Manque criant des vaccins au camp de réfugiés de Nduta

Pénurie de vaccin pour les enfants et les femmes enceintes du camp des réfugiés burundais de Nduta en Tanzanie. Les réfugiés indiquent qu’une période de près d’un mois vient de s’écouler sans que les enfants et les femmes enceintes bénéficient de vaccins.

Depuis le 22 février de cette année, il s’observe une certaine perturbation dans le programme de vaccination pour les femmes enceintes et les enfants. Selon les réfugiés burundais du camp de Nduta en République Unie de Tanzanie, lorsqu’ils se rendent aux structures de santé, ils se font renvoyés par le personnel soignant de la Croix-Rouge. L’argument avancé par ces derniers est la pénurie de vaccin : ‘’ Jusqu’à maintenant, il y a des femmes enceintes et des nouveau-nés qui devraient déjà avoir été vaccinés mais qui n’ont pas encore bénéficiés de ces vaccins. On leur signifie que le stock est vide ‘’. précisent ces réfugiés

Ces burundais hébergés dans le camp de Nduta demandent au HCR et aux responsables de la santé dans ce camp de trouver solution à ce problème : ‘’ Si on analyse ce qui se passe dans le secteur de santé dans ce camp, on pourrait dire que la santé d’un réfugié ne signifie plus rien. Les choses ont tellement changé. On néglige même la vie des enfants et des femmes enceintes. C’est vraiment horrible. Nous demandons aux responsables du HCR de veiller à ce que les droits des mères et des enfants ne soient plus bafoués ‘’. S’indigne ce réfugié qui s’est entretenu avec la RPA.

Des perturbations dans le secteur de santé au camp de Nduta ont commencé avec l’arrivée de l’ONG Croix-Rouge qui a remplacé le MSF dans plusieurs structures de soins. Les agents de la Croix-Rouge sont accusés de négligence par les réfugiés.

A ce propos, nous n’avons pas pu joindre les responsables de cette organisation ainsi que ceux du HCR.