Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Le directeur de l’AACB accusé de détournements de fonds via des formations truquées.

Le personnel de l’Autorité de l’Aviation Civile du Burundi dénonce les irrégularités observées dans l’organisation d’une formation de sapeurs-pompiers. La formation organisée au Burundi et à l’extérieur afin de détourner les fonds de l’entreprise.

Les premières magouilles dénoncées par les employés de l’Autorité de l’Aviation Civile du Burundi (AACB) sont relatives à une formation de 12 jours qui a été organisée du 14 au 26 octobre 2019 à Bujumbura par des formateurs en provenance de la Zambie, sans l’autorisation de l’Organisation de l'aviation civile internationale.

A l’époque, la commission de l’état chargée d’audit a déclaré que cette formation était illégale et truquée, indique notre source. « Concernant ces formations, nous avons été formés pendant 12 jours par les formateurs qui sont venus de la Zambie illégalement parce qu’ils n’avaient pas l’autorisation de l’Organisation de l'aviation civile internationale, OACI. Ces formateurs ont été pris en charge par l’AACB pour leur séjour à Bujumbura. Les auditeurs dans ce domaine sont venus. Après analyse, ils ont confirmé que la formation en soit était frauduleuse. Les auditeurs n’ont pas compris comment  tous les travailleurs peuvent se présenter en formation sans qu’aucune équipe ne vaque au poste de travail. Les responsables n’ont pas donné des éclaircissements. Les auditeurs ont alors annulé la valeur de cette formation parce qu’il n’y avait même pas de  matériel approprié ».

Pour éviter que l’aéroport international de Bujumbura soit sous sanctions de l’OACI, il a été ordonné à l’entreprise d’envoyer 12 de ces travailleurs au Cameroun pour suivre une formation en matière de sapeurs-pompiers aéronautiques. Ce qui a poussé l’Autorité de l'Aviation Civile de dépenser plus d’un milliard de franc burundais, poursuit notre source. « Dans le but de ne pas subir de sanctions, ils ont ordonné à notre administration  d’envoyer 12 travailleurs au Cameroun où il y a une école de sapeurs-pompiers des aéroports et de faire venir  12 autres sapeurs-pompiers expérimentés des autres aéroports pour remplacer cette équipe partie en formation. Cette équipe de 12 sapeurs-pompiers venus de l’étranger a été totalement prise en charge par l’AACB, y compris les assurances et l’hôtel de 50$ par jour. Pour les 12 employés qui sont partis au Cameroun, il a été dépensé pour chacun à peu près 2 millions de franc burundais. L’entreprise a ainsi dépensé à peu près 1 milliard de franc burundais pour les deux formations ».

Emmanuel Habimana , directeur général de l’AACB n’a toujours pas répondu à notre appel.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 138 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech