Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

De la discrimination à Buceco pour le droit de congés entre les nationaux et les étrangers.

Le staff burundais de l‘usine de ciment, Buceco,  dénonce la violation de leurs droits par leur employeur. Ces burundais ne bénéficient pas autant que leurs collègues étrangers de  congés  pour les jours fériés conformément au  code du travail.

 Les travailleurs burundais de l’usine  Burundi Cement Company, Buceco,  de  Cibitoke affirment qu’ils n’ont pas bénéficié de congés pour les jours fériés depuis plus de 4 ans contrairement aux autres entreprises de même statut que Buceco.

Ce qui choque est que seuls les nationaux sont privés  de ces congés  tandis que leurs collègues étrangers provenant de l’inde, du Kenya et de l’Ouganda bénéficient de ces congés des jours fériés. Le staff national crie à la discrimination. « Les salariés n’ont pas droits aux congés officiels exceptés ceux des  1er mai et 1er juillet. Ce sont les étrangers seulement qui se reposent pendant les jours fériés. A la radio,  on peut annoncer qu’il s’agit d’un congé payé.  Mais nous, ça ne nous concernent pas », révèle un agent de Buceco.

Le staff burundais de Buceco demande d’être rétabli  dans ses droits  et accuse l’employeur de violer les droits mondialement reconnus des travailleurs. «Normalement, un employé doit avoir des droits et des devoirs. Ils violent les droits des travailleurs car ils veulent seulement gagner beaucoup de bénéfices. Ils ne nous payent pas les heures supplémentaires. Dans les autres entreprises,  les heures supplémentaires sont bien organisées et payées. Ici chez nous,  c’est catastrophique. Essayez de plaider pour nous,  vous les journalistes,  pour qu’on soit rétablis dans nos droits. Oui certains ont droits aux congés annuels mais pas tout le monde », plaide un autre agent de Buceco.

Le plus grand effectif de salariés de Buceco  est constitué de ressortissants de la province Cibitoke.

Les employés burundais alertent également  pour leurs compatriotes qui travaillent dans une cave non aérée  où sont fabriqués les emballages de ciment. Ils attrapent différentes maladies.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 114 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech