune. Certains ont été blessés suite aux effondrements des maisons, d'autres par des poteaux électriques qui leur sont tombés dessus.

Ces pluies  ont aussi détruit des centaines de maisons en commune Buganda. ‘’Il y a eu beaucoup de pluies mêlées du vent violent. Plusieurs  maisons ont été emportées et les tôles se trouvaient au milieu de la rue. Actuellement les victimes de ces pluies diluviennes  ne savent plus à quel saint se vouer. Elles se sont retrouvées sans abri.’’ Témoigne un habitant de Buganda  qui précise que la situation est plus compliquée  pour les locataires car ceux qui n'ont pas d'argent pour louer d’autres maisons  vont rester dans la rue.

La commune Rugombo  de la même province Cibitoke  n’a pas été épargnée  par  ces catastrophes naturelles. Ces pluies ont presque  tout emporté.

La population de ces deux  communes  Buganda et Rugombo demande  au gouvernement de lui venir en aide, surtout de lui fournir des tôles pour réhabiliter les maisons détruites.  Ces pluies intenses sont également à l’origine de la coupure du courant électrique dans les communes car les poteaux qui servaient de support des fils conducteurs sont tombés.

Les informations  collectées sur place  font savoir que certaines autorités faisant partie du comité administratif de la province Cibitoke ont déjà commencé à établir des listes des victimes pour solliciter de l’aide.

A quand la protection de la population de Gatumba?

A quand la protection de la population de Gatumba?

 Il y a plus d’une année, le gouvernement Burundais avait annoncé un projet de construction d’une digue qui empêcherait le débordement des eaux de la rivière Rusizi dans la zone Gatumba.  Alors qu’on entre dans une nouvelle  saison pluvieuse, le projet n’a pas été réalisé plutôt annulé. Une annonce qui n’a pas plu aux  habitants de cette zone frontalière avec la République Démocratique du Congo.

 

‘’ Nous avons finalement réalisé que la construction de cette digue n’est pas la  meilleure solution car  elle allait être construite sur une longueur de deux kilomètre seulement.’’ A expliqué Anicet Nibaruta, président de la commission nationale en charge de la gestion des catastrophes.

Dans un atelier tenu en date du 18 Septembre, le patron de la commission en charge de la gestion des catastrophes a précisé qu’ils avaient déjà eu le financement du PNUD pour réaliser ce projet. Une enveloppe de  350 000 USD, a-t-il mentionné et de déclarer qu’il s’est avéré nécessaire de changer de projet afin de protéger toute la zone Gatumba. Pris en main par la primature du pays, le projet a été confié à 5 ministères : le ministre de l’intérieur, le ministre de l’environnement, le ministre de la solidarité nationale, le ministre des finances et celui des infrastructures. Ce dernier a été chargé de mettre en place une commission qui étudiera et identifiera  toutes les localités qui sont menaces par les inondations en zone Gatumba.

 

Désespoir  des habitants de Gatumba

Les habitants de la zone Gatumba  commune Mutimbuzi en province de Bujumbura  qui ne cessaient de réclamer la réalisation du projet  sont affligés suite à cette décision du gouvernement.

’Nous avons eu espoir lorsque nous avons  appris que le gouvernement allait  construire cette digue et nous protéger contre les inondations. Depuis aux moins trois ans, durant chaque saison pluvieuse l’eau déborde et des milliers de familles n’ont plus d’abri. Alors nous sommes désespérés depuis que nous avons appris  le projet est annulé.’’ Nous a dit un habitant de la zone.

Les services météorologiques ayant déjà averti qu’il y aura de fortes précipitations  au cours de cette saison pluvieuse qui a commencé avec le mois de Septembre,  cette population de la zone Gatumba (ouest de la ville de Bujumbura) demande au gouvernement d’accélérer le projet et la protéger avant qu’il n’y ait d’autres catastrophes  naturelles.  

Depuis 2020, des milliers de  familles perdent leurs abris suite à ces inondations.  Jusqu’aujourd’hui, au moins 10  mille déplacés sont dans les sites de Kigaramango et Sobel.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 736 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech