Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Simples caprices ou tentative de spoliation des biens de la population ? Les riziculteurs de Rugombo alertent

Simples caprices ou tentative de spoliation des biens de la population ? Les riziculteurs de Rugombo alertent

Les riziculteurs de la commune Rugombo, province Cibitoke lancent un cri d’alarme et demandent que le conduit d’irrigation de leurs champs soit à nouveau opérationnel. C’est après que tous les canaux  ont été fermés sur ordre de l’administrateur communal. La raison avancée serait que ces conduits sont en train d’être récurés. Ce qui irrite les riziculteurs qui risquent d’enregistrer d’énormes pertes.

Ces riziculteurs lésés sont ceux dont les champs sont situés en zone Cibitoke, et plus précisément sur la colline Kagazi. Ces derniers font savoir qu’ils utilisaient les caniveaux de la place pour irriguer leurs champs. Et, depuis qu’il a été décidé de bloquer le passage de l’eau dans ces caniveaux, leurs plants de riz commencent à sécher, d’où ils craignent le pire.  ‘’ Cela fait deux semaines que les champs ne sont plus irrigués alors qu’ils étaient presque à points. On est allé demander des explications aux gens chargés de la distribution de cette eau, mais ces derniers nous ont dit que cette question est désormais entre les mains de l’administrateur.’’ Se désole un des riziculteurs qui s’est  confié à la RPA.

Selon notre source à Rugombo, ces riziculteurs sont allés supplier l’administrateur pour qu’il annule sa décision, mais ce dernier leur a dit d’attendre la fin des travaux afin de pouvoir reprendre leurs activités. Ce qu’ils ont pris comme un acte de méchanceté et de sabotage vu que dans les autres communes, cette problématique a été résolu à l’amiable, sans léser personne. ‘’Il nous a dit d’attendre que tous les caniveaux soient récurés. Mais pour nous, ça sera trop tard car on ne pourra plus rien sauver vu que déjà les tiges commencent à faner. Pourtant, nous payons pour ces canalisations. On a même demandé qu’il y ait un système d’alternance, c’est-à-dire que ce canal soit fermé pendant 2 jours pour travaux, et que durant les 3 jours suivants, on nous laisse irriguer nos champs comme ça se fait en commune Gihanga. Mais ils ont carrément refusé.’’ S’est indigné cet autre cultivateur qui brosse le tableau de tous les investissements qui vont partir en fumée. ‘’Une portion de 60 m sur 60 se loue à 800 ou 900 mille francs burundais. Pour ce qui est des intrants de marque FOMI, on peut utiliser 3 à 4 millions de francs burundais en fonction de la parcelle qu’on exploite. Et c’est sans oublier les pesticides ainsi que la main d’œuvre utilisée pour le sarclage. C’est beaucoup trop d’argent.’’

Les conséquences de cette mesure de l’administration de la commune Rugombo risquent d’être plus graves, craignent ces riziculteurs qui se voient dans l’incapacité de rembourser les crédits contracter dans des banques et la saisie de leurs biens hypothéqués.

La Rédaction de la RPA n’a pas encore pu joindre Gilbert Manirakiza administrateur de la commune Rugombo et à l’origine de cette décision de fermeture de l’eau, pour de plus amples éclaircissements.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 131 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech