La complicité des autorités administratives et policières dans la fraude risque d’accroître la propagation du Covid-19

Saisi ce mardi 16 juin de pagnes et sachets par la police de la commune Rugombo, province Cibitoke. Constitué de pagnes et sachets plastiques, ce lot de marchandises était caché car entré frauduleusement en provenance de la République Démocratique du Congo.

126 pagnes et 2 sacs remplis de sachets plastiques, c’est la quantité de marchandises illicites saisies par la police le matin de ce mardi. Des sachets dont le commerce a été prohibé au Burundi dans l’objectif de la protection de l’environnement. Ces marchandises frauduleuses se trouvaient au domicile d’un certain Elam Mbabarempore mais, selon les informations sur place, elles appartiendraient à une certaine Joséphine Ntakirutimana que la police a par après interceptée et emprisonnée.

Ces marchandises ont été saisies dans le secteur Munyika 2 communément appelé quartier Social, juste derrière les locaux de la commune Rugombo, un quartier dans lequel résident la plupart des administratifs notamment l’administrateur communal ainsi que certains officiers de police et des services des renseignements. Pourtant, c’est le commissaire provincial qui habite au chef-lieu de la province Cibitoke qui est intervenu en premier lieu et qui a donné l’ordre d’arrêter les responsables de cette fraude. 

Les habitants de cette province affirment que ce commerce illicite est pratiqué par certaines autorités administratives locales et territoriales, les Imbonerakure, certains leaders du parti au pouvoir dans cette province ainsi que certains éléments de la police. Raison pour laquelle un autre lot de 246 pagnes et 4 sacs de sachets plastiques saisi vendredi dernier est passé sous silence car appartenant à un haut gradé de la police de cette localité.

La rédaction de la RPA a essayé en vain de joindre Joseph Iteriteka, gouverneur de la province Cibitoke. Pour le moment, la peur d’attraper le Coronavirus règne au sein de la population de cette localité étant donné que ces commerçants s’approvisionnent dans une région de la RDC qui enregistrerait de nombreux cas positifs au Covid-19.