Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

SOSUMO : Des primes qui créent des mécontentements

 SOSUMO : Des primes qui créent des mécontentements

Seul 1/10  du  personnel de la  Société Sucrière de Mosso   a bénéficié  des primes  d’intéressement de fin de campagne de production. Le reste  du personnel estime que  la mesure n’est pas équitable. Non seulement  tout le personnel a  participé  à cette campagne mais aussi l’entreprise qui fait face à des difficultés financières  n’avait  pas besoin de telles dépenses inutiles.

 En date du 7 de ce mois, une réunion du  comité de direction de la SOSUMO  s’est tenue  dans les enceintes de cette société en province Rutana pour analyser des dossiers urgents, selon les propres termes de  la déclaration sanctionnant la réunion.

Parmi les dossiers jugés urgents  figuraient la question d’intéressement à octroyer au  personnel exerçant  la fonction administrative  et  ceux qui  prestent  des heures supplémentaires. Ce groupe  a été  divisé  en 6 petits  groupes. Les membres de ce groupe  ont reçu des primes pour, trouve-t-on  dans ladite  déclaration, reconnaissance des efforts fournis pendant la campagne  de récolte et d’usinage de la  canne à sucre 2023. La prime octroyée varie entre cent cinquante mille  et  un million  de francs burundais. Le premier sous-groupe est composé des membres du comité de direction,  et ce sont eux qui ont reçu  la grande somme.

Au total une cinquantaine d’employés de la SOSUMO ont eu ces primes  pour une entreprise qui compte plus de 500 employés. Le reste du personnel  trouve cette décision injuste.

 « Les personnes qui œuvrent en pleine campagne et qui  travaillent en rotation  la nuit sont les seuls des travailleurs ordinaires, qui ont accès à des primes des heures supplémentaires. Quant aux  cadres, ils n’ont pas normalement accès à des primes des heures supplémentaires ; sauf ceux du  département agricole et  technique. Les cadres de ce département compte tenu de leurs prestations, peuvent intervenir  la nuit  en cas de pannes, ou encore durant  les week-ends. Dans ce cas, ces derniers peuvent bénéficier de ces primes. »  Explique un des employés de la SOSUMO.

Le personnel de la SOSUMO  exclu estime que la mesure  vise à les diviser. « S’il s’agit de l’argent à donner aux employés, que tout le monde ait sa part  puisque tout le monde a travaillé. Ce qui est étonnant, on entend parler d’un montant d’un million pour la direction. Qu’est- ce qu’ils ont fait de plus que les autres ? Que la direction nous  explique les critères d’attribution de ces primes. »

Les employés de la SOSUMO rappellent aussi que leur entreprise connait une très mauvaise situation financière au point que pour se relever, elle compte nouer un partenariat avec   Sarrai Group, une multinationale qui a son siège  à Kampala en Uganda.

La  dernière campagne de production du sucre a débuté tardivement et a pris fin avant l’échéance  habituelle. Sa production a été  la pire que la société n’ait jamais connu auparavant. Un peu plus de  13 mille tonnes pour une entreprise qui avait été conçue  pour produire  20 mille tonnes par an.

Sur ce sujet des primes, l’Administrateur Directeur Général de la SOSUMO, Aloys Ndayikengurukiye  demande à tout employé lésé de s’adresser directement à lui pour qu’il lui donne des éclaircissements.

 

 

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 701 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech