Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Dix jours après la disparition de P. Niyonizigiye : Perte d’espoir de la famille face au silence complice de la Cnidh

Disparition dix depuis jours  d’un fripier de la ville de Gitega connu sous le nom de Prosper NIYONIZIGIYE. Il a été arrêté par les services secrets de la place  la nuit du  23 octobre dernier après l’explosion d’une grenade au quartier NYAMUGARI. La famille demande l’intervention de la CNIDH.

Le dernier à avoir vu Prosper NIYONIZIGIYE,  c’était  le 23 octobre vers 21 heures quelques minutes après l’explosion d’une grenade au quartier  Nyamugarari dans la ville de Gitega.

 Prosper NIYONIZIGIYE se rendait  voir un de ses proches nommé  Gérard Bukuru qui, selon des sources à Gitega, était blessé  par les éclats  de grenade qui avait été lancé dans  une buvette. Les deux ont disparu la même  nuit.

Le lendemain matin,   seul Gérard Bukuru a été est retrouvé mort tiré par balle. Quant à  Prosper NIYINIZIGIYE,la famille nourrit encore l’espoir de le  retrouver vivant. « Le nôtre est disparu et on est chagriné  par le fait qu’on ne sait pas où il est pour qu’on puisse connaître sa situation ou qu’on puisse lui apporter  à manger. Nous supplions  les  autorités administratives et policières à  tous les niveaux  de  s’impliquer dans ce dossier. S’il est toujours gardé  à la documentation,  qu’elles s’en  chargent pour le faire sortir sain et sauf », se meut encore d’espoir un des proches.

S’il est encore en vie,  la famille craint qu’il a été sérieusement torturé. Elle appelle la CNIDH de lui  venir en aide. « Les défenseurs des droits de l’homme au Burundi en l’occurrence la CNIDH pourrait voir comment nous aider à  sauver la vie du nôtre   si par chance il  est  encore vivant. On le voit toujours, des gens qui sont arrêtés dans de telles circonstances survivent rarement », désespère un des proches de la victime.

La rédaction de la RPA a tenté de joindre le président de la CNIDH mais sans y parvenir. Après  dix jours de l’assassinat  de Gerard BUKURU et la disparition de son beau-frère, Prosper  NIYINIZIGIYE, les administratifs et les responsables de la CNIDH n’ont pas encore réagi ou gardent un silence complice.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 381 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech