Les jeunes plaident pour avoir des crédits dans les banques sans hypothèques

Le manque d’emploi et de vision de développement dans l’avenir sont parmi les défis auxquels fait face la jeunesse burundaise.  A l’occasion de la journée mondiale de la jeunesse, les jeunes burundais demandent au gouvernement de s’impliquer davantage dans le domaine de la jeunesse et d’encourager les banques à octroyer des crédits aux jeunes sans toutefois exiger de garantie.

Les jeunes des différents coins du Burundi sont indignés par le fait que la journée qui leur a été dédiée est célébrée au moment où ils sont dans une situation de chômage et que les enfants de la rue deviennent de plus en plus nombreux. « Au Burundi,  la question de la jeunesse est extrêmement compliquée  car beaucoup de jeunes sont dans une situation de chômage.  Egalement, on enregistre un manque d’activités génératrices de revenus pour le développement de la jeunesse. C’est très dommage que la journée mondiale de la jeunesse arrive alors qu’on connaît un grand nombre d’enfants de la rue qui mendient encore », se lamente un jeune.

Les jeunes qui se sont confiés à notre rédaction  demandent au gouvernement de s’impliquer beaucoup plus dans le domaine de la jeunesse et d’encourager les banques à accorder des crédits aux jeunes sans hypothèque. « Nous demandons au gouvernement de s’impliquer davantage dans le domaine de la jeunesse et d’encourager les grands investisseurs à venir au Burundi pour la création d’emplois. Il faut également que le gouvernement incite les banques à accorder des crédits aux jeunes sans toutefois imposer de garanties », a insisté un représentant des jeunes.

Le chômage est plus élevé en milieu urbain qu’en milieu rural avec un taux au sens large de 14,7%. Par rapport à l’âge, le phénomène de chômage touche particulièrement les jeunes de 15 à 35 ans , c’est- à- dire 3,7% de la population burundaise.