Des journalistes rappelés à l’ordre par leur ministre de tutelle

Rencontre ce 18 mai entre le ministre de la communication et les journalistes qui vont participer à la synergie des médias lors des élections de ce mercredi 20 Mai. La question des journalistes qui ont déjà montré leur appartenance politique ainsi que la modification de l’indicatif des synergies faisaient entre autres partie des grandes préoccupations.

Cette rencontre a été marquée par des polémiques autour des journalistes qui ont déjà montré leur appartenance politique. Certains d'entre eux, en particuliers les responsables des médias publics, ont d'ailleurs été vus participant activement dans les campagnes électorales en tenue et insignes des partis politiques. Un fait qui n’a pas laissé indifférent le ministre de la communication et des médias.

Le ministre de la communication et des médias Frédéric Nahimana est catégorique. Il faut   que ces journalistes ne participent plus dans les synergies.

« Trois catégories de journalistes doivent être écartées de cette synergie. La première concerne les journalistes qui sont sur la liste des candidats dans ces élections. La deuxième catégorie est composée de journalistes qui ont ouvertement affiché leur appartenance politique. Ceux-là aussi doivent être dégagés. En fin, on s’est convenu que l’équipe mise en place pour veiller à ce que ces recommandations ont été observées veillera également à ce que les chefs d’antennes soient des gens expérimentés. » A insisté Frédéric Nahimana, ministre de la communication qui a d’ailleurs mis en garde quiconque outrepassera ces mesures.

Gorgon Sabushimike et Claude Nkurunziza, respectivement directeur des radios Nderagakura et Rema FM ont rejeté les propos du ministre de la communication. Pour ces directeurs qui, par ailleurs, se trouvent au plus haut niveau parmi les responsables de cette synergie, s’il y a des journalistes qui ont affiché publiquement leur appartenance politique, nombreux sont ceux qui militent mais en cachette.

L'autre défi soulevé pendant la réunion portait sur des journalistes qui devront couvrir deux communes alors qu'elles sont très éloignées et difficilement accessibles. La situation sera telle que les auditeurs n'auront pas les informations sur ce qui se passe dans certains bureaux de vote. Dans cette rencontre, Chanel Sabimbona directeur général au sein du ministère de la communication a aussi annoncé que l'indicatif des synergies va changer dès la prochaine synergie. Il a avancé l'idée selon laquelle de tels indicatifs changent après 15 ans et que l'actuel a été conçu en 2005. Ce qui a beaucoup étonné les journalistes présents à cette rencontre vue que dans la précédente réunion, le motif avancé était que cet indicatif devait changer car utilisé par d‘autres médias.