A Gitega, la rentrée scolaire a eu lieu avec quelques problèmes.

La rentrée scolaire s'est bien déroulée d'une manière générale dans la province Gitega. Quelques problèmes se sont cependant fait remarquer à certains endroits comme certaines irrégularités observées dans l'orientation des élèves internes, le manque de matelas à certains établissements et le ticket de transport élevé pour les élèves venant de loin de Gitega.

A quelques écoles de la capitale visitées, les élèves et éducateurs s'étaient présentés. Certaines ont procédé au démarrage des cours et d'autres s'occupaient du placement des élèves dans des salles de classe ou des travaux de propreté. Toutes les écoles ont, dans l'ensemble, ouvert leurs portes.

Toutefois, certaines irrégularités sont à signaler telles les demandes de recours d'orientation non encore honorées et les orientations des élèves dans des sections inexistantes. Spécialement dans des écoles à régime d'internat, on parle de l'erreur d'orientation de certaines filles dans des écoles sans internat pour filles, de l'insuffisance et de la vétusté des matelas, de la pénurie de l'eau potable qui persiste et autres.

La rentrée scolaire coïncidant avec la pénurie du carburant dans le pays, les élèves provenant de loin de la capitale politique GITEGA ont dû payer un ticket de transport cher car les chauffeurs disent que le carburant leur coûte cher.

Par exemple, un élève dit  qu'il a quitté la Commune Mishiha de la province Cankuzo pour se rendre à Gitega et a payé 18000 francs alors que le ticket de transport en temps normal est de 13000 francs.

Un autre problème qui persiste est celui de l'insuffisance des enseignants. Les écoles font recours aux bénévoles qui sont payés par les parents à raison de 1000 francs par élève et par trimestre. L'insuffisance des supports et manuels pédagogiques s'observe aussi à plusieurs écoles à cause du nombre élevé des éduqués dans des salles de classe à certaines écoles. Il s'observe aussi d'autres problèmes comme l'insuffisance des bancs pupitres à certains établissements.