Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

La Tanzanie aurait-elle une mainmise sur la gestion du Burundi ?

Il y a certainement une main extérieure derrière le pouvoir du Cndd-Fdd. C’est en tout cas la conviction d’une certaine opinion. Et des exemples ne manquent pas pour lui donner raison. En tête desquels, l’ancien président tanzanien Jakaya Morisho Kikwete. L’interventionnisme de ce dernier dans la politique burundaise ne laisse aucun doute. Et cela ne date pas d’aujourd’hui.

Le 18 juin, Jakaya Kikwete était aux premières loges, lors de la prestation de serment d’Evariste Ndayishimiye. Il a même prononcé un mot de circonstance en lieu et place de la première vice-présidente Samia Suluhu qui, pourtant, conduisait la délégation tanzanienne. Une semaine plus tard, le 26 juin, l’ancien chef d’Etat tanzanien est revenu à l’inhumation de Pierre Nkurunziza. 6 jours après, le 1er juillet, lors du 58ème anniversaire de l’Indépendance, le nouveau président Ndayishimiye lui a décerné un prix pour son soutien indéfectible au régime depuis 2015, lors de la tentative de coup d’Etat contre Nkurunziza. Une omniprésence et un acte symbolique qui ne manquent pas de susciter des interrogations.

Jakaya Kikwete est connu depuis plus longtemps comme un acteur prépondérant dans les affaires burundaises. De 1996 à 1999, alors que le Burundi était sous embargo, Kikwete alors Ministre des affaires étrangères, jouissait du quasi-monopole de la fourniture du carburant au Burundi. Et, durant cette même période, il a participé à mettre la pression sur le gouvernement de transition d’alors, pour le pousser à accepter de négocier avec le groupe rebelle Cndd-Fdd. Et beaucoup de se poser alors la question de savoir pourquoi la même pression n’est pas mise sur le pouvoir Cndd-Fdd pour négocier avec l’opposition en exile. Kikwete poursuit jusqu’aujourd’hui le commerce du carburant dans le pays à travers INTEPETROL, l’une des principales compagnies pétrolières au Burundi, se rendant ainsi incontournable dans l’économie burundaise.

Par ailleurs, des sources concordantes soulignent le rôle croissant et primordial du même Kikwete et certaines autorités tanzaniennes au Burundi, spécialement dans les sphères de prise de décisions du Cndd-Fdd. Ce qui explique les nombreuses délégations du parti au pouvoir à Dar-Es-Salaam pour demander conseil à chaque fois que le Cndd-Fdd est dans la tourmente. Ceci expliquerait également le harcèlement incessant sur les réfugiés burundais vivant en Tanzanie pour les forcer à rentrer. Une opération qui ne vise qu’à donner une image de stabilité au pouvoir Cndd-Fdd.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 338 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech