Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Quand des parents hypothèquent l’avenir de leurs enfants

Le phénomène d’enfants de la rue en province Gitega échappe de plus en plus à tout contrôle et n’est pas prêt à être maîtrisé. Ayant abandonné l’école faute de moyens ou par négligence de la part de leurs parents, ces enfants sont quelques fois à l’origine de l’insécurité, surtout dans la ville de Gitega où leur nombre ne cesse d’augmenter.

Ils sont très nombreux et leur effectif n’est jusqu’à présent pas connu. Il s’agit des enfants de la rue qui déambulent dans la ville de Gitega, la nouvelle capitale politique du pays. Mais, selon les associations qui militent pour les droits des enfants, ces derniers sont estimés à à peu près 50. Pourtant, ces enfants ne sont pas orphelins. Mais, à cause de la pauvreté qui gangrène les familles, certains enfants quittent leurs maisons familiales et se débrouillent pour trouver de quoi mettre sous la dent.

‘’A la maison, la plupart des cas, la vie est difficile. Pour cela, tu dois aller dans la rue pour chercher comment vivre. On dort n’importe où. Parfois, il y a des bienfaiteurs qui nous donnent des habits.’’ Témoigne un enfant de 12 ans qui vient de passer deux ans dans la rue.

D’autres qui se sont entretenus avec la RPA font savoir que, s’ils sont dans la rue, c’est parce que leurs parents les ont chassés du foyer familial. ‘’ Moi, j’ai été chassé de la maison soi-disant que je suis turbulent et toujours fautif.’’

La majorité de ces enfants quittent l’école trop tôt, comme en témoigne ce jeune qui a quitter le bas de l’école alors qu’il était en 4ème année primaire. ‘’ On nous demande des frais scolaires juste au début de l’année. Et, au milieu de l’année, on contribue pour les sentinelles, pour la construction de l’école et j’en passe. On ne peut pas avoir tout cet argent.’’

Sans toit ni nourriture, ces enfants deviennent un danger pour les habitants de la place car ils deviennent très vite des voleurs. ‘’ Ils sont très nombreux ici à Gitega, et surtout dans le quartier Nyamugari. Et, comme leurs parents ne peuvent plus répondre à leurs besoins, ils quémandent de l’argent ou de la nourriture devant les restaurants. Et quand on ne leur donne rien, ils attendent la nuit pour aller commettre du vol dans des ménages. Ils prennent tout ce qui leur passe sous la main, que ce soit les marmites, les chaussures et d’autres objets.’’ Révèle un des habitants de Gitega.

Et, poursuivent nos sources, pour supporter le froid et les mauvaises conditions dans lesquelles ils vivent, ils s’adonnent à l’alcol et aux autres stupéfiants. ‘’ Ils fument du tabac et du chamvre, et ce en pleine journée. Ils consomment également des boissons prohibées comme celle dénommée Karibu.’’

Dans la plupart des cas, ces enfants dorment à la belle étoile. Les plus chanceux dorment devant des magasins, dans des carcasses de ou dans des maisons en chantier. Pour rappel, dans les années 2017 et 2018, l’effectif de ces enfants avait sensiblement diminué car les administratifs les pourchassaient et les remettaient à leurs familles. Mais depuis, ils sont délaissés et livrés à eux-mêmes.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 109 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech