Retour vers le parti-Etat ?

Seuls 5 partis politiques et un indépendant ont participé aux élections sénatoriales qui se sont déroulées ce lundi 20 juillet dans les 18 provinces du pays.

Les électeurs de ce 20 juillet étaient juste les conseillers communaux récemment élus dans le triple scrutin qui a eu lieu en date du 20 mai dernier. Et dans tout le pays, ils sont au nombre de 3453.

Chaque province avait un seul bureau de vote. Les élections sénatoriales ont tenue en compte la question ethnique, chaque province devant être représentée par 2 sénateurs, un hutu et un tutsi. Même les bulletins de vote étaient différents selon l’ethnie. Et dans chaque bureau de vote se trouvaient deux urnes, une portant l’étiquette HUTU et l’autre TUTSI.

Ces élections sénatoriales étaient censées commencer à 6 heures pour se terminer à 16 heures. Dans presque toutes les provinces, elles ont débuté dans les délais, sans aucune perturbation.

Le Sénat sera composé de 36 membres, élus dans 18 provinces, c’est-à-dire 18 hutus et 18 tutsi. A ceux-là seront ajoutés 3 autres de l’ethnie Twa. Le mandat de ce nouveau parlement reste de 5 ans.

5 partis politiques se disputaient les places au Sénat ainsi qu’un indépendant.

Seuls les partis Cndd-Fdd et CNL avaient des candidats dans toutes les 18 provinces. L’Uprona était représenté dans 8 provinces, le Sangwe-Pader dans une seule province de même que le parti APDR. Sur les listes de ces partis politiques, les candidats HUTU étaient en nombre égal aux candidats TUTSI.

L’indépendant est un tutsi qui s’est fait élire en province Bururi.

Le CNDD-FDD l’emporte haut la main

Les résultats dont la RPA a pu se procurer montrent que le parti Cndd-Fdd n’a pas pu avoir, dans toutes les provinces, les deux sièges de sénateur. A titre illustratif, dans la province Bubanza, le Hutu qui a été élu est du parti CNL. Ce dernier a battu Pascal Nyabenda, un hutu qui représentait le parti Cndd-Fdd.

A Bururi, l’issu du scrutin a été identique. Dans cette province, un siège a été remporté par Ernest Nahimana du parti Uprona et l’autre par Jean-Bosco Barutwanayo du Cndd-Fdd.  Dans cette province, il s’est observé une coalition entre les membres du parti Uprona et ceux du parti Cndd-Fdd. Une coalition qui a permis à ces deux partis de gagner ces élections dans cette province du sud.

En province Makamba, c’est l’actuel président du sénat sortant, Révérien Ndikuriyo, qui a été réélu comme sénateur. A part les deux provinces de Bururi et Bubanza, le Cndd-Fdd a raflé les deux sièges dans les 16 provinces qui restent.

Une situation qui, selon certains analystes, risque de faire reculer les acquis de la démocratie.

« Si le sénat est composé à majorité par le parti Cndd-Fdd, il ne lui sera pas facile d’accomplir sa mission de contrôler le gouvernement. Le risque est qu’il sera au service du président pour servir le parti Etat. Il ne faut pas également oublier que les gens doutent déjà de la crédibilité de ces sénatoriales issues d’un processus électoral qui ne rassure pas tous les participants. » A souligné Jean Ntahimpera, analyste politique. Et de conclure en faisant savoir que cette institution combien si importante, selon ses missions prévues par l’Accord d’Arusha, ne sera pas d’une grande importance.