Une adolescente violée par le mari de sa tante à Ngozi

La population de la commune Nyamurenza en province Ngozi dénonce l’étouffement de l’affaire de  viol d’une jeune fille âgée de 16 ans. L’accusé est  le mari  de sa tante qui l’héberge. Selon les voisins, ce couple a mis sur pied un plan visant à dissimuler le crime  en soudoyant certaines personnes au courant de l’affaire.

Le présumé violeur s’appelle Nshimiye alias Général, membre du conseil collinaire du quartier Kinyami en commune et province Ngozi. Les informations en provenance de la localité indiquent que  cet homme a profité de l’hospitalisation de sa femme pour violer la nièce de celle-ci, une adolescente de 16 ans qui habite à son domicile. ‘’ Ça faisait longtemps qu’il la harcelait mais la jeune fille ne voulait pas de lui. Ils étaient restés tous seuls avec deux petits enfants. Il a  par la suite fait semblant d’être malade, est allé toquer à la  chambre de la jeune fille et lui a ordonné de lui apporter de l’eau à boire. Lorsqu’elle lui en a procuré, il l’a prise de force et l’a violée ‘’, a témoigné un habitant de la place.

 

Le nommé Nshimiye a par la suite  donné des pots-de-vin aux autorités collinaires dont les chefs de cellules dudit quartier pour étouffer l’affaire, révèlent les mêmes sources locales. Les autres personnes qui auraient  pris part à cette corruption sont les animateurs communautaires dont  un certain Bucumi alias « OISEAU ». ‘’  La fille n’arrêtait pas de crier. Quand les  voisins ont débarqués, elle leur a raconté toute l’histoire et ils ont alerté le prénommé Nestor alias Kazungu, le chef du quartier. Il a donné à cette autorité une somme de 500.000francs burundais. C’est le chef du quartier qui s’est par la suite chargé des animateurs communautaires qui avaient amené la fille à l’hôpital en leur donnant une partie de l’argent. Ces derniers  ont alors inventé une histoire selon laquelle au moment où elle était allée acheter du sel, elle aurait été violée par une personne inconnue avant de détaler ‘’, a également révélé un des voisins du conseiller collinaire.

 

Les mêmes informations précisent qu’après avoir été mise au courant de la situation, la femme de l’accusé a fait mine de rien et s’est rangée du côté de son mari. Pour le moment, le voisinage indique que la victime se trouve actuellement dans un état de dépression étant donné que le couple l’a contraint de rester sur le lieu du viol. ‘’ L’adolescente est pour le moment dans une situation lamentable parce qu’elle est obligée de toujours regarder en face son agresseur qui se trouve être le mari de sa tante. Ils ont opté de la payer 20.000 par mois et de lui acheter des habits  pour qu’elle reste dans cette famille et qu’elle ne révèle pas l’histoire ‘’.

 

Les voisins estiment que de tels crimes devraient être dénoncés afin que le couple soit sévèrement sanctionné.

Nous avons tenté de joindre le chef de quartier Kinyami accusé d’avoir étouffé l’affaire, mais en vain.