La communauté internationale inquiétée par l’après-élection au Burundi

La commission de l’Union Africaine et le secrétariat des nations unies invitent les autorités burundaises à créer un environnement sûr et sécurisé afin de permettre aux burundais de voter dans la paix. Ces organisations responsabilisent également les partis politiques et les appellent au respect du code de conduite qu’ils ont eux-mêmes signé.

Préoccupés par les informations faisant état d’intimidations et d’affrontements violents entre les membres de différents partis politiques qui ont eu lieu au cours de cette campagne électorale, la commission de l’Union Africaine et le secrétariat des Nations-unies demandent au gouvernement burundais de créer un environnement sécurisé qui permettra aux citoyens burundais de voter dans un climat de paix et d’acceptation mutuelle.

Dans un communiqué conjoint, ces deux organisations appellent toutes les structures impliquées dans l’organisation des élections, les médias et les forces de défense et de sécurité, à conjuguer leurs efforts pour garantir un environnement stable et paisible, conditions préalables et incontournables pour des élections libres, crédibles et transparentes au Burundi.

Ces organisations invitent également les partis politiques à s’abstenir de tout acte de violence ou de tenir des propos incitant à la haine. Elles encouragent toutefois les autorités burundaises à faciliter la participation des femmes dans le processus électoral. De plus, ces organisations invitent les autorités burundaises à doubler d’efforts pour protéger la population burundaise contre le Covid-19.

Dans le but du maintien de la paix et la sécurité au Burundi, la commission de l’Union Africaine et le secrétariat des Nations-Unies responsabilisent et rappellent aux partis politiques de respecter à la lettre le code de conduite qu’ils ont signé le 23 décembre 2019.