Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Poursuite d’interdiction de toute activité génératrice de revenus au Burundais du camp de réfugiés de Nduta.

La matinée de ce vendredi, des policiers ont mené une opération de saisie de toutes les machines à coudre appartenant aux réfugiés burundais du camp de Nduta. Ces policiers étaient accompagnés par des agents de sécurité appelés Basungusungu.

Les réfugiés du camp de Nduta déplorent la persécution dont ils sont victimes du jour au lendemain. Après l’interdiction d’utiliser les motos et bicyclettes dans ce camp, il n’est plus question aujourd’hui d’utiliser les machines à coudre. Ce vendredi, une fouille été menée pour non seulement saisir les machines à coudre mais aussi enregistrer les ménages qui les détiennent. « L’on dirait qu’il y’aurait un pêché qui nous serait reproché. L’on se demande l’infraction qu’on aurait commise dans ce pays. Apres la mesure d’interdire toute circulation de motos et de bicyclettes dans le camp, ils viennent d’introduire une nouvelle mesure. Ils sont entrain de saisir les machines à coudre. Ils mènent des enquêtes et enregistrent les détenteurs de ces machines à coudre», témoigne un réfugié du camp.  

Ces machines à coudre avaient été octroyées aux réfugiés par les associations qui œuvrent dans l’enseignement des métiers dans ce camp et d’autres issus des efforts consentis par les réfugiés eux-mêmes pour pouvoir survivre. Les réfugiés burundais s’étonnent donc de la saisie de ces machines. « Il y’ a des associations qui ont appris à coudre aux réfugiés et qui leur ont donné des machines à coudre à la fin de la formation. D’autres réfugiés se sont débrouillés pour s’en procurer. Et voilà que toutes ces machines à coudre sont en train d’être collectées. Les réfugiés sont alors consternés et accablés», poursuit- il    

Les informations dignes de foi en provenance du bureau du président du camp de Nduta révèlent que des fouilles régulières seront menées dans les ménages pour saisir tout objet et matériel sans facture. Une situation qui inquiète et indigne les réfugiés qui trouvent qu’il s’agit des stratégies qui visent à les rapatrier de force. Ils demandent ainsi d’être traités à la manière d’autres réfugiés au monde.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 508 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech